En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les suppléments nutritionnels chez le sportif

Mis à jour : Jeudi 13 Avril 2017

Depuis quelques années, les boutiques de diététique pour sportifs fleurissent et proposent une grande variété de suppléments nutritionnels à des prix souvent très élevés. À l’origine, ces produits visaient essentiellement une clientèle de culturistes. Aujourd’hui, de nombreux sportifs fréquentent ces magasins, à la recherche de produits qui leur permettront d’augmenter leurs performances, ou plus simplement de tirer un plus grand bénéfice esthétique de leur entraînement. Si certains de ces produits (ceux répondant à la définition réglementaire d’aliments de l’effort pour sportifs) peuvent être pratiques, comme les boissons et les barres énergétiques, la plupart allèguent de bienfaits qui n’ont jamais été scientifiquement démontrés. Certains pourraient même faire courir un danger à la santé de ceux qui les utilisent.

Depuis juin 2012, la présence de la mention NF V 94-001, sur l’emballage des compléments alimentaires et denrées alimentaires, garantit aux consommateurs que les produits ainsi labellisés sont exempts de substances dopantes.

Suppléments nutritionnels et conduite dopante

boisson énergisante

Les raisons pour lesquelles certains sportifs ont recours aux suppléments nutritionnels sont souvent très voisines de celles pour lesquelles certains athlètes se tournent vers les produits dopants. Chez les sportifs amateurs, les suppléments nutritionnels sont essentiellement utilisés pour essayer d’améliorer les capacités et les performances, perdre du gras, augmenter la masse musculaire, récupérer plus vite, etc. Leur usage de plus en plus répandu reflète les tentations d’une société où la tricherie est banalisée et où tout serait réglé en avalant quelques pilules.

Les suppléments nutritionnels ne sont pas inscrits sur la liste des produits dopants mais ils participent à ce qu’on appelle la conduite dopante. Ils constituent une tentative pour pousser artificiellement ses limites grâce à des produits dont le mécanisme d’action se rapproche de ceux des médicaments. Une fois habitué à la prise d’une substance pour se dépasser et à la recherche de produits miracles, même si ceux-ci ne sont pas classés parmi les produits dopants, le sportif est plus facilement enclin à prendre des produits plus dangereux pour gagner toujours plus. S’il s’agit d’un loisir ou d’une pratique amateur, le sport doit rester une distraction et un moyen de se maintenir en forme. L’usage de suppléments nutritionnels doit être évité, à l’exception éventuelle de ceux qui ont un intérêt pratique évident, comme les suppléments énergétiques pour sportifs.

Pour ceux qui font néanmoins le choix d'avoir recours aux suppléments nutritionnels, il est indispensable de garder un esprit critique aiguisé et de faire un minimum de recherches sérieuses avant de prendre un produit. Le domaine de la diététique sportive est le terrain de jeux d'un très grand nombre d'escrocs à l'imagination débordante et au discours pseudo-scientifique bien rodé. Le mieux est de demander conseil auprès d'un médecin ou d'un diététicien du sport.

Suppléments nutritionnels et santé

L’utilisation de compléments alimentaires dans le cadre de la pratique sportive doit être réalisée avec précaution, discutée avec un professionnel de santé et réalisée sous contrôle médical. En effet, leur consommation peut parfois provoquer des effets indésirables graves.

L’Anses a relayé un ensemble de recommandations émises par le groupe de travail « Nutrivigilance » et le comité d’experts « Nutrition humaine ». Ainsi, les compléments alimentaires consommés pour le développement musculaire ou la diminution de la masse grasse sont déconseillés chez les personnes présentant des facteurs de risque cardiovasculaire ou souffrant le certaines maladies (cœur, rein, foie, neuropsychiatriques), chez les enfants, les adolescents et les femmes enceintes ou allaitantes. En outre, la consommation de plusieurs compléments alimentaires ou en association avec des médicaments est déconseillée.

Les suppléments nutritionnels énergétiques chez les sportifs

Chez les sportifs, l'usage de tel ou tel supplément nutritionnel varie selon des phénomènes de mode. Néanmoins, il existe quelques "grands classiques" qui reviennent régulièrement dans les magazines de culturisme ou dans les discussions de vestiaire.

Les suppléments glucidiques pour sportifs

Il existe une très grande variété de boissons, poudres à diluer, sirops et barres énergétiques contenant des glucides : glucose, fructose (le sucre des fruits, lent à digérer), polymères (chaînes) de glucose, maltose, dextromaltose, etc.

Ces suppléments glucidiques « de l’effort » visent à prévenir l’épuisement des réserves de glycogène et à améliorer l’endurance. Certains contiennent aussi les sels minéraux et les oligoéléments perdus en suant. Ces suppléments sont souvent chers mais s’avèrent efficaces en compétition s’ils sont bien tolérés par le système digestif. Il est préférable de les essayer pendant la période d’entraînement pour éviter de mauvaises surprises le jour de la compétition. Une boisson préparée chez soi peut également convenir. Attention, depuis 2016, l’EFSA (Agence européenne de sécurité des aliments) interdit aux compléments alimentaires liquides contenant des glucides de prétendre « maintenir les capacités d’endurance pendant des exercices d’endurance prolongés ».

Certaines boissons sont hypertoniques et doivent être réservées aux périodes froides après en avoir bien vérifié la tolérance.

Les triglycérides à chaîne moyenne chez les sportifs

Cette catégorie de graisses, facilement absorbée par l’intestin, est présentée sous forme de poudre ou de gélules comme source d’énergie supplémentaire pour économiser ses propres réserves. Malheureusement, les études cliniques ont montré que, même associés à des sucres rapides, les triglycérides à chaîne moyenne n’ont pas d’effet sur les performances et n’économisent pas le glycogène du muscle. Ils préservent plutôt le tissu adipeux du sportif, ce qui peut devenir un inconvénient lorsque l’on cherche à perdre du poids. Pris en trop grande quantité, ils peuvent être à l’origine d’inconfort digestif.

Actualités

La prescription d'une activité physique adaptée, aux patients en ALD, sera possible à partir du 1er mars 2017 (illustration).

Affections de longue durée : prescription d'une "activité physique adaptée" possible à partir de mars...

Lire les étiquettes des aliments en supermarché (© Danilin Vasily/Thinkstock)

Étiquetage des denrées alimentaires : les nouvelles règles européennes sont entrées en vigueur

Le régime méditerranéen enrichi en huile d'olive ou en noix est-il meilleur pour la santé ?

Régime méditerranéen en prévention cardiovasculaire : oui, mais avec de l'huile d'olive et des noix !