LOVENOX

Mis à jour : Mardi 18 Février 2020
Famille du médicament :

Anticoagulant injectable

Dans quel cas le médicament LOVENOX est-il prescrit ?

Ce médicament est un anticoagulant de la famille des héparines de bas poids moléculaire. Il empêche la formation ou l'extension des caillots dans les vaisseaux sanguins.

Il est utilisé :

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament LOVENOX

LOVENOX 2000 UI anti-Xa/0,2 ml : solution injectable ; boîte de 2 seringues préremplies avec système de sécurité
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 4,77 €.
LOVENOX 2000 UI anti-Xa/0,2 ml : solution injectable ; boîte de 6 seringues préremplies avec système de sécurité
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 14,09 €.
LOVENOX 4000 UI anti-Xa/0,4 ml : solution injectable ; boîte de 2 seringues préremplies avec système de sécurité
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 9,43 €.
LOVENOX 4000 UI anti-Xa/0,4 ml : solution injectable ; boîte de 6 seringues préremplies avec système de sécurité
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 28,14 €.
LOVENOX 6000 UI anti-Xa/0,6 ml : solution injectable ; boîte de 2 seringues préremplies avec système de sécurité
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 10,85 €.
LOVENOX 6000 UI anti-Xa/0,6 ml : solution injectable ; boîte de 10 seringues préremplies avec système de sécurité
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 53,67 €.
LOVENOX 8000 UI anti-Xa/0,8 ml : solution injectable ; boîte de 2 seringues préremplies avec système de sécurité
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 12,14 €.
LOVENOX 8000 UI anti-Xa/0,8 ml : solution injectable ; boîte de 10 seringues préremplies avec système de sécurité
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 60,03 €.
LOVENOX 10000 UI anti-Xa/1 ml : solution injectable ; boîte de 10 seringues préremplies avec système de sécurité
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 74,57 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament LOVENOX

p seringuep seringuep seringue
Énoxaparine sodique20 mg40 mg60 mg
p seringuep seringue
Énoxaparine sodique80 mg100 mg
Excipient : Eau ppi

Contre-indications du médicament LOVENOX

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :
  • baisse des plaquettes sanguines lors d'une précédente utilisation de ce médicament ou d'un autre médicament de la famille des héparines,

  • hémophilie et maladies apparentées,

  • risque de saignement d'un organe (ulcère de l'estomac ou du duodénum).

Ce médicament ne doit pas être utilisé à forte dose en cas d'insuffisance rénale grave ou d'hémorragie cérébrale.

Attention

Des analyses de sang sont préconisées en début et en cours de traitement pour contrôler notamment le taux de plaquettes dans le sang.

Une surveillance particulière est nécessaire chez les personnes de plus de 65 ans, chez celles pesant moins de 40 kg ou présentant une insuffisance rénale, une insuffisance hépatique ou un antécédent d'ulcère de l'estomac ou du duodénum et en cas de traitement de plus de 10 jours.

L'aspirine augmente le risque hémorragique lié à l'usage de ce médicament. De nombreux produits utilisés pour traiter la fièvre ou la douleur contiennent de l'aspirine et sont vendus sans ordonnance. Ne prenez aucun médicament sans l'avis de votre médecin ou de votre pharmacien.

Prévenez votre dentiste de la prise de ce médicament.

Ce médicament expose au risque d'hémorragies internes : les sports violents ou activités dangereuses sont déconseillés au cours du traitement.

Interactions du médicament LOVENOX avec d'autres substances

Ce médicament peut interagir avec les médicaments contenant de l'aspirine, des anti-inflammatoires non stéroïdiens : augmentation du risque d'hémorragie.

Informez par ailleurs votre médecin si vous prenez un antiagrégant plaquettaire ou un médicament susceptible d'augmenter le taux de potassium dans la sang (notamment certains diurétiques et les médicaments contenant du potassium).

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

Seul votre médecin peut apprécier la nécessité de ce traitement et son risque pendant la grossesse.

Allaitement :

La possibilité d'un effet du médicament chez le nourrisson est très improbable ; l'allaitement est possible.

Mode d'emploi et posologie du médicament LOVENOX

La solution injectable est administrée par voie sous-cutanée dans un pli de la peau pincé entre deux doigts. L'injection se fait habituellement dans la paroi abdominale. Dans certains cas d'infarctus du myocarde, le traitement est débuté par une injection intraveineuse en bolus.

Posologie usuelle :

Elle est strictement individuelle. Elle varie selon la maladie à traiter et le poids de la personne.

Conseils

Lorsque ce médicament est remplacé par un anticoagulant oral, les deux traitements doivent être pris simultanément pendant quelques jours, le temps que le traitement oral devienne efficace.

Effets indésirables possibles du médicament LOVENOX

Des hématomes (bleus) peuvent apparaître au point d'injection. Ils disparaîtront spontanément.

Hémorragies de gravité variable.

Baisse des plaquettes sanguines justifiant des analyses de sang avant et pendant le traitement.

Rarement : réaction allergique, douleur durable au point d'injection pouvant traduire une lésion de la peau ; consultez votre médecin.

Élévation transitoire des transaminases, hyperkaliémie.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

LEXIQUE

accident thromboembolique

Accident qui résulte de l'obstruction (embolie) d'un vaisseau sanguin par un caillot (thrombus).

Le vaisseau peut être une artère : il s'agit alors d'une embolie artérielle, qui provoque une ischémie (privation de sang oxygéné) dans la région que cette artère irriguait. Une ischémie grave aboutit à la mort des tissus privés d'oxygène : l'infarctus. Heureusement, dans de nombreux cas, une artère voisine permet d'éviter l'infarctus en apportant du sang oxygéné dans la région victime de l'ischémie.

Le cœur est irrigué par les artères coronaires qui ont la propriété d'être peu reliées entre elles, ce qui explique la gravité d'un accident thromboembolique coronarien : une partie du muscle cardiaque, le myocarde, est détruite (infarctus du myocarde).

L'obstruction d'une veine est moins grave, car les veines assurent le retour du sang chargé de gaz carbonique vers le cœur. L'obstruction d'une veine est généralement appelée thrombophlébite. La gravité d'une thrombophlébite, ou phlébite, tient à la possibilité pour un caillot de se détacher de la veine et d'être emporté par le sang veineux jusqu'au cœur. Après avoir traversé l'oreillette droite et le ventricule droit, ce caillot va pénétrer dans une artère pulmonaire et obstruer un vaisseau sanguin, provoquant une embolie pulmonaire et un infarctus pulmonaire.

antécédent

Affection guérie ou toujours en évolution. L'antécédent peut être personnel ou familial. Les antécédents constituent l'histoire de la santé d'une personne.

antiagrégant plaquettaire

Médicament qui empêche les plaquettes de s'agglutiner et donc les caillots de se former. L'antiagrégant plaquettaire le plus ancien est l'aspirine prise à petite dose.

Les antiagrégants ne doivent pas être confondus avec les anticoagulants dont le mécanisme d'action est différent.

anticoagulant

Médicament qui empêche le sang de coaguler et qui prévient donc la formation de caillots dans les vaisseaux sanguins.

Les anticoagulants sont utilisés pour traiter ou prévenir les phlébites, les embolies pulmonaires, certains infarctus. Ils permettent aussi d'empêcher la formation de caillots dans le cœur lors de troubles du rythme comme la fibrillation auriculaire ou en cas de valve cardiaque artificielle.

Il existe deux grand types d'anticoagulants :
  • les anticoagulants oraux, qui bloquent l'action de la vitamine K (antivitamine K, ou AVK) et dont l'efficacité est contrôlée par un dosage sanguin : l'INR (anciennement TP) ;

  • les anticoagulants injectables, dérivés de l'héparine, dont l'efficacité peut être contrôlée par le dosage sanguin de l'activité anti-Xa, le Temps de Howell (TH) ou le Temps de Cephalin Kaolin (TCK) suivant les produits utilisés. Un dosage régulier des plaquettes sanguines est nécessaire pendant toute la durée d'utilisation d'un dérivé de l'héparine.

anti-inflammatoire

Médicament qui lutte contre l'inflammation. Il peut être soit dérivé de la cortisone (anti-inflammatoire stéroïdien), soit non dérivé de la cortisone (anti-inflammatoire non stéroïdien ou AINS).

diurétique

Médicament permettant une élimination accrue d'eau par les reins. Le plus souvent, cette perte d'eau fait suite à la perte de sels provoquée par le médicament (salidiurétique).

Les diurétiques sont surtout utilisés dans le traitement de l'hypertension artérielle, alors que leur mécanisme d'action dans cette maladie est mal connu. Ils sont également prescrits dans l'insuffisance cardiaque aiguë ou chronique, les œdèmes et d'autres affections plus rares.

Ces médicaments provoquent une perte de sodium et de potassium (sauf pour certains d'entre eux appelés « épargneurs de potassium »). Leur prise prolongée nécessite donc un contrôle régulier du potassium sanguin, pour éviter les troubles cardiaques qui pourraient résulter d'une hypokaliémie (manque de potassium dans le sang). Le manque de sodium est une autre conséquence possible, mais plus rare aux posologies habituelles, de l'usage prolongé des diurétiques ; il se détecte également par une prise de sang.

duodénum

Partie de l'intestin dans laquelle pénètrent les aliments issus de l'estomac.

hémophilie

Maladie héréditaire de la coagulation transmise par les femmes, mais touchant uniquement les individus de sexe masculin. Le risque principal de l'hémophilie est la survenue d'hémorragies. Elle nécessite des transfusions sanguines régulières.

hémorragie

Perte de sang à partir d'une artère ou d'une veine. Une hémorragie peut être externe, mais également interne et passer inaperçue.

hyperkaliémie

Élévation anormale de la kaliémie (taux de potassium dans le sang) pouvant provoquer des troubles cardiaques.

infarctus du myocarde

Destruction d'une partie du muscle cardiaque (myocarde), privé de sang par obstruction de ses artères.

insuffisance hépatique

Incapacité du foie à remplir sa fonction, qui est essentiellement l'élimination de certains déchets, mais également la synthèse de nombreuses substances biologiques indispensables à l'organisme : albumine, cholestérol et facteurs de la coagulation (vitamine K, etc.).

insuffisance rénale

Incapacité des reins à éliminer les déchets ou les substances médicamenteuses. Une insuffisance rénale avancée ne se traduit pas forcément par une diminution de la quantité d'urine éliminée. Seuls une prise de sang et le dosage de la créatinine peuvent révéler cette maladie.

intraveineuse (voie ou injection)

Injection d'un médicament dans une veine, généralement au pli du coude, après désinfection de la peau. Lorsqu'il s'agit d'une injection intraveineuse directe à l'aide d'une seringue, l'effet du médicament est immédiat, mais bref. À l'inverse, la perfusion permet une administration continue et contrôlée de la substance active, diluée dans un flacon de sérum.

Abréviation : IV.

nourrisson

Enfant de un à 30 mois. Un enfant de moins de un mois est un nouveau-né.

phlébite

Inflammation d'une veine profonde avec formation d'un caillot sanguin, touchant généralement les jambes. La gravité des phlébites est liée à la possibilité d'un déplacement du caillot qui peut migrer jusqu'au cœur et venir ensuite obstruer une artère des poumons (embolie pulmonaire). Une paraphlébite, ou phlébite superficielle, est l'inflammation d'une veine superficielle ; elle est beaucoup moins préoccupante.

plaquettes

Petites cellules présentes dans le sang : elles participent à la formation des caillots.

posologie

Quantité et répartition de la dose d'un médicament en fonction de l'âge, du poids et de l'état général du malade.

réaction allergique

Réaction due à l'hypersensibilité de l'organisme à un médicament. Les réactions allergiques peuvent prendre des aspects très variés : urticaire, œdème de Quincke, eczéma, éruption de boutons rappelant la rougeole, etc. Le choc anaphylactique est une réaction allergique généralisée qui provoque un malaise par chute brutale de la tension artérielle.

syndrome coronarien aigu

Occlusion partielle d'une artère coronaire irriguant le cœur, qui se traduit par une douleur oppressante dans la poitrine, accompagnée ou non de douleurs au cou, aux mâchoires et/ou aux épaules. Le syndrome coronarien aigu nécessite, au même titre que l'infarctus du myocarde, une prise en charge médicale urgente.

Synonyme : angor instable.

thrombose

Formation d'un caillot dans une veine, une artère ou dans l'une des cavités du cœur.

traitement curatif

Traitement destiné à soigner une maladie déclarée, et qui vise la guérison. Dans la majorité des cas, le traitement curatif s'attaque à la cause de la maladie.

traitement préventif

Traitement destiné à prévenir une maladie (synonyme : prophylaxie), ou à limiter la fréquence des crises ou des poussées dans une maladie chronique.

transaminases

Enzymes dosées dans le sang, dont le taux s'élève lors de certaines hépatites. Elles figurent dans les analyses de sang sous le nom de SGOT et SGPT ou ASAT et ALAT.

ulcère

Lésion en creux de la peau, des muqueuses ou de la cornée.

  • Ulcère de jambe : plaie chronique due à une mauvaise circulation du sang.

  • Ulcère gastroduodénal : plaie localisée de la muqueuse de l'estomac ou du duodénum, due à un excès d'acidité et très souvent à la présence d'une bactérie (Helicobacter pylori). L'ulcère est favorisé par le stress, l'alcool, le tabagisme et la prise de certains médicaments (aspirine, AINS, etc.).

voie
  • Chemin (voie d'administration) utilisé pour administrer les médicaments : voie orale, sublinguale, sous-cutanée, intramusculaire, intraveineuse, intradermique, transdermique.

  • Ensemble d'organes creux permettant le passage de l'air (voies respiratoires), des aliments (voies digestives), des urines (voies urinaires), de la bile (voies biliaires), etc.