En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Quel mangeur êtes-vous ?

Mis à jour : Mercredi 27 Mai 2009

Nous sommes tous différents. Néanmoins, des études de comportement alimentaire ont permis d'identifier quelques grands types de mangeurs. Ce type d'approche n'est pas à prendre au pied de la lettre, mais il peut être intéressant de l'utiliser pour y retrouver un peu de soi et profiter des conseils nutritionnels correspondants.

manger une salade

L'OCA (Observatoire des consommations alimentaires) et le CRéDOC (Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie) ont proposé une typologie des consommateurs de plus de dix-huit ans. L'analyse des aliments consommés pendant sept jours a permis de distinguer six grands profils de consommateurs en fonction de leurs habitudes alimentaires. Classés de 1 à 6, ces groupes se distinguent par la diversité nutritionnelle de leur alimentation : le groupe 1 présente un régime plus diversifié que le groupe 2, et ainsi de suite. Ces différences s'expliquent en grande partie par les variations de consommation de fruits et de légumes, respectivement deux et trois fois plus importantes dans le groupe 1 que dans le groupe 6.

Groupe 1 : Les petites mangeuses diversifiées

Ce groupe constitue 15 % de la population. Il est composé en majorité de femmes (80 %), dont les deux tiers ont plus de quarante-cinq ans. L’alimentation des petites mangeuses diversifiées est relativement équilibrée. Elle est caractérisée par des apports caloriques faibles et une consommation de fruits et de légumes importante. La prévalence de l’obésité est faible dans ce groupe, malgré l’âge moyen.

    Conseils nutritionnels :
  • Maintenir la diversité alimentaire.
  • Si les apports caloriques totaux sont inférieurs à 1 500 calories par jour, prévenir le risque de carences en mangeant un peu plus de féculents tels que pâtes, riz, pain et produits céréaliers.

Groupe 2 : Les gros mangeurs diversifiés

Ce groupe représente 14 % de la population, dont 35 % vivent en région parisienne. Il est composé en grande majorité d’hommes âgés de vingt-cinq à cinquante-quatre ans. Les gros mangeurs diversifiés ont une alimentation diversifiée et riche en énergie. La consommation de pain, de beurre, de viande, de sauces et de sucre est importante. L’obésité et le surpoids sont fréquents dans ce groupe.

    Conseils nutritionnels :
  • Conserver la diversité alimentaire, mais limiter la consommation d’aliments très caloriques.
  • Augmenter la consommation de fruits et de légumes ainsi que l’activité physique.

Groupe 3 : Les mangeurs standard

Ce groupe représente 27 % de la population, avec une majorité de femmes et deux tiers de plus de quarante-cinq ans. Il est caractérisé par l’absence de préférences alimentaires et par un niveau de consommation de toutes les catégories d’aliments proche de la moyenne. On y trouve beaucoup de retraités et d’employés. Les habitudes alimentaires de ce groupe pourraient être représentatives de l’alimentation traditionnelle française. Le surpoids y est fréquent.

    Conseils nutritionnels :
  • Maintenir la diversification alimentaire, tout en suivant d’un peu plus près les recommandations pour atteindre l’équilibre alimentaire : un peu plus de fruits et légumes et un peu moins d’aliments caloriques, par exemple.
  • Augmenter l’activité physique.

Groupe 4 : Les jeunes mangeurs

Ce groupe représente 14 % de la population, avec une légère majorité d’hommes et trois quarts de personnes de dix-huit à trente-quatre ans. Beaucoup sont originaires de la région parisienne. Les jeunes mangeurs sont les plus forts consommateurs de biscuits sucrés, de riz, de pâtes, de sodas et de chocolat. La faible fréquence de l’obésité dans ce groupe s’explique par la moyenne d’âge qui est assez basse. Le problème est de savoir vers quel profil de consommateurs ces jeunes mangeurs évolueront avec l’âge.

    Conseils nutritionnels :
  • Diversifier l’alimentation, manger plus de fruits et de légumes et moins de sucreries.
  • Prévenir le risque d’obésité en rétablissant de bonnes habitudes alimentaires, en luttant contre la sédentarité et en favorisant les activités physiques.

Groupe 5 : Les petites mangeuses pressées

Ce groupe représente 18 % de la population ; il est composé en majorité par des femmes (70 %) plutôt jeunes - deux tiers ont moins de cinquante ans. L’apport calorique est faible, comme dans le groupe 1, mais leur diversité alimentaire est limitée. Les petites mangeuses pressées sont les plus fortes consommatrices de viennoiseries, de pizzas et de quiches, mais la fréquence du surpoids et de l’obésité est faible. Ce groupe présente un risque de carence important, les apports en folates, calcium, vitamine C, magnésium et fibres restant faibles.

    Conseils nutritionnels :
  • Rétablir la diversité pour prévenir les carences.
  • Augmenter l’apport calorique.
  • Manger beaucoup plus de fruits, de légumes et de féculents.
  • Manger moins d’aliments sucrés ou gras.

Groupe 6 : Les gros mangeurs monotones

Ce groupe représente 12 % de la population générale ; il est composé essentiellement d’hommes, pour la plupart âgés de vingt-cinq à cinquante-quatre ans. Les apports énergétiques sont importants et la diversité alimentaire est très faible. La consommation de boissons alcoolisées est élevée, elle représente 20 % des apports caloriques totaux. Les gros mangeurs monotones consomment beaucoup de fromage, de charcuterie, d’abats, de pommes de terre et de café. Le surpoids et l’obésité sont fréquents dans ce groupe où l’on trouve 44 % d’ouvriers ou d’employés dotés d’un faible niveau de revenus et de peu de connaissances en nutrition.

    Conseils nutritionnels :
  • Le comportement alimentaire est à reconsidérer face au risque important d’obésité.
  • Manger de manière plus diversifiée et rétablir des habitudes alimentaires proches des recommandations officielles.
  • Manger plus de fruits et de légumes et moins de produits gras ou sucrés.
  • Réduire la consommation de boissons alcoolisées.

Actualités

La prescription d'une activité physique adaptée, aux patients en ALD, sera possible à partir du 1er mars 2017 (illustration).

Affections de longue durée : prescription d'une "activité physique adaptée" possible à partir de mars...

Lire les étiquettes des aliments en supermarché (© Danilin Vasily/Thinkstock)

Étiquetage des denrées alimentaires : les nouvelles règles européennes sont entrées en vigueur

Le régime méditerranéen enrichi en huile d'olive ou en noix est-il meilleur pour la santé ?

Régime méditerranéen en prévention cardiovasculaire : oui, mais avec de l'huile d'olive et des noix !