En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Equilibrer le déjeuner et le dîner

Mis à jour : Lundi 16 Septembre 2019

Comment composer ces repas ?

La composition du déjeuner ou du dîner devrait obéir à certaines règles.

Comment équilibrer les entrées ?

Il est préférable que l’entrée se compose de légumes frais ou secs (crudités, salades, pois ou lentilles) ou encore de fruits tels que le melon ou le pamplemousse. Ces aliments apportent des fibres qui vont commencer à remplir l’estomac et éviter à tout un chacun de se « jeter » sur les plats suivants.

N’oubliez pas que le hors-d’œuvre est censé ouvrir seulement l’appétit. La portion ne doit pas être démesurée ; 100 à 150 g suffisent largement pour ne pas couper la faim trop rapidement et empêcher de ce fait l’apport d’autres nutriments essentiels. Si vous y incorporez des féculents, comme dans le cas d’un taboulé, d’une salade de riz ou de pommes de terre, une source de protéines (des sardines à l’huile, du thon, de la charcuterie, par exemple) ou du fromage, mangez moins de viande, de poissons ou de féculents dans le plat principal ou évitez le fromage en fin de repas. Si vous êtes adepte de la charcuterie, faites en sorte que la suite du repas soit pauvre en matières grasses ainsi qu’en sel, et évitez la viande en plat principal.

Pour assaisonner vos salades, n'ayez pas la main trop lourde sur l'huile et le sel. Préférez la qualité à la quantité : un peu d'huile d'olive ou de colza, un bon vinaigre de vin ou balsamique, différents aromates ou épices. Si en théorie votre sauce nécessite un peu de crème fraîche, comme pour assaisonner les concombres, remplacez-la par un yaourt nature ou un peu de fromage blanc.

Comment équilibrer le plat principal ?

C’est le cœur du menu et le plat qui va apporter l’essentiel des protéines du repas. Il se compose généralement de 100 à 150 g de viande, de poisson, de fruits de mer ou d’œufs, accompagnés de 200 à 300 g de légumes, de légumes secs ou de féculents. N’hésitez pas à mélanger pour diversifier vos aliments : du riz avec de la ratatouille, des haricots verts avec des pommes de terre, des petits pois avec des carottes, des épinards avec des pâtes, par exemple.

Attention aux quiches ! Il faut être raisonnable sur les portions, car ce sont des aliments assez gras. Accompagnez-les d’une salade ou de crudités. Attention également aux fritures et aux gratins contenant du fromage, ces plats sont souvent excessivement gras et caloriques.

Les plats uniques
Selon vos envies et le temps dont vous disposez, vous pouvez remplacer les différents plats du déjeuner et du dîner par un plat unique chaud, comme un couscous par exemple ; par une salade composée de féculents contenant un aliment d'origine animale ; ou encore par une crêpe, une quiche ou une pizza accompagnées de crudités. Ces plats uniques doivent apporter en nutriments et en énergie l'équivalent d'un repas complet. Il faut veiller à ce que toutes les familles d'aliments soient présentes dans le plat unique et, au besoin, l'accompagner d'un yaourt et d'un fruit.

Comment équilibrer les desserts ?

Après le plat principal, l’idéal est de manger un yaourt et des fruits qui permettent de finir le repas de façon légère tout en apportant des nutriments essentiels et en facilitant la digestion. Pourtant, le plateau de fromages et les desserts élaborés, bien plus riches, tiennent une place de choix dans la gastronomie française.

  • Si vous préférez le fromage au yaourt, servez-vous une part raisonnable d’un seul fromage, soit 30 g (l’équivalent de deux doigts) avec un morceau de pain et un peu de salade verte.
  • Si vous choisissez une crème dessert, sachez qu’elle ne possède pas les qualités nutritionnelles d’un yaourt. Les desserts lactés sont souvent très sucrés et très gras ; ils ne doivent être consommés que de temps en temps.
  • Si vous choisissez une pâtisserie, soyez conscients que les gâteaux très riches en sucre, en beurre et en œufs, comme les fondants au chocolat, sont extrêmement gras et caloriques. Leur consommation doit rester occasionnelle. Lorsque vous ne pouvez résister à une pâtisserie, optez pour une part raisonnable de tarte aux fruits ou de clafoutis (une demi-portion, l’équivalent de la moitié d’une main).

Le pain et l'eau

Le déjeuner et le dîner offrent aussi l’occasion de manger un peu de pain. Conservez cette habitude, car le pain est essentiel à notre alimentation.

N’oubliez pas non plus de boire de l’eau pendant les repas ; puis, éventuellement, un café, un thé ou une tisane. Ces boissons chaudes facilitent la digestion ou, comme le café à midi, donnent un petit coup de fouet à notre organisme pour la suite de la journée. N’abusez cependant pas du café, il peut provoquer des aigreurs d'estomac et des troubles du sommeil.

La composition du déjeuner et du dîner
Groupe d'aliments Nombre de portions pour...
Une femme Un homme Un adolescent de 14 ans Une fillette de 8 ans
Eau 2 2 2 2
Produits laitiers 1 1 1 1
Pain
Féculents
1
1
2
2
1 ou 2
1 ou 2
1
1
Fruits
Légumes
1
1
1
1
1
1
1
1
Viande, poissons, œufs 1 1 ou 2 1 ou 2 1/2 ou 1
Produits sucrés 1 1 1 1
Matières grasses 1 1 1 1
Sel 1 1 1 1
Alcool (facultatif) 1 1 0 0

Actualités

La prescription d'une activité physique adaptée, aux patients en ALD, sera possible à partir du 1er mars 2017 (illustration).

Affections de longue durée : prescription d'une "activité physique adaptée" possible à partir de mars...

Lire les étiquettes des aliments en supermarché (© Danilin Vasily/Thinkstock)

Étiquetage des denrées alimentaires : les nouvelles règles européennes sont entrées en vigueur

Le régime méditerranéen enrichi en huile d'olive ou en noix est-il meilleur pour la santé ?

Régime méditerranéen en prévention cardiovasculaire : oui, mais avec de l'huile d'olive et des noix !