DILATRANE

Mis à jour : Jeudi 14 Mai 2020
Famille du médicament :

Antiasthmatique

Dans quel cas le médicament DILATRANE est-il prescrit ?

Ce médicament est un bronchodilatateur qui contient de la théophylline. Il lutte contre la contraction anormale des muscles de la paroi des bronches et stimule la respiration.

Il est utilisé dans le traitement symptomatique de l'asthme et de la bronchite chronique de type obstructif.

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament DILATRANE

DILATRANE 50 mg : gélule à libération prolongée (transparent) ; boîte de 30
Sur ordonnance (Liste II) - Remboursable à 30 % - Prix : 1,27 €.
DILATRANE 100 mg : gélule à libération prolongée (transparent et bleu) ; boîte de 30
Sur ordonnance (Liste II) - Remboursable à 30 % - Prix : 1,67 €.
DILATRANE 200 mg : gélule à libération prolongée (transparent et bleu) ; boîte de 30
Sur ordonnance (Liste II) - Remboursable à 30 % - Prix : 1,95 €.
DILATRANE 300 mg : gélule à libération prolongée (transparent et bleu) ; boîte de 30
Sur ordonnance (Liste II) - Remboursable à 30 % - Prix : 2,25 €.
DILATRANE 1 % : sirop (arôme vanille) ; flacon de 200 ml avec cuillère-mesure graduée à 5 ml et 10 ml
Sur ordonnance (Liste II) - Remboursable à 30 % - Prix : 2,69 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament DILATRANE

p gél LPp gél LPp gél LP
Théophylline50 mg100 mg200 mg
Saccharose+++
p gél LPp 10 ml
Théophylline300 mg100 mg
Sodium32 mg
Saccharose+7,8 g
Autres excipients (spécifiques à certaines formes) : Acide octanoïque, Amidon de maïs, Anisaldéhyde, Benzoate de benzyle, Caramel, Copolymère d'acide méthacrylique et de méthacrylate de méthyle, Eau, Eau purifiée, Éthylcellulose, Gaïacol, Gélatine, Indigotine, Microgranules neutres, Monopropylèneglycol, P-hydroxybenzaldéhyde, Pipéronal, Povidone, Povidone K 30, Sodium, Sodium benzoate, Talc, Vanille arôme artificiel, Vanilline

Contre-indications du médicament DILATRANE

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :
  • porphyrie,

  • en association avec les médicaments contenant de l'énoxacine ou les produits de phytothérapie contenant du millepertuis,

  • enfant de moins de 30 mois.

Attention

Ce médicament n'est pas adapté en cas de crise d'asthme.

Même si la théophylline est disponible sans ordonnance, elle devrait toujours être utilisée sur prescription médicale.

Officiellement, les gélules peuvent être utilisées chez l'enfant dès l'âge de 30 mois, néanmoins, elles exposent à un risque de fausse-route et ne devront être données au jeune enfant qu'avec l'accord du médecin.

Une surveillance plus étroite du taux de théophylline dans le sang est nécessaire en cas d'insuffisance cardiaque, hépatique ou coronarienne, d'hyperthyroïdie, d'antécédent de convulsions, d'obésité, de reflux gastro-œsophagien, d'ulcère de l'estomac ou du duodénum.

En cas de fièvre durant plus de 24 heures, il peut être nécessaire de diminuer la posologie pour éviter un surdosage. Demandez conseil à votre médecin.

Le tabac interagit avec la théophylline : il diminue fortement son efficacité, mais arrêter de fumer peut entraîner un surdosage en théophylline. Votre médecin adaptera la posologie en conséquence.

Le sirop contient du sucre (saccharose) en quantité notable.

Interactions du médicament DILATRANE avec d'autres substances

Ce médicament ne doit pas être associé :
  • aux médicaments contenant de l'énoxacine (ENOXOR) : risque de surdosage en théophylline.

  • aux produits de phytothérapie contenant du millepertuis : risque de sous-dosage en théophylline.

Il peut interagir avec les médicaments contenant de l'érythromycine (l'utilisation de formes à usage local est possible).

Informez par ailleurs votre médecin si vous prenez des médicaments contenant l'une des substances suivantes : allopurinol, cimétidine, fluconazole, ciprofloxacine, norfloxacine, péfloxacine, fluvoxamine, carbamazépine, phénobarbital, phénytoïne, primidone, rifampicine, clarithromycine, josamycine, roxithromycine, pentoxifylline, ticlopidine, ritonavir ou tacrine.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

Ce médicament est déconseillé pendant la grossesse sans avis médical.

Lors de son utilisation en fin de grossesse, ce médicament peut provoquer une accélération du cœur et une agitation importante chez le nouveau-né.

Allaitement :

Ce médicament passe dans le lait maternel ; un choix est donc nécessaire entre l'allaitement et la prise du médicament. Cette décision devra être prise en accord avec votre médecin.

Mode d'emploi et posologie du médicament DILATRANE

Les gélules doivent être avalées avec un verre d'eau, sans être ouvertes.

Posologie usuelle :

  • Adulte et enfant de plus de 30 mois : la posologie est strictement individuelle. Elle est adaptée progressivement par le médecin en fonction des analyses de sang indiquant le taux de théophylline et de votre tolérance au médicament. La posologie efficace la plus faible possible est toujours recherchée. Suivez-la précisément car un surdosage expose à des effets indésirables graves.

Conseils

Toute diminution de la posologie expose à la survenue d'une crise d'asthme : veillez à ne jamais manquer de ce médicament.

Fumer, ou être exposé à la fumée des autres, nuit à l'efficacité du traitement.

Les excitants, tels que le thé ou le café, peuvent accroître certains effets indésirables de la théophylline et doivent être consommés avec modération.

Effets indésirables possibles du médicament DILATRANE

Les effets indésirables varient d'une personne à l'autre. Leur intensité peut traduire un surdosage et nécessiter une adaptation de la posologie : consultez votre médecin.

Le plus fréquemment : maux de tête, agitation, insomnie, accélération du cœur, troubles digestifs.

Rarement : hémorragie du tube digestif, occlusion intestinale.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

LEXIQUE

antécédent

Affection guérie ou toujours en évolution. L'antécédent peut être personnel ou familial. Les antécédents constituent l'histoire de la santé d'une personne.

asthme

Maladie caractérisée par une difficulté à respirer, se traduisant souvent par des sifflements. L'asthme, permanent ou survenant par crise, est dû à un rétrécissement et à une inflammation des bronches.

bronchite chronique

Maladie des bronches se traduisant par une toux, des difficultés respiratoires et des mucosités de plus en plus difficiles à évacuer. Ces troubles, le plus souvent dus au tabac, deviennent définitifs après une certaine période d'évolution.

convulsions

Contractions involontaires limitées à quelques muscles ou généralisées à tout le corps. Elles sont dues à une souffrance ou à une stimulation excessive du cerveau : fièvre, intoxication, manque d'oxygène, lésion du cerveau. Les convulsions peuvent être dues à une crise d'épilepsie ou à une fièvre élevée chez le jeune enfant.

duodénum

Partie de l'intestin dans laquelle pénètrent les aliments issus de l'estomac.

hémorragie

Perte de sang à partir d'une artère ou d'une veine. Une hémorragie peut être externe, mais également interne et passer inaperçue.

hyperthyroïdie

Excès d'hormones thyroïdiennes se traduisant notamment par une accélération du cœur, une mauvaise tolérance à la chaleur, un amaigrissement et une fatigue chronique.

insuffisance cardiaque

Incapacité du cœur à remplir sa fonction de pompe. Les principaux symptômes de l'insuffisance cardiaque sont une fatigue et un essoufflement lors d'un effort.

insuffisance coronarienne

Incapacité partielle des artères du cœur (artères coronaires) à irriguer le muscle cardiaque. Des crises d'angine de poitrine peuvent survenir, le plus souvent lors d'un effort.

insuffisance hépatique

Incapacité du foie à remplir sa fonction, qui est essentiellement l'élimination de certains déchets, mais également la synthèse de nombreuses substances biologiques indispensables à l'organisme : albumine, cholestérol et facteurs de la coagulation (vitamine K, etc.).

libération prolongée

Procédé de fabrication d'un médicament, qui permet une libération lente et progressive des substances actives dans l'organisme.

Abréviation : LP.

nouveau-né

Enfant de moins de un mois.

porphyrie

Maladie héréditaire rare due à un trouble du métabolisme d'une substance appelée porphyrine.

posologie

Quantité et répartition de la dose d'un médicament en fonction de l'âge, du poids et de l'état général du malade.

reflux gastro-œsophagien

Remontée du suc gastrique dans l'œsophage et dans l'arrière-gorge, favorisée par la position allongée après les repas, par le fait de se pencher en avant, par le port de vêtements qui compriment l'abdomen. Ce reflux est parfois dû à une hernie hiatale.

sucre

Terme général désignant différentes substances dont la plus répandue est le saccharose. D'autres sucres peuvent être contenus dans les médicaments : glucose, fructose, lactose, etc. Le glucose est le sucre utilisé par l'organisme ; il est le seul à circuler en quantité notable dans le sang.

Les édulcorants (faux sucre) sont autorisés chez les diabétiques ou les personnes suivant un régime, et sont très peu caloriques.

surdosage

La prise en quantité excessive d'un médicament expose à une augmentation de l'intensité des effets indésirables, voire à l'apparition d'effets indésirables particuliers.

Ce surdosage peut résulter d'une intoxication accidentelle, ou volontaire dans un but de suicide : il convient alors de consulter le centre antipoison de votre région (liste en annexe de l'ouvrage). Mais le plus souvent, le surdosage est la conséquence d'une erreur dans la compréhension de l'ordonnance, ou de la recherche d'une augmentation de l'efficacité par un dépassement de la posologie préconisée. Enfin, une automédication intempestive peut conduire à l'absorption en quantité excessive d'une même substance contenue dans des médicaments différents. Certains médicaments exposent plus particulièrement à ce risque, car ils sont considérés (à tort) comme anodins : vitamines A et D, aspirine, etc. L'arrêt ou la diminution des prises médicamenteuses permettent de faire disparaître les troubles liés à un surdosage.

traitement symptomatique

Traitement qui supprime ou atténue les symptômes d'une maladie sans s'attaquer à sa cause.

troubles digestifs

Ensemble de symptômes traduisant une irritation ou un mauvais fonctionnement du tube digestif. Un ou plusieurs troubles peuvent être présents : nausées, vomissements, aérophagie, douleurs abdominales, brûlures d'estomac, ballonnements, flatulences, diarrhée ou constipation, etc. Les antibiotiques peuvent favoriser les candidoses, souvent responsables de troubles digestifs.

ulcère

Lésion en creux de la peau, des muqueuses ou de la cornée.

  • Ulcère de jambe : plaie chronique due à une mauvaise circulation du sang.

  • Ulcère gastroduodénal : plaie localisée de la muqueuse de l'estomac ou du duodénum, due à un excès d'acidité et très souvent à la présence d'une bactérie (Helicobacter pylori). L'ulcère est favorisé par le stress, l'alcool, le tabagisme et la prise de certains médicaments (aspirine, AINS, etc.).