En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Lierre grimpant

Mis à jour : Lundi 06 Août 2012

Le lierre grimpant est l’une des plantes les plus communes en ville comme à la campagne. En phytothérapie, le lierre grimpant est utilisé pour dégager les voies respiratoires et apaiser la toux. Son usage se fait essentiellement sous forme d’extraits, car la plante entière possède des propriétés allergisantes qui en limitent l’usage.

Origine et usages du lierre grimpant

lierre grimpant

Le lierre grimpant (Hedera helix, également appelé « lierre commun ») est un hôte fréquent des façades et des troncs d’arbre, où il cause parfois des dégâts considérables.

En phytothérapie, on utilise essentiellement les jeunes feuilles et le bois des vieux troncs, qui servent à la fabrication d’extraits normalisés. Ceux-ci sont ensuite employés pour dégager les voies respiratoires et apaiser la toux grasse en cas de rhume ou de bronchite.

Les autres usages traditionnels du lierre grimpant
Le lierre grimpant a été proposé en traitement d’appoint dans les régimes amaigrissants et en cas d’arthrose (rhumatismes) ; également en applications locales pour soulager les démangeaisons et aider à la cicatrisation des plaies et des brûlures.

Comment le lierre grimpant agit-il ?

Les principes actifs du lierre grimpant sont essentiellement des saponines (les hédérasaponines, des savons naturels). Ces substances ont montré des propriétés antispasmodiques (bloquant les contractions des muscles des bronches) et expectorantes (facilitant l’évacuation du mucus produit en cas de bronchite).

Le lierre grimpant contient également des stérols, des flavonoïdes, des acides phénoliques, ainsi qu’une famille de substances, les dérivés du falcarinol, qui sont à l’origine de ses propriétés allergisantes.

Quelques autres plantes utilisées pour soulager la toux
La phytothérapie traditionnelle utilise également les plantes expectorantes suivantes :
  • Eucalyptus (Eucalyptus globulus)
  • Niaouli (Melaleuca quinquenervia)
  • Pin sylvestre (Pinus sylvestris)
  • Serpolet (Thymus serpyllum)
  • Thym (Thymus vulgaris)

Quelle efficacité pour le lierre grimpant ?

L’usage du lierre grimpant dans les bronchites et la toux des adultes repose sur la tradition et sur une étude clinique de petite taille, menée sans placebo, qui a montré un certain effet antitussif des extraits de lierre grimpant.

Il existe par ailleurs une dizaine d'études cliniques menées sur un total d'environ 1 500 enfants (âgés de deux mois à quinze ans) souffrant d'asthme ou d'autres maladies des bronches.

La qualité scientifique de ces études est inégale, mais elles tendent toutes vers un effet positif des extraits de lierre pour soulager les maladies des bronches.

Ce qu’en pensent les autorités de santé

... l’EMA

L’Agence européenne du médicament considère les extraits de lierre grimpant « d’un usage traditionnel pour soulager les symptômes du rhume ». Elle ne reconnaît pas l’usage de la plante sèche et recommande une durée maximale de traitement de deux semaines.

... la Commission E

La Commission E du ministère de la Santé allemand reconnaît l’usage des extraits de lierre grimpant dans « les catarrhes des voies respiratoires [les affections qui produisent du mucus] et comme traitement symptomatique des bronchites chroniques ».

... l’ESCOP

La Coopération scientifique européenne en phytothérapie reconnaît l’usage du lierre contre « la toux, en particulier celle avec une production importante de mucus, et dans le traitement complémentaire des affections des bronches ».

Comment utiliser le lierre grimpant ?

Formes et dosage du lierre grimpant

Le lierre grimpant est surtout utilisé sous forme d’extraits qui entrent dans la composition de produits de phytothérapie. Leur posologie est calculée en fonction de leur concentration en principes actifs. La posologie des feuilles séchées est de 0,3 g de plante par tasse d’eau bouillante, en infusion de dix minutes, trois fois par jour, mais l’usage de la plante entière expose à des réactions allergiques.

Contre-indications du lierre grimpant

Les personnes qui souffrent d’ulcère ou de brûlures d’estomac peuvent voir leurs symptômes aggravés par la prise de produits à base de lierre grimpant. Les personnes allergiques aux plantes de la famille des araliacées (par exemple le ginseng ou l’éleuthérocoque) doivent également s’abstenir de prendre des produits contenant du lierre.

Effets indésirables et surdosage du lierre grimpant

La prise ou la manipulation de lierre grimpant peut entraîner une allergie, en particulier après une exposition massive ou répétée. Cette allergie se traduit par des démangeaisons, de l’eczéma, parfois par des réactions plus sévères (œdèmes, essoufflement).

La prise de lierre grimpant peut également provoquer, dans de rares cas, des nausées, des vomissements, de la diarrhée, voire de la confusion. Les enfants qui consomment des baies de lierre grimpant présentent des symptômes d'intoxication similaires.

Interactions du lierre grimpant avec d’autres substances

Les produits à base de lierre grimpant pourraient interagir avec les médicaments de la toux (antitussifs).

Lierre grimpant, grossesse et allaitement

Le lierre grimpant contient une substance, l’émétine, qui peut provoquer des contractions de l’utérus. L’Agence européenne du médicament déconseille l’usage de produits à base de lierre grimpant pendant la grossesse et l’allaitement.

Le lierre grimpant chez les enfants

Même si plusieurs études ont évalué l’effet des extraits de lierre grimpant sur des enfants atteints de bronchite sans mettre en évidence de toxicité particulière, l’Agence européenne du médicament en déconseille l’usage chez les enfants de moins de douze ans. La plante séchée ne devrait jamais être administrée aux enfants, quel que soit leur âge.

L'avis du spécialiste sur le lierre grimpant

Le lierre grimpant contient des saponines similaires à celles trouvées dans le marron d'Inde ou le petit-houx. Il serait intéressant d'explorer les propriétés d'extraits de lierre grimpant dans le cadre de l'insuffisance veineuse et de ses symptômes (jambes lourdes, hémorroïdes).

Sources et références

  • Guide des plantes qui soignent, Vidal, 2010
  • PDR for Herbal Medicines 4th edition, Thomson Healthcare, US 2007
  • European Scientific Cooperative On Phytotherapy Monographs - The Scientific Foundation for Herbal Medicinal Products 2nd edition, ESCOP, UK 2003
  • PDR for Nutritional Supplements, Thomson PDR, US 2001
  • The Complete German Commission E Monographs - Therapeutic Guide to Herbal Medicines, American Botanical Council, US 1998

Actualités

Modélisation 3D de la molécule d'insuline (illustration).

Stylo injecteur d'insuline NOVOPEN ECHO : risque d'altération du porte-cartouche et consignes aux utilisateurs

Selon la HAS, les données disponibles ne permettant pas de confirmer l'intérêt des dispositifs médicaux à base d'acide hyaluronique en solution injectable dans la stratégie thérapeutique de l'arthrose du genou (illustration).

Arthrose du genou : le déremboursement d'ARTHRUM (acide hyaluronique) est suspendu

Les solution viscoélastiques à base d'acide hyaluronique sont utilisées en 2e intention dans le traitement symptomatique de la gonarthrose douloureuse (illustration).

Arthrose du genou : OSTENIL (acide hyaluronique) restera remboursable après le 1er juin