En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

SABRIL

Mis à jour : Mardi 19 Septembre 2017

Antiépileptique

Dans quel cas le médicament SABRIL est-il prescrit ?

Ce médicament est un antiépileptique qui s'oppose à la dégradation d'une substance présente dans le cerveau : l'acide gamma-aminobutyrique (GABA).

Il est utilisé en complément des traitements classiques de l'épilepsie, lorsque ceux-ci ne parviennent pas à prévenir la survenue des crises.

Il est également utilisé pour traiter certains spasmes nerveux chez l'enfant.

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament SABRIL

SABRIL : comprimé avec barre de cassure (blanc) ; boîte de 60
Sur ordonnance (Liste I), médicament à prescription restreinte - Remboursable à 65 % - Prix : 45,60 €.
SABRIL : granulés pour solution buvable ; boîte de 60 sachets
Sur ordonnance (Liste I), médicament à prescription restreinte - Remboursable à 65 % - Prix : 47,74 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament SABRIL

p cpp sachet
Vigabatrine500 mg500 mg
Excipient commun : Povidone K 30
Autres excipients (spécifiques à certaines formes) : Cellulose microcristalline, Hypromellose, Macrogol 8000, Magnésium stéarate, Opadry blanc, Sodium carboxyméthylamidon, Titane dioxyde

Attention

Ce médicament provoque chez 30 % des utilisateurs une altération de la vision, parfois imperceptible. Il s'agit d'un rétrécissement du champ visuel, c'est-à-dire de la portion d'espace visible par un œil immobile. S'agissant d'un effet indésirable irréversible, des examens réguliers permettent de le dépister afin d'arrêter à temps le médicament.

Des précautions sont nécessaires chez les personnes âgées, les personnes souffrant d'insuffisance rénale et celles ayant des antécédents de troubles psychiques.

Ne modifiez ni n'interrompez jamais votre traitement antiépileptique sans l'accord de votre médecin : risque de réapparition des convulsions, même si aucune crise n'est survenue depuis une longue période.

Attention : conducteurLa conduite automobile et l'utilisation de machines dangereuses sont contre-indiquées chez les épileptiques lorsque les crises persistent malgré un traitement préventif. Par ailleurs, ce médicament peut être à l'origine d'une somnolence ou d'une baisse de la vigilance.

Interactions du médicament SABRIL avec d'autres substances

Ce médicament peut interagir avec la phénytoïne : le médecin en tient compte dans sa prescription.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

Si une grossesse survient pendant le traitement, consultez votre médecin. L'arrêt brutal d'un traitement antiépileptique expose à la réapparition de crises préjudiciables à la mère et à l'enfant à naître. Votre médecin appréciera le risque éventuel lié à la poursuite du traitement dans votre cas.

Allaitement :

Ce médicament passe dans le lait maternel. L'allaitement est déconseillé pendant le traitement.

Mode d'emploi et posologie du médicament SABRIL

Les sachets doivent être dissous dans un demi-verre d'eau, de lait, ou de jus de fruits.

Les comprimés ne sont pas adaptés à l'enfant de moins de 6 ans. En effet, ils risquent d'obstruer les voies respiratoires si l'enfant déglutit mal et que le comprimé passe dans la trachée (fausse route).

Comprimés et sachets peuvent être pris indifféremment avant ou pendant les repas.

Posologie usuelle :

  • Adulte : 4 à 6 comprimés ou sachets par jour, en 1 ou 2 prises.

  • Enfant : 40 mg par kg et par jour, cette dose pouvant être augmentée jusqu'à 150 mg par kg et par jour ; soit, par exemple, pour un enfant de 12 kg : 1 à 2 sachets par jour.

  • Nourrisson : 50 mg par kg et par jour, cette dose pouvant être augmentée jusqu'à 150 mg par kg et par jour.

Conseils

Afin d'éviter les oublis, il est préférable de prendre ce médicament à heure fixe.

Veillez à ne pas manquer de ce médicament : lors de vos déplacements, munissez-vous d'une réserve et d'une ordonnance en cours de validité.

Conditions particulières de délivrance :

Ce médicament doit obligatoirement être prescrit pour la première fois par un médecin spécialisé en neurologie, en neurologie pédiatrique, ou en neuropsychiatrie.

Effets indésirables possibles du médicament SABRIL

Fréquents (plus de 10 % des utilisateurs) : somnolence, fatigue, excitation, agitation (notamment chez l'enfant), rétrécissement du champ visuel (voir Attention).

Moins fréquents (1 à 10 % des utilisateurs) : maux de tête, prise de poids, tremblements, œdème, étourdissement, fourmillements des extrémités, difficulté de concentration et troubles de la mémoire, irritabilité, agressivité, dépression, nausées, douleur abdominale, vision trouble ou dédoublée (diplopie), nystagmus.

Rares (moins de 1 % des utilisateurs) : difficulté à coordonner les mouvements (ataxie), troubles psychiques, éruption cutanée.

Exceptionnels (moins de 0,1 % des utilisateurs) : réaction allergique, atteinte du nerf optique ou de la rétine.

Diminution des transaminases.

Augmentation paradoxale de la fréquence des crises d'épilepsie.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

Commentaires (2)

Le 25/05/2012 à 17:29
avatar Modérateur
Modérateur
@choupy : si le nystagmus ne survient que pendant les crises et ne gênent pas votre fils dans la vie de tous les jours, cela ne nécessite vraisemblablement pas l'arrêt du traitement. N'hésitez pas à poser la question au neurologue.

0 0
Le 25/05/2012 à 17:23
avatar Magnésium 2017
Magnésium 2017
Mon fils fait des crises d'épilepsie partielle.. On lui a prescrit Sabril et ses yeux font des nystagmus... Il a aussi d'autres médicaments... Est ce que les neuro ne devraient pas lui arreter le sabril vu qu'il a un effet indesirable pendant ses crises???

2 4

Actualités

L'anti-ulcéreux CYTOTEC est utilisé en majorité dans des indications hors AMM en gynécologie et en obstétrique (illustration).

CYTOTEC (misoprostol) : arrêt de commercialisation prévu le 1er mars 2018

La prescription d'un THS semble plus utile les premières années suivant le début de la ménopause (illustration).

Ménopause : un suivi de 18 ans de 27 000 femmes sous THS ou placebo écarte les risques annoncés en 2002

Les IEC et les ARA II sont formellement contre-indiqués aux 2e et 3e trimestres de la grossesse (illustration).

IEC et ARA II : un mésusage persistant pendant la grossesse