En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Comment stockons-nous les graisses ?

Mis à jour : Vendredi 23 Avril 2010

Comment se forme le tissu adipeux ?

Le surpoids et l'obésité sont l'expression exagérée, voire pathologique, de cette capacité à accumuler, en l'occurrence des graisses. Pour les prévenir ou les combattre, il est important de comprendre les mécanismes qui contrôlent l'accumulation et la consommation des réserves de graisses dans notre corps.

L’accumulation de graisses

Une accumulation excessive de graisses dans le corps provient le plus souvent d'un excès d'acides gras, de sucre ou d'alcool dans l'alimentation.

L’excès d’acides gras et de sucre

Lorsqu’ils sont apportés en excès, les acides gras provenant de la digestion des lipides sont stockés à l’intérieur de cellules spécialisées (les adipocytes) sous forme de substances appelées triglycérides. L’ensemble de ces cellules forme le tissu adipeux, communément appelé « graisse » ou masse grasse, surtout présente sous la peau et autour des organes digestifs.

Un excès d’apport en sucre contribue aussi, lorsque les réserves de glycogène sont saturées, à l’accumulation de graisses dans le tissu adipeux.

L’excès d’alcool

Surpoids et obésité trouvent également leur origine dans un apport excessif d’alcool. L’excès de boissons alcoolisées aboutit à l’accumulation de triglycérides dans le foie ainsi qu’à de nombreux effets toxiques. De plus, l’alcool brûlé immédiatement pour fournir de l’énergie diminue l’utilisation des sucres et des acides gras par les cellules et contribue ainsi à l’accumulation de graisses dans le tissu adipeux. Pour cette raison, les personnes qui surveillent leur consommation de matières grasses doivent penser à intégrer les boissons alcoolisées dans leurs calculs.

Les caractéristiques du tissu adipeux

Sa répartition dans le corps

La répartition du tissu adipeux dans le corps varie selon divers facteurs tels que l’âge, le sexe, l’activité physique ou la prédisposition génétique. Les hommes ont plutôt tendance à accumuler les graisses au niveau du ventre (poignées d’amour, brioche). Selon leur prédisposition génétique, la répartition des graisses chez les femmes présente deux variantes : l’une dite « en poire », où les graisses s’accumulent au niveau du bassin et des cuisses (culotte de cheval) ; l’autre dite « en pomme », sur les seins, le ventre et les hanches.

La cellulite
La cellulite est un développement excessif du tissu adipeux dans des zones très localisées, en général sur les hanches, les fesses et les cuisses. Ce tissu adipeux est parcouru de fibres de collagène perpendiculaires à la peau qui lui donne un aspect bosselé communément appelé « peau d’orange ».
La cellulite n’est pas une maladie, mais elle constitue un problème esthétique. Présente uniquement chez les femmes, elle est essentiellement liée à des facteurs héréditaires, parfois associés à des causes hormonales ou circulatoires. Seule une petite partie des graisses composant la cellulite disparaît lors d’une perte de poids.

Un réservoir d’énergie

Le tissu adipeux est un incroyable réservoir d’énergie (environ 135.000 calories pour un homme de 70 kilos), bien plus abondant que le glycogène, mais moins efficace et moins rapide à utiliser. En cas de besoin, les triglycérides contenus dans les adipocytes peuvent être découpés pour former des acides gras et des substances appelées glycérols. Les acides gras sont transportés dans le sang jusqu’aux cellules, où ils sont utilisés pour fournir de l’énergie. Les glycérols sont captés par les cellules du foie et des muscles où ils sont transformés en glucose.

Ce mécanisme permet aux organes comme le cerveau, qui ne savent brûler ni les acides gras ni les glycérols de bénéficier indirectement de cette source d'énergie, même lorsque les réserves en glycogène sont épuisées.

Attention à l’abus d’alcool

L’alcool est très calorique et contribue à l’accumulation de tissu adipeux d’où l’apparition de surpoids, d’obésité, de diabète de type 2, d’hypertension artérielle et de maladies cardiovasculaires. Une demi-bouteille de vin (trois verres) apporte autant de calories que trois cuillerées à soupe d’huile, un demi-camembert ou le quart d’une barquette de 250 g de beurre allégé à 41 %. Lorsque l’apport d’alcool excède 20 à 30 g par jour (soit l’équivalent en alcool de deux à trois verres de vin rouge), l’organisme ne parvient plus à l’utiliser dans sa totalité comme source d’énergie immédiate. L’alcool est alors transformé en triglycérides qui sont stockés dans le foie. Lorsque cette accumulation devient importante, elle interfère avec le bon fonctionnement du foie et du pancréas et provoque de graves complications.

De plus, l’absorption excessive d’alcool nuit à l’absorption de certaines vitamines (A, D, C et du groupe B) et de certains oligoéléments (zinc et sélénium, par exemple) par l’intestin, d’où l’apparition de carences.

Actualités

La prescription d'une activité physique adaptée, aux patients en ALD, sera possible à partir du 1er mars 2017 (illustration).

Affections de longue durée : prescription d'une "activité physique adaptée" possible à partir de mars...

Lire les étiquettes des aliments en supermarché (© Danilin Vasily/Thinkstock)

Étiquetage des denrées alimentaires : les nouvelles règles européennes sont entrées en vigueur

Le régime méditerranéen enrichi en huile d'olive ou en noix est-il meilleur pour la santé ?

Régime méditerranéen en prévention cardiovasculaire : oui, mais avec de l'huile d'olive et des noix !