En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Boldo

Mis à jour : Jeudi 02 Août 2012

Le boldo est présent dans de très nombreux médicaments de phytothérapie destinés à favoriser la digestion et à lutter contre la constipation. Il agit essentiellement en stimulant la production de bile par le foie et sa sécrétion dans l’intestin. En l’absence d’études cliniques convaincantes, son usage repose sur l’expérience accumulée au cours des années.

Origine et usages du boldo

boldo

Le boldo (Peumus boldus) est un arbuste originaire du Chili et du Pérou, où il est utilisé comme épice et comme plante médicinale depuis des siècles. En phytothérapie, on utilise les feuilles séchées pour stimuler la production et la sécrétion de bile dans l’intestin, en cas de digestion difficile (souvent en association avec d’autres plantes comme l’artichaut, la fumeterre ou le romarin). Les feuilles de boldo sont également proposées en cas de maladie du foie, pour le protéger.

L’écorce du boldo est récoltée pour permettre d’en extraire une substance, la boldine, qui entre dans la composition de plusieurs médicaments des troubles digestifs.

Les autres usages traditionnels du boldo
Le boldo est également proposé contre la constipation, la cystite (infection de la vessie), les rhumatismes et la sécheresse de la bouche (il stimule la sécrétion de salive). À forte dose, il a la réputation d'être sédatif.

Comment le boldo agit-il ?

La feuille de boldo contient de l’ascaridol, du cinéol, du camphre, des flavonoïdes et des alcaloïdes, dont la boldine. L’ascaridol est une substance qui peut être toxique à forte dose ou lors de traitement prolongé. Pour cette raison, l’huile essentielle de boldo (qui en contient jusqu’à 40 %) ne doit jamais être utilisée.

Quelques autres plantes utilisées pour le foie et la vésicule biliaire
La phytothérapie traditionnelle utilise également les plantes suivantes pour les problèmes de foie et de vésicule biliaire :
  • Artichaut (Cynara scolymus)
  • Chardon-Marie (Silybum marianum)
  • Fumeterre (Fumaria officinalis)
  • Gentiane (Gentiana lutea)
  • Pissenlit (Taraxacum officinale)
  • Romarin (Rosmarinus officinalis)

Quelle efficacité pour le boldo ?

Les études cliniques sur l’efficacité du boldo sont rares et de mauvaise qualité méthodologique. Chez le rat, les extraits de boldo favorisent la sécrétion de la bile dans l’intestin. Mais l’usage du boldo repose essentiellement sur des données empiriques accumulées depuis des siècles.

Ce qu’en pensent les autorités de santé

... l’EMA

L’Agence européenne du médicament considère comme « traditionnel » l’usage du boldo pour soulager « la digestion difficile et les crampes gastro-intestinales sans gravité ». Elle recommande une durée maximale du traitement de deux semaines.

... la Commission E

La Commission E du ministère de la Santé allemand reconnaît l’usage du boldo dans le traitement « des douleurs gastro-intestinales légères et de la digestion difficile ».

... l’ESCOP

La Coordination scientifique européenne en phytothérapie reconnaît l’usage du boldo dans « les troubles hépatobiliaires [du foie et de la vésicule biliaire] mineurs et le traitement symptomatique des problèmes digestifs légers ». Elle recommande un traitement d’une durée inférieure à quatre semaines.

Comment utiliser le boldo ?

Formes et dosage du boldo

Les infusions de boldo se font avec un à deux grammes de feuilles séchées dans une tasse d’eau bouillante, pendant cinq à dix minutes. La dose conseillée est de trois tasses par jour, à prendre avant les repas, pendant quatre semaines maximum, pour éviter une toxicité par accumulation d’ascaridol.

Contre-indications du boldo

Le boldo est contre-indiqué chez les personnes qui souffrent d’obstruction des voies biliaires (calculs). Celles qui souffrent d’une maladie du foie doivent consulter leur médecin avant de prendre du boldo. Le boldo est également contre-indiqué chez les personnes qui ont développé des signes d’allergie à cette plante.

Effets indésirables et surdosage du boldo

Les effets indésirables du boldo sont essentiellement des vomissements et des réactions allergiques, intenses chez certaines personnes.

Interactions du boldo avec d’autres substances

Les produits contenant du boldo pourraient interagir avec les médicaments anticoagulants (fluidifiants du sang), en particulier la warfarine (Coumadine).

Boldo, grossesse et allaitement

Chez le rat, le boldo est toxique pour le fœtus. Pour cette raison, selon l’Agence européenne du médicament, il est préférable de ne prendre du boldo ni pendant la grossesse ni pendant l’allaitement.

Le boldo chez les enfants

L’usage du boldo chez les personnes de moins de dix-huit ans est déconseillé par l’Agence européenne du médicament.

L'avis du spécialiste sur le boldo

Dans l'esprit de nombreuses personnes, le boldo est associé à la constipation grâce à une célèbre campagne publicitaire pour un laxatif qui en contenait, associé à des plantes laxatives irritantes. Pourtant, en phytothérapie, l'usage principal du boldo n'est pas la constipation, mais les digestions difficiles.

Sources et références

  • Guide des plantes qui soignent, Vidal, 2010
  • PDR for Herbal Medicines 4th edition, Thomson Healthcare, US 2007
  • European Scientific Cooperative On Phytotherapy Monographs - The Scientific Foundation for Herbal Medicinal Products 2nd edition, ESCOP, UK 2003
  • PDR for Nutritional Supplements, Thomson PDR, US 2001
  • The Complete German Commission E Monographs - Therapeutic Guide to Herbal Medicines, American Botanical Council, US 1998

Actualités

Selon la HAS, les données disponibles ne permettant pas de confirmer l'intérêt des dispositifs médicaux à base d'acide hyaluronique en solution injectable dans la stratégie thérapeutique de l'arthrose du genou (illustration).

Arthrose du genou : le déremboursement d'ARTHRUM (acide hyaluronique) est suspendu

Les solution viscoélastiques à base d'acide hyaluronique sont utilisées en 2e intention dans le traitement symptomatique de la gonarthrose douloureuse (illustration).

Arthrose du genou : OSTENIL (acide hyaluronique) restera remboursable après le 1er juin

Les données disponibles ne permettant pas de confirmer l'intérêt des dispositifs médicaux à base d'acide hyaluronique en solution injectable dans la stratégie thérapeutique de l'arthrose du genou (illustration).

Gonarthrose : déremboursement des solutions viscoélastiques d'acide hyaluronique pour injection intra-articulaire