HALFAN comprimé

Mis à jour : Vendredi 29 Janvier 2016
Famille du médicament :

Antipaludique

29/01/2016 : ce médicament est en arrêt de commercialisation. Il n’est plus disponible en pharmacie ou ne le sera bientôt plus.

Si vous devez prendre ce médicament, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien qui pourront vous conseiller un autre traitement.

Le document ci-dessous représente la dernière fiche publiée par Vidal concernant ce médicament et ne préjuge en rien des évolutions ayant pu survenir postérieurement à cette publication.

Dans quel cas le médicament HALFAN comprimé est-il prescrit ?

Ce médicament est un antipaludique de synthèse.

Il est réservé au traitement curatif des crises de paludisme.

Présentations du médicament HALFAN comprimé

HALFAN : comprimé sécable (blanc) ; boîte de 6
Sur ordonnance (Liste I)

Composition du médicament HALFAN comprimé

p cp
Halofantrine chlorhydrate250 mg

Contre-indications du médicament HALFAN comprimé

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :

Attention

N'utilisez pas ce médicament dans le traitement préventif du paludisme.

L'halofantrine peut entraîner des effets cardiaques graves, potentiellement mortels chez les personnes prédisposées aux troubles du rythme cardiaque : informez le médecin de vos antécédents médicaux. Un électrocardiogramme est également recommandé avant la prise du médicament.

Interactions du médicament HALFAN comprimé avec d'autres substances

Ce médicament ne doit pas être associé avec :
  • les antidépresseurs contenant du citalopram ou de l'escitalopram : risque de troubles du rythme cardiaque graves.

  • les médicaments contenant du bocéprévir : risque accru d'effets toxiques.

Il peut interagir avec les médicaments susceptibles de provoquer des torsades de pointes et le jus de pamplemousse.

Il peut interagir par ailleurs avec les médicaments pouvant provoquer une hypokaliémie : certains diurétiques, les laxatifs stimulants, les corticoïdes, l'amphotéricine B (par voie IV). Demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

En l'absence de données suffisantes, ce médicament est déconseillé pendant la grossesse.

Allaitement :

Ce médicament passe dans le lait maternel ; un choix est donc nécessaire entre l'allaitement et la prise du médicament. Cette décision devra être prise en accord avec votre médecin.

Mode d'emploi et posologie du médicament HALFAN comprimé

Ce médicament doit être pris en dehors des repas. La dose totale est répartie en 3 prises espacées de 6 heures

Posologie usuelle :

  • Adulte et enfant de plus de 40 kg : 1 cure de 6 comprimés, soit 2 comprimés pris 3 fois, en respectant un intervalle de 6 heures entre les prises.

  • Enfant de moins de 40 kg : 24 mg par kg, en 3 prises espacées de 6 heures.

    • pour un enfant de 32 à 40 kg : 3 fois 1 et 1/2 comprimé ;

    • pour un enfant de 26 à 31 kg : 3 fois 1 comprimé.

Pour limiter le risque de rechute chez certaines personnes, une deuxième cure peut être réalisée, de préférence en milieu hospitalier, après un délai minimum d'une semaine.

Conseils

Il est recommandé d'éviter la prise de repas riches en graisses pendant la durée du traitement.

Effets indésirables possibles du médicament HALFAN comprimé

Nausées, diarrhée, démangeaisons.

Rarement : convulsions, réaction allergique cutanée, troubles du rythme cardiaque, élévation des transaminases.

Très rarement : anémie hémolytique.

Laboratoire GlaxoSmithKline

LEXIQUE

anémie hémolytique

Anémie particulière due à une destruction des globules rouges.

antécédent

Affection guérie ou toujours en évolution. L'antécédent peut être personnel ou familial. Les antécédents constituent l'histoire de la santé d'une personne.

convulsions

Contractions involontaires limitées à quelques muscles ou généralisées à tout le corps. Elles sont dues à une souffrance ou à une stimulation excessive du cerveau : fièvre, intoxication, manque d'oxygène, lésion du cerveau. Les convulsions peuvent être dues à une crise d'épilepsie ou à une fièvre élevée chez le jeune enfant.

corticoïde

Substance proche de la cortisone. Les corticoïdes naturels, nécessaires au fonctionnement de l'organisme, sont fabriqués par les glandes surrénales. Les corticoïdes de synthèse, dérivés chimiques de la cortisone, sont utilisés comme anti-inflammatoires puissants.

diurétique

Médicament permettant une élimination accrue d'eau par les reins. Le plus souvent, cette perte d'eau fait suite à la perte de sels provoquée par le médicament (salidiurétique).

Les diurétiques sont surtout utilisés dans le traitement de l'hypertension artérielle, alors que leur mécanisme d'action dans cette maladie est mal connu. Ils sont également prescrits dans l'insuffisance cardiaque aiguë ou chronique, les œdèmes et d'autres affections plus rares.

Ces médicaments provoquent une perte de sodium et de potassium (sauf pour certains d'entre eux appelés « épargneurs de potassium »). Leur prise prolongée nécessite donc un contrôle régulier du potassium sanguin, pour éviter les troubles cardiaques qui pourraient résulter d'une hypokaliémie (manque de potassium dans le sang). Le manque de sodium est une autre conséquence possible, mais plus rare aux posologies habituelles, de l'usage prolongé des diurétiques ; il se détecte également par une prise de sang.

fièvre bilieuse hémoglobinurique

Crise de paludisme particulièrement grave se manifestant par une fièvre élevée, des vomissements, une jaunisse, une insuffisance rénale et le blocage des urines.

hypokaliémie

Baisse de la kaliémie (taux de potassium dans le sang) pouvant provoquer des troubles du rythme cardiaque. La prise régulière de laxatifs stimulants ou de certains diurétiques est fréquemment responsable d'hypokaliémie.

laxatif stimulant

Laxatif puissant mais irritant pour le tube digestif, responsable d'une perte de sels minéraux (potassium, etc.) par l'organisme. Son usage prolongé provoque une dépendance : il n'est plus possible d'aller à la selle sans médicament. À long terme, des lésions définitives de la paroi interne de l'intestin peuvent apparaître (maladie des laxatifs).

paludisme

Maladie tropicale due à un parasite (Plasmodium) transmis par un moustique (anophèle femelle). Elle se traduit par une fièvre revenant à intervalles réguliers, des frissons et d'autres symptômes très divers. Toute fièvre élevée survenant dans le mois qui suit le retour d'un voyage en pays tropical doit faire suspecter un paludisme.

Synonyme : malaria.

réaction allergique

Réaction due à l'hypersensibilité de l'organisme à un médicament. Les réactions allergiques peuvent prendre des aspects très variés : urticaire, œdème de Quincke, eczéma, éruption de boutons rappelant la rougeole, etc. Le choc anaphylactique est une réaction allergique généralisée qui provoque un malaise par chute brutale de la tension artérielle.

torsades de pointes

Trouble du rythme cardiaque grave, favorisé par :

  • une hypokaliémie ou des situations la favorisant : diarrhées importantes et prolongées, usage répété de laxatif stimulant, etc.,

  • un cœur trop lent,

  • une prédisposition visible sur l'électrocardiogramme,

  • la prise de certains médicaments.

Les principaux médicaments susceptibles de provoquer des torsades de pointes sont les suivants : quinidine, hydroquinidine, disopyramide, amiodarone, sotalol, ibutilide, certains neuroleptiques (amisulpride, chlorpromazine, cyamemazine, dropéridol, flupentixol, fluphéenazine, halopéridol, lévomépromazine, pimozide, pipampérone, pipotiazine, sulpiride, tiapride, zuclopenthixol), cisapride, citalopram, escitalopram, diphémanil, dompéridone, hydroxyzine, chloroquine, halofantrine, mizolastine, pentamidine, moxifloxacine, érythromycine (voie IV), spiramycine.

traitement curatif

Traitement destiné à soigner une maladie déclarée, et qui vise la guérison. Dans la majorité des cas, le traitement curatif s'attaque à la cause de la maladie.

traitement préventif

Traitement destiné à prévenir une maladie (synonyme : prophylaxie), ou à limiter la fréquence des crises ou des poussées dans une maladie chronique.

transaminases

Enzymes dosées dans le sang, dont le taux s'élève lors de certaines hépatites. Elles figurent dans les analyses de sang sous le nom de SGOT et SGPT ou ASAT et ALAT.

trouble du rythme cardiaque

Anomalie grave ou bénigne de la fréquence des contractions du cœur. L'extrasystole est une contraction survenant juste avant ou après une contraction normale, souvent perçue comme un léger choc dans la poitrine. La fibrillation est une contraction irrégulière et désordonnée. D'autres troubles existent : torsades de pointes, syndrome de Wolf-Parkinson-White, maladie de Bouveret, tachysystolie, flutter et bloc auriculoventriculaire, etc.