En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Enfants et compléments alimentaires

Mis à jour : Mardi 16 Août 2011

Les vitamines et les minéraux sont indispensables à la croissance des enfants. Toutefois, il n’y a pas lieu de donner de compléments alimentaires à un enfant bien portant si son alimentation est équilibrée et variée. En cas de doute, ce sera au médecin référent ou au pédiatre d’en juger.

Les risques de carences en vitamines et minéraux chez les enfants

un petit garçon

La majorité des vitamines et des minéraux est apportée par l’alimentation : lait maternel ou lait maternisé chez les nourrissons, puis fruits, légumes, viandes, poissons, céréales, à partir de la diversification alimentaire. Une alimentation diversifiée et équilibrée est le gage d’un apport vitaminique suffisant. Toutefois, les carences en fer, en vitamines D et K et en fluor sont parfois observées chez les enfants et certaines font l’objet d’une prévention systématique (voir ci-dessous). Dans certains cas particuliers, infections et maladies chroniques par exemple, ou dans le cas d’apports alimentaires insuffisants, des compléments pourront être prescrits par le médecin.

Attention, l’automédication par les compléments alimentaires est toujours contre-indiquée chez les enfants. Une supplémentation incontrôlée et des surdosages en vitamines peuvent occasionner des troubles graves. Par exemple, un surdosage de fluor provoque des troubles osseux et laisse des traces brunes définitives sur les dents. De la même manière, un apport trop élevé en vitamine A, en vitamine D ou en fer peut être très néfaste à la santé de l’enfant.

Quels sont les suppléments prescrits aux enfants en prévention ?

Certains suppléments de nutriments sont fréquemment prescrits aux enfants.

Suppléments de vitamine D chez les enfants

La vitamine D est nécessaire à l’absorption du calcium par l’intestin, à sa fixation sur les os et au métabolisme du phosphore. La peau peut fabriquer de la vitamine D sous l’effet des rayons ultraviolets, mais les jeunes enfants n’en produisent pas suffisamment pour couvrir leurs besoins, en particulier s’ils vivent dans des régions peu ensoleillées.

Même si le lait maternel et les préparations industrielles contiennent de la vitamine D, une prescription par voie orale est parfois nécessaire pour assurer des apports suffisants et prévenir le rachitisme (la carence en vitamine D). Elle peut être prescrite sous forme d'apport quotidien ou de dose unique dont l'effet dure plusieurs mois.

Suppléments de vitamine K chez les enfants

La vitamine K intervient dans la coagulation du sang. Tous les nouveau-nés en reçoivent les premier et septième jours de leur vie. Le lait maternel en contient peu et, chez les enfants nourris exclusivement au sein, l’administration de 2 mg de vitamine K par semaine est prescrite pendant toute la durée de l’allaitement maternel.

Suppléments de fer chez les enfants

Un jeune enfant en pleine croissance a des besoins en fer particulièrement importants. L’insuffisance d’apport en fer semble fréquente en France, elle toucherait de 20 à 30 % des enfants de moins de trois ans.

Le meilleur moyen de prévention reste l'allaitement maternel puis la prise de 500 ml de préparation lactée enrichie en fer au moins jusqu'à l'âge de trois ans (voir encadré ci-contre). Les abats, la viande rouge, la volaille, le poisson et les fruits de mer contiennent du fer facilement absorbable.

Suppléments de fluor chez les enfants

Le fluor est un composant essentiel de l’émail des dents et un apport régulier pendant l’enfance permet de prévenir l’apparition des caries. S’il suspecte que l’apport en fluor d’un enfant est insuffisant, le médecin peut prescrire un apport complémentaire à l’aide de comprimés ou de sels de fluor.

Attention, les enfants de moins de six ans ne doivent pas consommer régulièrement d’eaux minérales contenant plus de 1 mg de fluor par litre : Vichy Célestins, Saint-Yorre, Quézac ou Badoit, par exemple.

Les dentifrices au fluor sont réservés aux enfants de plus de trois ans.

En France, le sel de cuisine des cantines scolaires est systématiquement enrichi en fluor. En revanche, l'eau du robinet ne l'est jamais. Rappelons toutefois que la meilleure protection contre les caries dentaires reste le brossage régulier des dents et une consommation modérée d'aliments riches en sucre.

Suppléments de calcium chez les enfants

Le calcium est capital pour l'enfant, car il permet une bonne minéralisation du squelette, en particulier pendant les phases de croissance rapide.

Chez le nourrisson, les apports en calcium sont assurés par le lait maternel ou par les préparations pour nourrissons.

Jusqu'à l'âge de trois ans, les enfants doivent consommer au moins 500 ml de lait par jour sous forme de préparations de suite (ou laits 2e âge), de laits de croissance ou, au-delà de un an, de lait entier. Selon la Société française de pédiatrie, si cette condition est respectée, la prescription de suppléments de calcium n'est pas justifiée.

Existe-t-il des risques à donner des compléments alimentaires aux enfants ?

Lorsqu’un enfant reçoit un supplément nutritionnel, il est important de toujours respecter les doses prescrites par le médecin.

L'usage du fluor, du fait de sa toxicité, nécessite de nombreuses précautions. L'intoxication chronique (fluorose) se traduit chez les enfants par des dents grisâtres, rayées, ternes et, chez les adultes, par une fragilité osseuse ainsi que par des douleurs et des raideurs dans les membres. La fluorose toucherait jusqu'à 3 % des enfants dans les pays industrialisés !

Actualités

Capture d'écran d'une vidéo d'explication sur la mise en place d'ESSURE (dans les 2 trompes), empêchant les spermatozoïdes d'atteindre les ovules (illustration).

Stérilisation à visée contraceptive : arrêt de la commercialisation de l'implant ESSURE

Modélisation 3D de la molécule d'insuline (illustration).

Stylo injecteur d'insuline NOVOPEN ECHO : risque d'altération du porte-cartouche et consignes aux utilisateurs

Selon la HAS, les données disponibles ne permettant pas de confirmer l'intérêt des dispositifs médicaux à base d'acide hyaluronique en solution injectable dans la stratégie thérapeutique de l'arthrose du genou (illustration).

Arthrose du genou : le déremboursement d'ARTHRUM (acide hyaluronique) est suspendu