En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Phosphatidylsérine (céphaline)

Mis à jour : Lundi 18 Août 2014

La phosphatidylsérine, ou céphaline, est une substance produite par l’organisme et qui constitue l’essentiel de la membrane des cellules (phospholipides). Présente en très grande quantité dans le cerveau, elle a été abondamment étudiée dans le traitement des troubles de la mémoire liés au vieillissement. Extraite de cerveaux de bovins, elle a cessé d’être étudiée à la suite de l’épidémie d’encéphalopathie spongiforme ou « maladie de la vache folle ».

Décision des autorités de santé européennes

En 2012, les autorités de santé européennes (EFSA, European Food Safety Authority et la Commission européenne) se sont prononcées sur certaines allégations santé des compléments alimentaires contenant de la phosphatidylsérine (céphaline). Après examen des données scientifiques, elles ont estimé que ces produits ne peuvent PAS prétendre :

  • améliorer la mémoire et les capacités intellectuelles des personnes âgées, des adolescents ou des jeunes adultes ;
  • soutenir le fonctionnement du cerveau ;
  • améliorer la résistance au stress ;
  • augmenter la concentration ou les performances intellectuelles en situation de stress.
  • Ces revendications d’effet sont désormais interdites pour les compléments alimentaires contenant de la phosphatidylsérine (céphaline).

Usages et propriétés supposées de la phosphatidylsérine

complément alimentaire

Au cours des années 1970-1980, la phosphatidylsérine a été utilisée médicalement chez les personnes âgées dans de nombreux pays européens, tels que la France, l’Italie et la Scandinavie. Elle était administrée afin de traiter les troubles de la mémoire liés au vieillissement. Elle était également utilisée pour augmenter les performances des athlètes.

Quelle efficacité pour la phosphatidylsérine?

Les études effectuées dans les années 1970 ont montré une certaine efficacité de la phosphatidylsérine dans le traitement des troubles de la mémoire, mais aussi de la dépression, chez les personnes âgées. Ces effets étaient malheureusement transitoires, d’une durée d’environ six mois. En 2012, les autorités sanitaires européennes ont interdit les allégations de ce type pour les compléments alimentaires contenant de la céphaline (voir encadré ci-dessus).

Aucune étude n’a montré d’effet de la phosphatidylsérine sur les performances sportives.

Origine, formes et dosage de la phosphatidylsérine

Suite à l’épidémie d’encéphalopathie spongiforme bovine, la production de phosphatidylsérine d’origine animale a été suspendue. On trouve aujourd’hui des compléments alimentaires contenant de la phosphatidylsérine d’origine végétale (soja) : cette forme de phosphatidylsérine semble peu absorbée par l’intestin et n’a jamais montré d’efficacité chez l’homme. Elle ne peut donc prétendre bénéficier des connaissances accumulées avec la forme animale de cette substance. Les recherches continuent pour essayer d’extraire de la phosphatidylsérine animale à partir de poissons ou de coquillages.

L'avis du spécialiste sur la phosphatidylsérine

Aux États-Unis, la Food and Drug Administration (FDA) autorise les industriels qui commercialisent des compléments alimentaires à base de phosphatidylsérine végétale à afficher la mention : « La consommation de phosphatidylsérine peut réduire le risque de démence et de troubles cognitifs chez les personnes âgées, ainsi que l'ont suggéré des études préliminaires et de très petite taille. La FDA considère qu'il n'existe que peu de preuves scientifiques concernant ces allégations. »

Sources : EU Register on nutrition and health claims, EFSA, 2014.
PDR for Nutritional Supplements, Thomson Healthcare, 2001.

Actualités

Modélisation 3D de la molécule d'insuline (illustration).

Stylo injecteur d'insuline NOVOPEN ECHO : risque d'altération du porte-cartouche et consignes aux utilisateurs

Selon la HAS, les données disponibles ne permettant pas de confirmer l'intérêt des dispositifs médicaux à base d'acide hyaluronique en solution injectable dans la stratégie thérapeutique de l'arthrose du genou (illustration).

Arthrose du genou : le déremboursement d'ARTHRUM (acide hyaluronique) est suspendu

Les solution viscoélastiques à base d'acide hyaluronique sont utilisées en 2e intention dans le traitement symptomatique de la gonarthrose douloureuse (illustration).

Arthrose du genou : OSTENIL (acide hyaluronique) restera remboursable après le 1er juin