FLUVIRINE

Mis à jour : Lundi 10 Octobre 2005
Famille du médicament :

Vaccin : grippe

10/10/2005 : ce médicament est en arrêt de commercialisation. Il n’est plus disponible en pharmacie ou ne le sera bientôt plus.

Si vous devez prendre ce médicament, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien qui pourront vous conseiller un autre traitement.

Le document ci-dessous représente la dernière fiche publiée par Vidal concernant ce médicament et ne préjuge en rien des évolutions ayant pu survenir postérieurement à cette publication.

Dans quel cas le médicament FLUVIRINE est-il prescrit ?

C'est un vaccin composé de virus grippaux tués. Il ne contient aucun germe vivant. L'immunité apparaît 15 jours après l'injection et dure environ 1 an.

Il est utilisé dans la prévention de la grippe.

Présentations du médicament FLUVIRINE

FLUVIRINE : suspension injectable IM ou SC ; seringue préremplie de 0,5 ml

Composition du médicament FLUVIRINE

p seringue
Virus grippaux inactivés1 dose

Contre-indications du médicament FLUVIRINE

Ce médicament ne doit pas être utilisé en cas d'allergie aux protéines de l'œuf.

Attention

En cas de fièvre élevée, de maladie aiguë, il est préférable de différer la vaccination.

Comme pour tous les vaccins, des cas exceptionnels de réactions allergiques graves ont été constatés ; ce risque justifie la nécessité de réaliser la vaccination en milieu médical où un traitement d'urgence pourra être entrepris sans délai.

De la néomycine et de la polymyxine B sont utilisées pour fabriquer ce vaccin. Ces substances persistent en infime quantité dans la solution injectable. Des précautions sont nécessaires chez les personnes qui y sont allergiques.

Le vaccin antigrippal ne protège que contre la vraie grippe, maladie grave, potentiellement mortelle chez les personnes fragiles. Il est incapable de prévenir les bronchites banales et autres affections virales saisonnières.

Dans les suites de la vaccination antigrippale, certains tests de dépistage (sida, hépatite C...) peuvent être exceptionnellement rendus faussement positifs. Pour éviter toute inquiétude injustifiée, ne pratiquez pas ces tests pendant le mois qui suit la vaccination.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

Les données actuellement disponibles n'ont pas montré de problème particulier lors de la vaccination contre la grippe chez la femme enceinte. Ce vaccin peut être utilisé au cours de la grossesse selon les recommandations de votre médecin.

Allaitement :

Cette vaccination peut être pratiquée pendant l'allaitement.

Mode d'emploi et posologie du médicament FLUVIRINE

Bien agiter la seringue avant l'emploi, la réchauffer à température ambiante si nécessaire. L'injection doit être réalisée par voie sous-cutanée ou intramusculaire.

Posologie usuelle :

  • Adulte et enfant de plus de 36 mois : 1 injection de 0,5 ml.

  • Enfant de 6 à 35 mois : 1 injection de 0,25 ml ou 0,5 ml.

La prévention de la grippe repose sur une injection annuelle : le vaccin est différent tous les ans car il est adapté aux caractéristiques du virus attendu.

Conseils

Les réactions fébriles dues aux vaccins peuvent être combattues en prenant de l'aspirine ou du paracétamol.

Pour garder son efficacité, ce médicament doit être conservé entre + 2 °C et + 8 °C (partie la plus froide du réfrigérateur). Toutefois, une rupture de la chaîne du froid pendant une durée limitée (quelques heures à température ambiante inférieure à 25 °C) ne devrait pas prêter à conséquence. En pratique, en cas de nécessité, un délai de quelques heures peut séparer l'achat du vaccin en pharmacie de son stockage au réfrigérateur ou de la vaccination.

Ce vaccin ne doit pas être congelé.

Effets indésirables possibles du médicament FLUVIRINE

Réaction douloureuse, nodule au point d'injection.

Fièvre modérée, maux de tête, fatigue, malaise, douleur musculaire ou articulaire.

Exceptionnellement : réaction allergique.

Laboratoire Celltech Pharma

LEXIQUE

allergie

Réaction cutanée (démangeaisons, boutons, gonflement) ou malaise général apparaissant après un contact avec une substance particulière, l'utilisation d'un médicament ou l'ingestion d'un aliment. Les principales formes d'allergie sont l'eczéma, l'urticaire, l'asthme, l'œdème de Quincke et le choc allergique (choc anaphylactique). L'allergie alimentaire peut également se traduire par des troubles digestifs.

germe

Terme général qui désigne tous les organismes microscopiques susceptibles de provoquer une infection : bactéries, virus, parasites, champignons.

hépatite

Inflammation du foie. Elle peut être due à un médicament, à un virus, à l'alcool ou à une autre cause.

Les hépatites virales guérissent généralement sans traitement. Contrairement aux hépatites A et E presque toujours bénignes, les hépatites B et C peuvent devenir chroniques : le virus persiste dans l'organisme du malade qui reste contagieux mais ne souffre pas obligatoirement de troubles hépatiques. L'hépatite chronique est dite active lorsque le virus continue à détruire les cellules du foie, destruction traduite par l'augmentation des transaminases dans le sang.

IM

Abréviation d'intramusculaire. Voir ce terme.

nodule

Terme général désignant une petite boule anormalement présente dans l'organisme. Ce terme est purement descriptif et ne présume pas de l'origine de cette petite boule : kyste, ganglion, tumeur bénigne ou maligne.

réaction allergique

Réaction due à l'hypersensibilité de l'organisme à un médicament. Les réactions allergiques peuvent prendre des aspects très variés : urticaire, œdème de Quincke, eczéma, éruption de boutons rappelant la rougeole, etc. Le choc anaphylactique est une réaction allergique généralisée qui provoque un malaise par chute brutale de la tension artérielle.

SC

Abréviation de sous-cutanée. Voir ce terme.

vaccin

Solution injectable destinée à immuniser l'organisme contre un virus ou une bactérie.

Il existe plusieurs sortes de vaccins :
  • Les vaccins vivants atténués : le germe contenu dans le vaccin est vivant, mais incapable de provoquer la maladie (BCG, rougeole, rubéole, oreillons, etc.).

  • Les vaccins préparés à partir de fragments de germes tués : les parties les plus immunisantes du virus ou de la bactérie sont utilisées pour préparer le vaccin (vaccins contre la polio, contre les hépatites, etc.).

  • Les vaccins contenant des toxines neutralisées (inactivées) : dans le cas du tétanos, c'est une toxine sécrétée par le germe qui est responsable de la gravité de la maladie ; le vaccin permet l'immunisation contre cette toxine.

virus

Organisme microscopique qui pénètre dans les cellules de l'hôte, où il se reproduit. Beaucoup plus petits que les bactéries, les virus sont insensibles aux antibiotiques. Ils peuvent parfois être détruits par des substances antivirales.

voie
  • Chemin (voie d'administration) utilisé pour administrer les médicaments : voie orale, sublinguale, sous-cutanée, intramusculaire, intraveineuse, intradermique, transdermique.

  • Ensemble d'organes creux permettant le passage de l'air (voies respiratoires), des aliments (voies digestives), des urines (voies urinaires), de la bile (voies biliaires), etc.