En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Phytostérols et phytostanols

Mis à jour : Lundi 20 Avril 2015

Les phytostérols et les phytostanols sont les équivalents du cholestérol chez les végétaux. En mangeant des fruits, des légumes et des huiles végétales, nous en consommons entre 100 et 300 mg par jour. Parmi ces substances, la plus répandue est le bêta-sitostérol. Les phytostérols et les phytostanols ne sont quasiment pas absorbés par notre tube digestif. Leur action se fait directement sur les aliments ingérés.

Décision des autorités de santé

En 2012, les autorités de santé européennes (EFSA, European Food Safety Authority et la Commission européenne) se sont prononcées sur certaines allégations santé des compléments alimentaires contenant des phytostérols. Après examen des données scientifiques, elles ont estimé que ces produits ne peuvent PAS prétendre contribuer au fonctionnement normal de la prostate et des voies urinaires.

Cette revendication d’effet est désormais interdite pour les compléments alimentaires contenant des phytostérols.

En 2014, les autorités sanitaires européennes ont reconnu les allégations des phytostanols et des phytostérols pour abaisser/réduire le taux de cholestérol sanguin. Pour ces autorités, le consommateur doit être informé que l'effet bénéfique est obtenu par la consommation journalière de 1,5 à 3 g de stanols/stérols végétaux. L'ampleur de l'effet peut être mentionnée uniquement pour les denrées alimentaires des catégories suivantes: les matières grasses à tartiner, les produits laitiers, la mayonnaise et les sauces pour salades.

Lorsqu'il est fait référence à l'ampleur de l'effet, la fourchette « de 7 à 10 % », pour les denrées alimentaires garantissant une consommation journalière de 1,5 à 2,4 g de stanols/stérols végétaux, ou la fourchette « de 10 à 12,5 % », pour celles garantissant une consommation journalière de 2,5 à 3 g, ainsi que la durée nécessaire pour obtenir l'effet (« en 2 à 3 semaines ») doivent être communiquées au consommateur.

En 2014, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a émis un avis scientifique qui, sans remettre en cause l’effet des aliments enrichis en phytostérols sur le taux sanguin de cholestérol, précise qu’aucune étude n’a mis en évidence leur effet préventif sur les maladies cardiovasculaires. De plus, elle conseille aux consommateurs de ces produits de veiller à manger au moins cinq fruits et légumes par jour afin de compenser la baisse du taux sanguin de béta-carotène résultant de la consommation de ces produits.

Usages et propriétés supposées des phytostérols et des phytostanols

épi de maïs

Les phytostérols et les phytostanols sont utilisés pour faire baisser le taux de cholestérol dans le sang, en association avec des mesures diététiques adaptées et, éventuellement, des médicaments. Depuis 2000, de nombreux aliments tels que margarines, beurres, yaourts, laits ou boissons lactées, sont enrichis avec ces substances. Ces aliments sont destinés aux personnes qui ont des taux de cholestérol sanguin élevés.

Les policosanols
Les policosanols, et en particulier l'octosanol, sont des substances extraites de la cire de canne à sucre. Différentes des phytostérols et des phytostanols, elles revendiquent néanmoins les mêmes propriétés sur les taux de cholestérol. Employées à la dose de 10 mg par jour, elles sont utilisées comme médicament dans plusieurs pays d'Amérique centrale et du Sud pour diminuer les taux sanguins de cholestérol LDL.
Dotées de propriétés anticoagulantes, elles ne doivent pas être utilisées par les personnes qui reçoivent un traitement fluidifiant le sang, du ginkgo, de l'ail, des huiles de poisson ou qui vont subir une intervention chirurgicale.

Quelle efficacité pour les phytostérols et les phytostanols ?

Les effets des phytostérols et des phytostanols sur les taux de cholestérol ont été amplement démontrés. Ils agissent en bloquant l’absorption d’une partie du cholestérol contenu dans les aliments. Cependant, les produits enrichis en ces substances ne peuvent pas affirmer, sur leur emballage, que ces produits contribuent directement à la prévention des maladies cardiovasculaires, en l'état des données disponibles (recommandation ANSES 06/2014). Associés à un régime adapté, ils entraînent une baisse de 10 à 15 % du taux sanguin de cholestérol LDL (« mauvais cholestérol »).

Précautions à prendre avec les phytostérols et les phytostanols

Les femmes enceintes ou celles qui allaitent, ainsi que les jeunes enfants, doivent s’abstenir de consommer des produits riches en phytostérols ou en phytostanols. En effet, ces substances pourraient diminuer l’absorption de la vitamine A, nécessaire à la croissance du fœtus et des enfants.

Les personnes traitées contre l’excès de cholestérol avec de l’ézétimibe (Ezétrol, Inegy) doivent être prudentes : ce médicament possède le même mécanisme d’action que les phytostérols et des interactions entre les deux substances pourraient nuire à leur efficacité. Les personnes traitées contre l’excès de cholestérol avec des statines (Crestor, Elisor, Fractal, Fractal LP, Lescol, Lescol LP, Lodalès, Pravastatine Génériques, Simvastatine Génériques, Tahor, Vasten, Zocor) doivent se renseigner auprès de leur médecin avant de consommer des aliments enrichis en phytostérols ou en phytostanols. De fait, ces substances semblent augmenter les effets des statines, ce qui peut justifier une adaptation du traitement.

Enfin, les personnes atteintes de phytostérolémie (ou sitostérolémie) ou de xanthomatose cérébrotendineuse, deux maladies rares, doivent éviter de consommer des phytostérols et des phytostanols.

Les effets indésirables des phytostérols et des phytostanols sont rares. On observe parfois des troubles digestifs, des gaz, une diarrhée ou une constipation. Attention, un excès de ces substances pourrait diminuer l’absorption de vitamines A, D, E et K, ainsi que celle de substances antioxydantes comme le bêta-carotène ou le lycopène.

Origine, formes et dosage des phytostérols et des phytostanols

Les phytostérols et les phytostanols sont extraits de certaines huiles végétales (soja, maïs, tournesol, etc.) ainsi que d’une plante d’Afrique du Sud (Hypoxis rooperi) ou d’un liquide visqueux dérivé de la fabrication de la pâte à papier, le tall-oil, issu de la pulpe de pin.

Ils sont le plus souvent ajoutés à des produits laitiers et à des matières grasses (sous les marques Pro-activ de Fruit d'Or, et Ilô de Saint-Hubert). On les trouve parfois en capsules ou en gélules qui doivent être prises pendant les repas.

Dans le cadre de la prévention de l'excès de cholestérol, les doses conseillées sont de l'ordre de 1 à 2 g par jour, en tenant compte de la quantité apportée par l'alimentation habituelle.

L'avis du spécialiste sur les phytostérols et les phytostanols

Attention, la consommation de produits enrichis en phytostérols et en phytostanols ne dispense pas de mesures diététiques appropriées.

Sources et références

Actualités

Capture d'écran d'une vidéo d'explication sur la mise en place d'ESSURE (dans les 2 trompes), empêchant les spermatozoïdes d'atteindre les ovules (illustration).

Stérilisation à visée contraceptive : arrêt de la commercialisation de l'implant ESSURE

Modélisation 3D de la molécule d'insuline (illustration).

Stylo injecteur d'insuline NOVOPEN ECHO : risque d'altération du porte-cartouche et consignes aux utilisateurs

Selon la HAS, les données disponibles ne permettant pas de confirmer l'intérêt des dispositifs médicaux à base d'acide hyaluronique en solution injectable dans la stratégie thérapeutique de l'arthrose du genou (illustration).

Arthrose du genou : le déremboursement d'ARTHRUM (acide hyaluronique) est suspendu