En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Bouleau

Mis à jour : Jeudi 02 Août 2012

Feuilles, sève, bourgeons, écorce, tout est utilisé dans le bouleau. Du fait de ses propriétés diurétiques et anti-inflammatoires, le bouleau est proposé pour contribuer au traitement des infections urinaires, aider à éliminer les calculs urinaires et soulager les douleurs liées à l’arthrose. Il est également utilisé contre les petites affections de la peau.

Origine et usages du bouleau

bouleau

Le bouleau (Betula alba, B. pendula, B. pubescens) est très utilisé en phytothérapie dans les pays d’Europe du Nord. Son écorce d’aspect si caractéristique, en copeaux, a inspiré son nom (en sanscrit, bhurga signifie « ce sur quoi l’on peut écrire »). En effet, l’écorce de bouleau a longtemps servi de papier.

En phytothérapie, on emploie les jeunes feuilles séchées, la sève (dont on peut recueillir plusieurs litres par jour au printemps !), les bourgeons et parfois l’écorce. Par distillation des feuilles, on obtient une « huile de bouleau » utilisée sur la peau.

Aujourd’hui, le bouleau est principalement proposé comme diurétique naturel, pour augmenter le volume des urines et participer au traitement des infections urinaires. Il est également utilisé pour aider à l’élimination des calculs urinaires (sable ou petits « cailloux »), dans les reins ou la vessie.

Les autres usages traditionnels du bouleau
Du fait de la présence de substances anti-inflammatoires dans ses feuilles, le bouleau est parfois proposé en traitement d’appoint des rhumatismes (arthrose). Les décoctions de bouleau sont traditionnellement utilisées pour soigner certaines affections de la peau : eczéma, psoriasis, plaies, croûtes de lait, gale, etc. En Russie, les feuilles fraîches broyées sont appliquées sur les verrues.

Comment le bouleau agit-il ?

Les feuilles de bouleau sont riches en acide bétulique, en flavonoïdes (hypéroside et quercétine) et en vitamine C. Il semble, au vu des études menées sur des animaux, que ce soit la forte teneur en potassium des feuilles qui produise l’effet diurétique pour lequel elles sont traditionnellement employées.

Quelques autres plantes utilisées pour favoriser l'élimination urinaire
La phytothérapie traditionnelle utilise également les autres plantes diurétiques suivantes :
  • Artichaut (Cynara scolymus)
  • Buchu (Agathosma betulina)
  • Cerise (Prunus avium)
  • Orthosiphon (Orthosiphon stamineus)
  • Piloselle (Hieracium pilosella)
  • Pissenlit (Taraxacum officinale)
  • Reine-des-prés (Filipendula ulmaria)
  • Thé (Camellia sinensis)

Quelle efficacité pour le bouleau ?

L’utilisation du bouleau repose essentiellement sur l’usage traditionnel et les études cliniques sont rares. Une petite étude réalisée en double aveugle contre placebo sur quelques dizaines de patients présentant une infection urinaire a montré que 39 % du groupe recevant les extraits de bouleau ont vu leur infection régresser contre seulement 18 % dans le groupe placebo.

Ce qu’en pensent les autorités de santé

... l’EMA

L’Agence européenne du médicament considère comme « traditionnellement établi » l’usage du bouleau pour « augmenter le volume des urines émises afin d’effectuer un lavage des voies urinaires, comme moyen adjuvant de traitement des douleurs modérées du tractus urinaire ». Elle recommande d’en réserver l’usage aux adultes et aux enfants de plus de douze ans.

... la Commission E

La Commission E du ministère de la Santé allemand reconnaît l’usage du bouleau comme « thérapeutique d’irrigation du tractus urinaire lors d’infections bactériennes et de calculs rénaux ; le bouleau peut également être utile dans le traitement des rhumatismes ».

... l’ESCOP

La Coopération scientifique européenne en phytothérapie considère que le bouleau favorise « l’irrigation des voies urinaires, notamment lors d’inflammation et de calcul rénal, et comme traitement d’appoint des infections bactériennes urinaires ».

Comment utiliser le bouleau ?

Formes et dosage du bouleau

Lorsqu’il est utilisé en tisane, le bouleau est dosé à raison de 2 à 3 g de feuilles séchées (une cuillerée à café) par tasse d’eau bouillante, à raison de deux à trois tasses par jour, 30 minutes avant les repas, en cure de deux à quatre semaines. Le bouleau étant diurétique, il convient de boire au moins deux litres d’eau par jour pendant la durée du traitement.

Il n’y a pas de dosage recommandé pour la sève de bouleau, qui est également une boisson rafraîchissante et devient légèrement pétillante lorsqu’elle est conservée en bouteille.

Contre-indications du bouleau

Une hypersensibilité au pollen de bouleau contre-indique l’usage du bouleau, sous quelque forme que ce soit. De plus, les personnes qui souffrent d’œdèmes (gonflements) liés à une maladie cardiaque ou rénale doivent s’abstenir d’utiliser le bouleau.

Effets indésirables et surdosage du bouleau

Les effets indésirables du bouleau les plus fréquents sont gastro-intestinaux (nausées, vomissements, diarrhée) et allergiques (éruption cutanée, urticaire, rhinite allergique).

Interactions du bouleau avec d’autres substances

Toute personne qui prend un médicament à visée diurétique doit discuter avec son médecin de la prise éventuelle de bouleau.

Attention aux allergies croisées : la prise de bouleau peut déclencher une allergie au céleri et vice-versa.

Bouleau, grossesse et allaitement

Même si les études n’ont pas montré de toxicité pour le fœtus, il est préférable de ne pas prendre de bouleau pendant la grossesse. Les femmes qui allaitent devraient également s’abstenir d’en prendre, les substances actives du bouleau étant susceptibles de passer dans le lait.

Le bouleau chez les enfants

On ne dispose d’aucune étude chez l’enfant et son usage est déconseillé avant l’âge de douze ans.

L'avis du spécialiste sur le bouleau

Les tisanes de bouleau peuvent être un traitement d’appoint intéressant lors d’infection urinaire, complémentaire du traitement instauré par le médecin. Leur usage ne doit pas dépasser deux semaines.

Attention, l’usage de plantes diurétiques lors de crise de calculs urinaires peut augmenter l’intensité des symptômes, lorsque les calculs bloquent l’élimination de l’urine.

Sources et références

  • Guide des plantes qui soignent, Vidal, 2010
  • PDR for Herbal Medicines 4th edition, Thomson Healthcare, US 2007
  • European Scientific Cooperative On Phytotherapy Monographs - The Scientific Foundation for Herbal Medicinal Products 2nd edition, ESCOP, UK 2003
  • PDR for Nutritional Supplements, Thomson PDR, US 2001
  • The Complete German Commission E Monographs - Therapeutic Guide to Herbal Medicines, American Botanical Council, US 1998

Actualités

Capture d'écran d'une vidéo d'explication sur la mise en place d'ESSURE (dans les 2 trompes), empêchant les spermatozoïdes d'atteindre les ovules (illustration).

Stérilisation à visée contraceptive : arrêt de la commercialisation de l'implant ESSURE

Modélisation 3D de la molécule d'insuline (illustration).

Stylo injecteur d'insuline NOVOPEN ECHO : risque d'altération du porte-cartouche et consignes aux utilisateurs

Selon la HAS, les données disponibles ne permettant pas de confirmer l'intérêt des dispositifs médicaux à base d'acide hyaluronique en solution injectable dans la stratégie thérapeutique de l'arthrose du genou (illustration).

Arthrose du genou : le déremboursement d'ARTHRUM (acide hyaluronique) est suspendu