En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les plantes dans les produits cosmétiques

Mis à jour : Lundi 20 Août 2012

Pendant des siècles, les produits cosmétiques ont utilisé les vertus associées aux plantes. Aujourd’hui, des plantes de plus en plus nombreuses entrent dans la composition de produits destinés à améliorer l’apparence physique. Cette tendance s’est accélérée, en réponse à la suspicion qui pèse sur certains ingrédients chimiques présents dans les cosmétiques.

Les plantes médicinales, ingrédients des produits cosmétiques

crème hydratante

Les matières premières d’origine végétale sont largement présentes dans les formules des cosmétiques. Elles constituent des ingrédients courants, tels que :

  • les huiles (palme, noix de coco, inca, maïs, jojoba), beurres (abricot, karité), graisses et cires végétales (citron vert) ;
  • les alcools et acides gras (acide laurique, acide palmitique, par exemple) ;
  • les gélifiants tels que la farine de guar, la farine de noyau de caroube, la gomme arabique, l’agar-agar, les algines et l’amidon de pomme de terre, de riz ou de blé ;
  • les tensioactifs naturels tels que le laurylsulfate et le disodium-laureth-sulfate provenant de l’huile de coco ou de palme, la bétaïne (composant du beurre de coco) ;
  • les insaponifiables de sésame ou de germe de blé.
Les huiles végétales dans les produits cosmétiques
De nombreuses huiles végétales constituent des bases de soins naturels, à utiliser seules ou en association avec des huiles essentielles.
L’huile d’amande douce convient très bien aux peaux sensibles, notamment à celle des bébés. Riche en vitamine A, D et E, on l’utilise pour hydrater les mains et les peaux délicates, et soulager les démangeaisons.
L’huile d’argan, riche en vitamine E et en acides gras poly-insaturés, ralentirait le dessèchement de la peau. Elle est proposée pour lutter contre les gerçures, les petites brûlures, les vergetures et pour soigner les cheveux secs.
L’huile de bourrache est riche en acides gras poly-insaturés et en vitamine A, D, E et K, mais son pouvoir pénétrant est faible.
L’huile de rose musquée est employée en dermatologie pour lutter contre certains problèmes de peau (acné, couperose). Elle contient 80 % d’acides gras poly-insaturés. Elle est également proposée pour les peaux atopiques (allergiques), ainsi que pour les peaux matures présentant des rougeurs.

Des substances actives d’origine végétale

Les préparations d’origine végétale, telles que les eaux florales (hamamélis, rose, oranger, bleuet), les infusions de fleurs ou les huiles essentielles enrichissent les formules d’un grand nombre de cosmétiques.

On trouve par exemple des soins dermatologiques à base d’extrait d’avoine. Ils visent à calmer l’inconfort et les rougeurs des peaux irritées ou sensibles. L’hamamélis est réputé pour ses propriétés protectrices des vaisseaux sanguins. L’eau d’hamamélis est souvent présente dans les soins du visage destinés aux peaux sujettes aux rougeurs.

Des extraits de ginseng, d’arnica, de châtaigne (Castanea sativa), de souci (ou calendula), de mauve (Malva sp.), de lierre grimpant, de sauge, de camomille (Chamaemelum nobile), d’aigremoine (Agrimonia eupatoria), de mélilot sont autant de substances actives d’origine végétale présentes dans les soins cosmétiques.

Produits cosmétiques pour la peau des enfants, attention !

Certains cosmétiques contiennent des huiles essentielles à des concentrations importantes. Ces dernières années, à la suite d’accidents, un certain nombre d’alertes sanitaires et de retraits de produits ont concerné des produits cosmétiques contenant des huiles essentielles. Il s’agissait en particulier de troubles neurologiques de type convulsions survenus chez des enfants. Depuis, l’ANSM mène une évaluation des risques liés à l’utilisation des cosmétiques contenant des huiles essentielles.

Produits cosmétiques bio, s’appuyer sur des labels

L’usage du qualificatif « bio » n’est réglementé que pour les produits alimentaires. Certains fabricants peu scrupuleux peuvent donc parler de « cosmétiques bio » sans que cela fasse référence à l’agriculture biologique.

Les produits cosmétiques portant un label reconnu, comme BDIH pour l'Allemagne (www.bdih.de), Nature et Progrès (www.natureetprogres.org) ou Cosmébio (www.ecocert.com) offrent la garantie d'avoir été fabriqués selon des cahiers des charges précis excluant le plus souvent tout recours à des conservateurs d'origine chimique et utilisant essentiellement des matières végétales issues de l'agriculture biologique ou de matières minérales non pétrochimiques.

Sources et références

  • Guide des plantes qui soignent, Vidal, 2010

Actualités

Capture d'écran d'une vidéo d'explication sur la mise en place d'ESSURE (dans les 2 trompes), empêchant les spermatozoïdes d'atteindre les ovules (illustration).

Stérilisation à visée contraceptive : arrêt de la commercialisation de l'implant ESSURE

Modélisation 3D de la molécule d'insuline (illustration).

Stylo injecteur d'insuline NOVOPEN ECHO : risque d'altération du porte-cartouche et consignes aux utilisateurs

Selon la HAS, les données disponibles ne permettant pas de confirmer l'intérêt des dispositifs médicaux à base d'acide hyaluronique en solution injectable dans la stratégie thérapeutique de l'arthrose du genou (illustration).

Arthrose du genou : le déremboursement d'ARTHRUM (acide hyaluronique) est suspendu