En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Savoir lire les étiquettes des compléments alimentaires

Mis à jour : Lundi 29 Août 2011

Les réglementations européenne et française imposent des règles concernant l’étiquetage des compléments alimentaires. Certaines mentions doivent obligatoirement apparaître sur l’emballage et le mode d’emploi ; d’autres sont interdites. Les industriels sont autorisés à y ajouter des conseils d’hygiène de vie.

Les mentions obligatoires sur les étiquettes de compléments alimentaires

  • Le terme « complément alimentaire » doit figurer sur l’emballage, ainsi que le nom des familles de nutriments utilisés, par exemple : vitamines ou minéraux.
  • La liste complète des ingrédients est obligatoire. Comme pour les aliments, ceux-ci sont indiqués par ordre décroissant en quantité, avec l’ingrédient le plus abondant en premier. Les ingrédients susceptibles de provoquer des réactions allergiques doivent être mentionnés comme tels.
  • Un mode d’emploi doit être proposé avec la dose quotidienne conseillée. Il sera accompagné de conseils d’utilisation ainsi que, le cas échéant, d’avertissements, comme la dose maximale quotidienne.
  • Les quantités de nutriments doivent être indiquées en pourcentage de l’apport journalier recommandé (AJR) pour une dose quotidienne.
  • Une date de péremption doit être indiquée, ainsi que des informations sur les conditions de conservation.
  • La présence de substances pouvant provoquer des allergies doit être mentionnée.

etiquette d'un produit complément alimentaire

Les mentions facultatives ou interdites sur les étiquettes des compléments alimentaires

Les industriels sont incités à donner des conseils d’hygiène de vie pouvant renforcer les effets du complément. Il leur est interdit de suggérer qu’une alimentation équilibrée et variée ne constitue pas une source suffisante de nutriments.

Les allégations de santé concernant la prévention et le traitement de maladies sont interdites, sauf exceptions.

Actualités

Selon la HAS, les données disponibles ne permettant pas de confirmer l'intérêt des dispositifs médicaux à base d'acide hyaluronique en solution injectable dans la stratégie thérapeutique de l'arthrose du genou (illustration).

Arthrose du genou : le déremboursement d'ARTHRUM (acide hyaluronique) est suspendu

Les solution viscoélastiques à base d'acide hyaluronique sont utilisées en 2e intention dans le traitement symptomatique de la gonarthrose douloureuse (illustration).

Arthrose du genou : OSTENIL (acide hyaluronique) restera remboursable après le 1er juin

Les données disponibles ne permettant pas de confirmer l'intérêt des dispositifs médicaux à base d'acide hyaluronique en solution injectable dans la stratégie thérapeutique de l'arthrose du genou (illustration).

Gonarthrose : déremboursement des solutions viscoélastiques d'acide hyaluronique pour injection intra-articulaire