En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Les 10 règles d’or de la phytothérapie

Mis à jour : Mardi 21 Août 2012

Pour bénéficier des avantages éventuels des plantes médicinales sans mettre sa santé en danger, il convient de respecter certaines règles de base. Ces règles sont destinées à éviter des problèmes liés à la toxicité des plantes, aux interactions entre plantes et médicaments, ou à un retard de diagnostic qui pourrait diminuer les chances de guérison.

Évitez de prendre un remède à base de plantes sans consulter un professionnel qualifié

plantes

En cas de symptômes d'origine inconnue, évitez de prendre un remède à base de plantes sans consulter un professionnel qualifié (médecin phytothérapeute, pharmacien ou herboriste). Hormis le cas des tisanes classiques vendues en grandes surfaces, l'automédication par les plantes est réservée aux affections connues et déjà traitées par les plantes sous supervision médicale. Dans tous les cas, il est indispensable de consulter si les symptômes persistent plus de 48 heures.

N'oubliez jamais de signaler les traitements à base de plantes que vous suivez

N'oubliez jamais de signaler à votre médecin et à votre pharmacien les traitements à base de plantes que vous suivez. Il est important d'en informer également votre dentiste, ou l'anesthésiste si vous devez subir une opération chirurgicale. Les produits de phytothérapie peuvent exposer à des interactions médicamenteuses et à des troubles de la coagulation sanguine.

Si vous souffrez d'une maladie chronique, redoublez de vigilance

Pour éviter les interactions entre plantes et médicaments, les personnes qui souffrent de maladies chroniques ou qui prennent un traitement au long cours doivent systématiquement demander conseil à leur médecin ou à leur pharmacien avant d'utiliser des plantes pour se soigner.

Ne mélangez pas les plantes médicinales

N'associez jamais plusieurs plantes sans le conseil d'un professionnel de la phytothérapie. Comme les médicaments, les plantes peuvent interagir entre elles et mutuellement augmenter leur toxicité.

Plantes médicinales et grossesse : attention danger !

Les femmes enceintes et celles qui allaitent doivent systématiquement consulter leur médecin avant de prendre un remède à base de plantes.

Plantes médicinales et enfants : abstenez-vous

La phytothérapie doit être employée avec prudence chez les enfants. Aucun produit à base de plantes ne doit être administré par voie orale aux enfants de moins de douze ans sans contrôle médical. L'usage des huiles essentielles sous quelque forme que ce soit doit également être réservé aux enfants de plus de douze ans.

Ne vous empoisonnez pas en récoltant des plantes médicinales

La récolte des plantes sauvages est réservée aux connaisseurs, car il n'est pas toujours aisé de distinguer une espèce d'une autre. N'hésitez pas à demander conseil à un pharmacien ou à un herboriste. Par mesure de précaution, ne ramassez pas les plantes sur les bords de routes, à proximité de champs traités par des pesticides, ni dans le voisinage de décharges publiques.

Choisissez attentivement votre fournisseur de plantes médicinales

Évitez d'acheter des plantes par correspondance (sauf chez un fournisseur réputé) et considérez avec prudence les plantes parées de vertus extraordinaires, achetées à l'étranger ou sur des sites Internet.

Plantes étrangères : jamais sans un spécialiste

Usez avec prudence des plantes chinoises ou indiennes. Leur commercialisation pose un certain nombre de problèmes liés à leur provenance, leur identification et leur innocuité.

Huiles essentielles : à utiliser avec précaution

Les huiles essentielles concentrent les principes actifs. Elles ne doivent jamais être employées pures sur la peau. Attention à ne pas les inhaler directement à la bouteille, au risque de brûler ses sinus. Avant d'utiliser une huile essentielle par voie orale, il est plus sage de consulter un spécialiste.

Sources et références

  • Guide des plantes qui soignent, Vidal, 2010

Actualités

Selon la HAS, les données disponibles ne permettant pas de confirmer l'intérêt des dispositifs médicaux à base d'acide hyaluronique en solution injectable dans la stratégie thérapeutique de l'arthrose du genou (illustration).

Arthrose du genou : le déremboursement d'ARTHRUM (acide hyaluronique) est suspendu

Les solution viscoélastiques à base d'acide hyaluronique sont utilisées en 2e intention dans le traitement symptomatique de la gonarthrose douloureuse (illustration).

Arthrose du genou : OSTENIL (acide hyaluronique) restera remboursable après le 1er juin

Les données disponibles ne permettant pas de confirmer l'intérêt des dispositifs médicaux à base d'acide hyaluronique en solution injectable dans la stratégie thérapeutique de l'arthrose du genou (illustration).

Gonarthrose : déremboursement des solutions viscoélastiques d'acide hyaluronique pour injection intra-articulaire