En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Comment modifier ses habitudes alimentaires ?

Mis à jour : Lundi 25 Mai 2009

Construire son équilibre alimentaire ne va pas forcément de soi, surtout dans notre société où les repères traditionnels tendent à être effacés par les nouveaux modes de vie. Pour manger mieux, il faut s'impliquer au quotidien dans son alimentation et construire progressivement son équilibre nutritionnel en se faisant, au besoin, aider par un spécialiste.

Qu'entend-on par alimentation équilibrée ?

repas familial

L'équilibre alimentaire permet de couvrir les besoins de notre organisme au cours des différents stades de la vie. Un minimum d'information et d'éducation nutritionnelle peut être nécessaire pour y parvenir.

Il n’est pas question d’interdire certains aliments ni de sacrifier le plaisir de manger. Il faut consommer un peu de tout pour apporter à notre corps tous les éléments dont il a besoin. Dans les pays industrialisés, nous disposons d’un grand choix d’aliments pour manger chaque jour de manière équilibrée et variée, sans pour autant manger « triste » ni y consacrer un temps excessif. Le secret d’une alimentation équilibrée repose sur la satisfaction de nos envies et le respect de nos besoins. Mais en pratique, nombre de facteurs entrent en jeu, car nous sommes tous différents, avec chacun nos habitudes et notre histoire.

L'influence de la culture sur l'alimentation

Les aliments traditionnels

Au-delà de nos goûts personnels, la culture dont nous sommes issus influence le contenu de notre assiette. On trouve une céréale de base dans chaque culture : froment en Europe de l'Ouest, seigle en Europe de l'Est, riz en Extrême-Orient, maïs en Amérique centrale, millet en Afrique. Les aliments traditionnels sont souvent liés au climat ou à la nature des sols, même si ces contraintes ont tendance à s'atténuer.

Nombre, fréquence et nature des repas

Le nombre, la fréquence et la nature des repas sont également caractéristiques de chaque culture. Les Français citadins ont de plus en plus tendance à ne prendre qu'un seul vrai repas le soir (conséquence du mode de vie et des contraintes professionnelles) au détriment du petit-déjeuner et du déjeuner. Les Nord-Américains, eux, ont tendance à supprimer les repas au profit d'un grignotage suivant les envies.

L'influence familiale sur l'alimentation

À travers nos expériences personnelles, nous avons créé un lien affectif avec les aliments dès la naissance et tout au long de notre vie. Nos habitudes alimentaires sont profondément ancrées dans notre héritage culinaire, lui-même influencé par les traditions nationales et régionales, le niveau économique ou la religion, par exemple. Certaines familles consomment beaucoup de pain ou de riz, d'autres privilégient les pâtes et les pommes de terre. De la même manière, la fréquence de consommation des produits laitiers, des fruits et des légumes ou du poisson est fortement conditionnée par les habitudes familiales. Les modes de cuisson, sujets d'éternels débats sur le thème « cuisson au beurre ou cuisson à l'huile ? » sont également transmis de génération en génération. Enfin, la façon même de consommer nos repas assis à table en famille, devant la télévision, dans la cuisine ou dans la salle à manger, fait partie de ces habitudes.

Actualités

La prescription d'une activité physique adaptée, aux patients en ALD, sera possible à partir du 1er mars 2017 (illustration).

Affections de longue durée : prescription d'une "activité physique adaptée" possible à partir de mars...

Lire les étiquettes des aliments en supermarché (© Danilin Vasily/Thinkstock)

Étiquetage des denrées alimentaires : les nouvelles règles européennes sont entrées en vigueur

Le régime méditerranéen enrichi en huile d'olive ou en noix est-il meilleur pour la santé ?

Régime méditerranéen en prévention cardiovasculaire : oui, mais avec de l'huile d'olive et des noix !