En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les produits bio sont-ils meilleurs que les autres ?

Mis à jour : Vendredi 13 Septembre 2019

Les aliments bio sont-ils vraiment meilleurs ?

Le point fort des produits bio consiste en l’absence de substances toxiques telles que les résidus de pesticides et d’engrais chimiques. Cependant, en l’absence de fongicides, certains végétaux et en particulier les céréales sont susceptibles d’être contaminés par des mycotoxines (moisissures produisant des substances cancérigènes).

Un engagement réciproque pour maintenir une agriculture locale de qualité
Le principe des AMAP (Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) repose sur un partenariat établi entre un agriculteur et des consommateurs qui s’engagent à acheter directement par souscription les produits de la ferme. Il s’agit essentiellement de fruits et de légumes de saison, produits avec une haute exigence de qualité et selon les normes de l’agriculture biologique. Les AMAP sont implantées partout en France et en Europe, y compris dans les villes. Pour trouver une AMAP près de chez vous : www.reseau-amap.org

Le bio a-t-il une valeur nutritionnelle plus élevée ?

Les données sur la valeur nutritive des fruits et légumes bio reposent sur presque 350 études scientifiques. Ces études ont été analysées de manière croisée (méta-analyse) par deux équipes de chercheurs, en 2012 (240 études analysées) puis 2014 (343 études analysées). La méta-analyse de 2012 n’a trouvé aucune différence significative sur la teneur en vitamines entre fruits et légumes bio et les autres. Par contre, les concentrations en phosphore et en polyphénols (des substances antioxydantes qui pourraient être bénéfiques pour le cœur et es vaisseaux sanguins) semblaient être légèrement plus élevées dans les fruits et les légumes bio.

La méta-analyse de 2014 a trouvé une quantité significativement plus élevée de phosphore, de polyphénols, de vitamine C et E, et de certains caroténoïdes (précurseurs de la vitamine A) dans les fruits et légumes bio. Cette différence quantitative variait selon la provenance des fruits et légumes (et donc le sol sur lequel ils avaient poussé). D’autres études ont indiqué la possibilité de concentrations plus élevées en fer, magnésium, et zinc.

De plus, au-delà des fruits et légumes, le lait bio semble contenir davantage d’acides gras oméga-3 réputés bénéfiques pour la santé cardiovasculaire.

Manger bio prévient-il le cancer ?

Une étude française a suivi un grand nombre de personnes (presque 69 000) pendant une relativement longue durée (7 ans), et a enregistré de manière précise leurs habitudes alimentaires. Le nombre de cancers observés pendant cette période (1340) est suffisamment élevé pour qu’on puisse les prendre comme point de comparaison entre différents types d’habitudes alimentaires.

Les chercheurs ont observé que les femmes ménopausées qui déclaraient consommer le plus d’aliments bio avaient présenté significativement moins de cas de deux types de cancers : lymphomes non hodgkiniens (LNH, des cancers de certains globules blancs) et cancer du sein. Aucune différence n’a été observée pour les autres types de cancer, ni chez les hommes, ni chez les participants âgés de moins de 50 ans. L’association entre aliments bio et risque réduit de cancer était particulièrement forte chez les personnes obèses.

Ainsi, ce que montre cette étude de manière significative, c’est qu’au plus une femme ménopausée consomme une forte proportion d’aliments bio, au moins elle déclare de LNH et de cancer du sein (au moins sur une période de 7 ans).

Cette corrélation peut avoir de nombreuses causes (et plusieurs de ces causes peuvent être associées dans le résultat observé) :

  • l’alimentation bio contient moins de substances cancérigènes ;
  • les personnes qui mangent bio ont une alimentation plus équilibrée, moins riche en aliments gras (le surpoids est un facteur de risque du cancer) ou riches en substances cancérigènes comme les charcuteries ;
  • les personnes qui font attention à leur santé en général (par exemple qui ont une activité physique régulière) mangent davantage de produits bio ;
  • les personnes qui mangent bio consomment moins de boissons alcoolisées (facteur de risque de cancer reconnu dès le premier verre).

De fait, cette étude française précise que les personnes qui déclaraient manger le plus d’aliments bio étaient également celles qui mangeaient le plus de fibres, de protéines végétales, de fruits et de légumes secs, et qui consommaient le moins de viandes, de charcuteries et de lait.

Les aliments bio : une question de goût

Les produits bio ont la réputation d’avoir meilleur goût que les produits conventionnels. Cette différence de goût concernerait plutôt les fruits et les légumes. C’est une question qui reste subjective.

Attention, manger bio ne garantit pas l’équilibre alimentaire ! Les adeptes du bio doivent suivre les recommandations nutritionnelles formulées pour les consommateurs en général.

Les aliments bio : un bénéfice pour l'environnement

Le bénéfice indiscutable de l’agriculture biologique s’applique à l’environnement. Les pratiques de l’agriculture biologique sont plus respectueuses de la vie animale et des équilibres naturels ; elles contribuent à diminuer la pollution liée, entre autres, aux pesticides et aux nitrates. Cependant, en cas d’usage excessif, les engrais naturels (comme le lisier) polluent eux aussi à leur manière.

Actualités

La prescription d'une activité physique adaptée, aux patients en ALD, sera possible à partir du 1er mars 2017 (illustration).

Affections de longue durée : prescription d'une "activité physique adaptée" possible à partir de mars...

Lire les étiquettes des aliments en supermarché (© Danilin Vasily/Thinkstock)

Étiquetage des denrées alimentaires : les nouvelles règles européennes sont entrées en vigueur

Le régime méditerranéen enrichi en huile d'olive ou en noix est-il meilleur pour la santé ?

Régime méditerranéen en prévention cardiovasculaire : oui, mais avec de l'huile d'olive et des noix !