En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Protéines de soja

Mis à jour : Lundi 18 Août 2014

L’alimentation asiatique fait appel à de nombreux produits à base de graines de soja. Ces graines sont très riches en protéines et en isoflavones. On estime qu’en Asie, la consommation moyenne de protéines de soja est d’environ 50 g par jour. Intrigués par la relativement faible fréquence des maladies cardiovasculaires en Chine et au Japon, les scientifiques ont étudié l’hypothèse selon laquelle les protéines de soja (et les isoflavones qui leur sont associées) seraient à l’origine de ce phénomène.

Décision des autorités de santé européennes

En 2012, les autorités de santé européennes (EFSA, European Food Safety Authority et la Commission européenne) se sont prononcées sur certaines allégations santé des compléments alimentaires contenant des protéines de soja. Après examen des données scientifiques, elles ont estimé que ces produits ne peuvent PAS prétendre :

  • contribuer à maintenir des taux sanguins de cholestérol normaux ;
  • protéger les cellules des radicaux libres (effet antioxydant) ;
  • contribuer à la perte ou au contrôle du poids.
  • Ces revendications d’effet sont désormais interdites pour les compléments alimentaires contenant des protéines de soja.

Usages et propriétés supposées des protéines de soja

soja

Les protéines de soja sont proposées pour diminuer le taux de cholestérol sanguin chez les personnes qui ont des taux trop élevés et, par conséquent, pour réduire les risques de maladies cardiovasculaires.

Elles sont parfois utilisées pour soulager les troubles de la ménopause tels que bouffées de chaleur ou maux de tête, et pour prévenir l'ostéoporose. Récemment, elles ont été proposées dans le traitement de l'hypertension artérielle chez les femmes ménopausées.

Quelle efficacité pour les protéines de soja ?

De nombreuses études ont évoqué une possible efficacité des protéines de soja (associées à un régime adapté) dans le contrôle des taux sanguins de cholestérol et la prévention des maladies cardiovasculaires.

En 1999, la FDA (Food and Drug Administration, l’organisme qui contrôle les aliments et les médicaments aux États-Unis) a autorisé les fabricants de protéines de soja à afficher sur leurs produits la mention suivante : « Une alimentation pauvre en acides gras saturés et en cholestérol, et comprenant 25 g de protéines de soja par jour, peut réduire le risque de maladies cardiovasculaires. » Cette efficacité ne peut pas s’expliquer par la seule action des isoflavones, ni par celle des seules protéines de soja. C’est l’association de ces substances qui semble responsable de ces effets.

En 2012, les autorités sanitaires européennes ont émis un avis différent de celui de la FDA et ont refusé cette allégation de santé (voir encadré ci-dessus). Les compléments alimentaires contenant des protéines de soja et vendus dans l'Union européenne ne peuvent donc plus se prévaloir d'un effet normalisant sur les taux sanguins de cholestérol.

Les études évaluant les effets des protéines de soja sur les troubles de la ménopause et l’ostéoporose ne sont pas concluantes. Les concentrations en isoflavones des protéines de soja ne semblent pas suffisantes pour soulager les bouffées de chaleur et autres symptômes de la ménopause.

Précautions à prendre avec les protéines de soja

Du fait de leur concentration en isoflavones, les produits à base de protéines de soja sont contre-indiqués chez les enfants, les femmes enceintes ou celles qui allaitent, ainsi que celles qui ont des antécédents personnels ou familiaux de cancers du sein, de l’utérus ou de l’ovaire. Parce que les isoflavones ont une activité estrogénique, la consommation régulière de protéines de soja pourrait favoriser l’apparition ou le développement de cancers sensibles aux estrogènes.

Les hommes qui présentent des troubles de la prostate doivent s’abstenir de consommer ce type de compléments.

Du fait de leur concentration en isoflavones, les protéines de soja pourraient avoir un effet négatif sur la fertilité masculine.

Enfin, ces produits sont contre-indiqués, bien sûr, aux personnes allergiques aux aliments à base de soja.

L’ancienne Afssa (Agence française de sécurité sanitaire des aliments, désormais Anses) déconseille la consommation de produits à base de soja (lait de soja par exemple) chez les enfants de moins de trois ans, et même chez les préadolescents. En effet, la petite enfance et la préadolescence sont deux périodes de la vie où l’organisme est très sensible aux estrogènes.

Les protéines de soja peuvent interagir avec de nombreux médicaments : les anticoagulants (fluidifiants du sang), les hormones thyroïdiennes, les traitements de l’ostéoporose, ou encore la chimiothérapie des cancers du sein, de l’utérus ou de l’ovaire.

Leurs éventuels effets indésirables sont la constipation, les ballonnements et les nausées.

Origine, formes et dosage des protéines de soja

Les protéines de soja sont extraites des graines de soja et se présentent sous forme de poudre, de liquide ou de barres. Pour la plupart, elles sont issues de soja transgénique (OGM). La dose utile conseillée est d’au minimum 25 g par jour, pouvant aller jusqu’à 50 g.

Teneurs en protéines et en isoflavones de divers aliments dérivés du soja (pour 100 g)
Aliments Protéines (g) Isoflavones (mg)
Tofu ferme 8 35
Tofu soyeux 6,5 28
Tempeh 17 52
Lait de soja 2,8 15
Yaourt au soja 3,6 20
Fèves de soja cuites 12 180
Steak de soja 17 15
L'avis du spécialiste sur les protéines de soja

Attention, une consommation excessive de protéines de soja peut diminuer l'absorption intestinale du fer contenu dans les végétaux, ainsi que celle du calcium, du magnésium, du zinc, du manganèse et du cuivre.

Sources : EU Register on nutrition and health claims, EFSA, 2014.
PDR for Nutritional Supplements, Thomson Healthcare, 2001.

Actualités

Modélisation 3D de la molécule d'insuline (illustration).

Stylo injecteur d'insuline NOVOPEN ECHO : risque d'altération du porte-cartouche et consignes aux utilisateurs

Selon la HAS, les données disponibles ne permettant pas de confirmer l'intérêt des dispositifs médicaux à base d'acide hyaluronique en solution injectable dans la stratégie thérapeutique de l'arthrose du genou (illustration).

Arthrose du genou : le déremboursement d'ARTHRUM (acide hyaluronique) est suspendu

Les solution viscoélastiques à base d'acide hyaluronique sont utilisées en 2e intention dans le traitement symptomatique de la gonarthrose douloureuse (illustration).

Arthrose du genou : OSTENIL (acide hyaluronique) restera remboursable après le 1er juin