En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Shiitaké, maïtaké et reishi

Mis à jour : Lundi 18 Août 2014

Depuis des millénaires, la médecine traditionnelle chinoise utilise certains champignons dont quelques-uns sont disponibles en France sous la forme de compléments alimentaires : le shiitaké (Lentinus elodes), le maïtaké (Grifola frondosa) et le reishi (Ganoderma lucidum). Le shiitaké, largement utilisé dans la cuisine asiatique, est le champignon le plus consommé au monde après le champignon de Paris (Agaricus bisporus).

Ces trois champignons contiennent des substances particulières appelées myco-polysaccharides ou bêta-D-glycanes : par exemple, le lentinan dans le shiitaké et le grifolan dans le maïtaké. Ces substances ne sont pas absorbées par l’intestin. Une fois ingérées, elles se retrouvent dans les selles, à l’exception d’une petite fraction qui semble être digérée par les bactéries de la flore intestinale.

Décision des autorités de santé européennes

En 2012, les autorités de santé européennes (EFSA, European Food Safety Authority et la Commission européenne) se sont prononcées sur certaines allégations santé des compléments alimentaires contenant du shiitaké, du maïtaké ou du reishi. Après examen des données scientifiques, elles ont estimé que ces produits ne peuvent PAS prétendre :

  • contribuer à maintenir les défenses immunitaires naturelles (shiitaké et maïtaké) ;
  • aider à maîtriser la glycémie (taux de sucre dans le sang) (maïtaké) ;
  • stimuler le corps en phase d’épuisement (reishi).
  • Ces revendications d’effet sont désormais interdites pour les compléments alimentaires contenant du shiitaké, du maïtaké ou du reishi.

Usages et propriétés supposées du shiitaké, du maïtaké et du reishi

champignons

Ces champignons sont proposés pour tonifier l’organisme, stimuler les défenses naturelles et renforcer la résistance du corps face au stress : ils sont dits « adaptogènes » ou « immunostimulants ». Ils ont également la réputation de lutter contre l’hypertension artérielle et de contribuer à diminuer le taux de cholestérol dans le sang. De plus, le shiitaké et le maïtaké sont étudiés en complément du traitement de certains cancers.

Cordyceps sinensis
Le Cordyceps est une moisissure en forme de doigt qui pousse sur le dos de certaines chenilles. On le récolte uniquement sur les hauts plateaux himalayens, au Népal et au Tibet. Il est utilisé en médecine traditionnelle chinoise pour traiter les problèmes circulatoires, stimuler l'organisme et accroître la vigueur sexuelle. Il reste rare dans les compléments alimentaires occidentaux car son prix est extrêmement élevé.

Quelle efficacité pour le shiitaké, le maïtaké et le reishi ?

De nombreuses études ont été menées sur les effets des bêta-D-glycanes. Au Japon, deux d’entre eux, le lentinan et le schizophyllan, extraits d’un champignon appelé schizophylle commun, sont considérés comme efficaces et constituent le principe actif de médicaments utilisés dans le traitement des cancers. Ils sont administrés par voie intraveineuse, en même temps que la chimiothérapie, dans le cadre du traitement des cancers du tube digestif (lentinan) ou du col de l’utérus (schizophyllan). Leur action reposerait sur leur capacité à stimuler les défenses immunitaires.

En 2012, les autorités sanitaires européennes se sont prononcées pour l'interdiction de l'allégation de santé relative à la stimulation des défenses immunitaires pour les compléments alimentaires contenant du shiitaké ou du maïtaké, par manque de preuves convaincantes sur leur efficacité.

Les autres propriétés supposées de ces champignons sur le cholestérol et l’hypertension n’ont pas été clairement démontrées. Il est important de noter que les essais cliniques concluants ont été menés en utilisant des préparations injectables, et qu’aucune étude n’est parvenue à identifier d’effet lié à l’ingestion d’extraits de ces champignons.

Précautions à prendre avec le shiitaké, le maïtaké et le reishi

Par prudence, il est préférable de ne pas prendre ce type de produits lorsque l’on est enceinte ou que l’on allaite. De la même façon, on évitera d’en donner aux enfants.

Le shiitaké et le maïtaké peuvent provoquer des troubles de type allergique ou digestif.

Le reishi est déconseillé aux personnes qui prennent des médicaments anticoagulants ou qui vont subir une intervention chirurgicale. Ses éventuels effets indésirables sont des diarrhées, des saignements de nez ou des démangeaisons, ainsi qu’une sécheresse de la bouche, de la gorge ou du nez.

Origine, formes et dosage du le shiitaké, du maïtaké et du reishi

Ces champignons sont cultivés en Chine et au Japon. Ils sont vendus séchés, tels quels ou réduits en une poudre qui est ensuite conditionnée en gélules. En France, le shiitaké est vendu frais dans les épiceries chinoises.

Dans les compléments alimentaires, ces trois champignons sont souvent associés. Les dosages sont très variables selon les produits. Ceux à base de reishi sont parfois normalisés à des concentrations de bêta-D-glycanes égales à 10 %.

L'avis du spécialiste sur le shiitaké, le maïtaké et le reishi

Les substances actives contenues dans ces champignons n'étant pas absorbées par l'intestin, le doute persiste quant à leur intérêt lorsqu'ils sont pris par voie orale.

Sources et références

Actualités

Selon la HAS, les données disponibles ne permettant pas de confirmer l'intérêt des dispositifs médicaux à base d'acide hyaluronique en solution injectable dans la stratégie thérapeutique de l'arthrose du genou (illustration).

Arthrose du genou : le déremboursement d'ARTHRUM (acide hyaluronique) est suspendu

Les solution viscoélastiques à base d'acide hyaluronique sont utilisées en 2e intention dans le traitement symptomatique de la gonarthrose douloureuse (illustration).

Arthrose du genou : OSTENIL (acide hyaluronique) restera remboursable après le 1er juin

Les données disponibles ne permettant pas de confirmer l'intérêt des dispositifs médicaux à base d'acide hyaluronique en solution injectable dans la stratégie thérapeutique de l'arthrose du genou (illustration).

Gonarthrose : déremboursement des solutions viscoélastiques d'acide hyaluronique pour injection intra-articulaire