En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Lin

Mis à jour : Mercredi 05 Juillet 2017

Les graines de lin sont utilisées pour leurs propriétés laxatives dans diverses médecines traditionnelles. Récemment, la richesse de ces graines en acides gras polyinsaturés (acides gras oméga-3) a stimulé la recherche à leur sujet, notamment en matière de réduction des problèmes cardiovasculaires. Comme pour toutes les graines facilitant le transit intestinal, certaines précautions d’emploi doivent être respectées.

Origine et usages des graines de lin

lin

Le lin (Linum usitatissimum) fait partie des plantes connues depuis l’Antiquité, d’abord pour ses qualités de tissage (les Égyptiens portaient déjà des vêtements en fibre de lin), mais également pour les vertus laxatives de ses graines. Il est cultivé de la Méditerranée à la Chine, et son origine géographique est inconnue. La médecine traditionnelle ayurvédique (Inde) utilise le lin en infusion contre la toux, les bronchites et les inflammations des voies urinaires.

Les graines de lin, entières ou moulues, sont utilisées trempées dans l’eau avant d’être consommées pour leur effet laxatif. De l’huile peut également être extraite des graines pressées juste après la récolte. L’huile de lin peut être utilisée dans la cuisine, crue, seule ou en vinaigrette ; elle ne doit jamais être chauffée. Les graines et l’huile de lin ont tendance à rancir rapidement ; elles doivent être entreposées à l’abri de l’air, de la lumière et de la chaleur.

Les autres usages traditionnels des graines de lin
Les graines de lin entières ou moulues, mélangées à de l’eau chaude, sont traditionnellement utilisées en cataplasmes pour apaiser les irritations de la peau. La consommation de graines de lin a été proposée pour soulager les symptômes du syndrome de l’intestin irritable (une inflammation chronique de l’intestin) et pour soulager les effets négatifs de la ménopause.

Comment les graines de lin agissent-elles ?

Les graines de lin renferment des substances appelées mucilages (3 à 10 % du poids total) qui ont la propriété de pouvoir absorber jusqu’à huit fois leur volume en eau. Comme dans le cas des graines de psyllium (ou ispaghul), lors de consommation de graines de lin, l’eau des aliments est piégée par les mucilages non digérés. Les selles, chargées de ces mucilages, restent ainsi molles et le transit intestinal est facilité.

Par ailleurs, ces graines contiennent une huile très riche en acides gras insaturés (la plus forte teneur en acides gras oméga-3 connue pour un produit végétal). De plus, elle peut parfois avoir été enrichie en lignanes, des substances qui ont une activité proche de celle des hormones féminines (estrogènes). La richesse de l’huile de lin en acides gras oméga-3 a poussé les scientifiques à rechercher un éventuel effet de cette huile dans la prévention des maladies cardiovasculaires. La présence de lignanes a amené à des études portant sur l’efficacité du lin enrichi pour soulager les symptômes de la ménopause.

Les autres plantes utilisées contre la constipation
La phytothérapie traditionnelle utilise également les plantes laxatives suivantes :

Quelle efficacité pour les graines de lin ?

L’action laxative des graines de lin a été démontrée par deux études portant sur plus de deux cents patients souffrant de constipation : une diminution du temps de transit et une augmentation du volume des selles ont été observées. Cet effet est obtenu dans les 12 à 24 heures après l’administration, mais peut parfois prendre deux à trois jours pour être observé.

Les études portant sur les effets des graines ou de l’huile de lin sur le taux de cholestérol LDL (le « mauvais cholestérol ») ont donné des résultats contradictoires. Il est trop tôt pour affirmer l’intérêt du lin dans la prévention des maladies cardiovasculaires. De la même manière, on manque de données fiables sur les effets des huiles de lin enrichies en lignanes sur les symptômes de la ménopause.

Ni l’effet des graines de lin sur les symptômes du syndrome de l’intestin irritable ni ses autres usages traditionnels n’ont fait l’objet d’études cliniques. Des études sont en cours pour évaluer l’intérêt de l’huile de lin dans le traitement de certains cancers liés aux hormones sexuelles (cancer du sein et de la prostate).

Ce qu’en pensent les autorités de santé

... l’EMA

L’Agence européenne du médicament considère comme « bien établi » l’usage des graines de lin pour « le traitement de la constipation habituelle, ainsi que toutes les situations dans lesquelles une émission de selles molles est nécessaire ». Elle considère comme « traditionnellement établi l’utilisation d’une préparation émolliente pour le traitement symptomatique d’un inconfort gastro-intestinal ». Elle recommande d’en réserver l’usage aux patients de plus de douze ans.

... la Commission E

La Commission E du ministère de la Santé allemand reconnaît « l’usage des graines de lin dans le traitement de la constipation chronique ; lorsque le côlon (gros intestin) a été lésé par l’abus de laxatifs (stimulants) ; lors de syndrome du côlon irritable ou de diverticulite (inflammation des replis de la paroi intestinale) ; sous forme de mucilages dans le cas de gastrite (inflammation de la muqueuse tapissant l’estomac) ou d’entérite (inflammation de l’intestin grêle) ». En usage externe, elle reconnaît son utilisation « sous forme de cataplasmes lors d’inflammation locale ».

... l’ESCOP

La Coopération scientifique européenne en phytothérapie reconnaît l’usage des graines de lin dans le traitement « des constipations, du syndrome de l’intestin irritable, des diverticulites, et lors de gastrite ou d’entérite ».

Comment utiliser les graines de lin ?

Formes et dosage des graines de lin

Pour traiter la constipation, la posologie est de 5 à 10 grammes de graines de lin, entières ou finement hachées, trempées pendant 20 minutes dans 150 ml d’eau (l’équivalent d’un grand verre d’eau), trois fois par jour, en veillant à ne pas les prendre avant le coucher. Il est essentiel d’ingérer les graines avec une quantité d’eau supérieure ou égale à 150 ml afin d’assurer une hydratation correcte des selles et éviter ainsi une obstruction de l’intestin.

Dans le cadre du syndrome de l’intestin irritable, la prudence s’impose. Mieux vaut commencer par de petites doses de graines moulues (une cuillerée à café).

Pour bénéficier des apports en acides gras oméga-3 de l’huile de lin, la consommation d’une cuillerée à soupe par jour suffit.

Contre-indications des graines de lin

Les patients qui ont du sang dans les selles ou qui souffrent d’un problème modifiant le diamètre ou la motricité de l’intestin (sténose, iléus, paralysie intestinale, mégacôlon, etc.) doivent s’abstenir de prendre des graines de lin. Si la constipation persiste au-delà de trois jours de traitement, une consultation médicale s’impose.

Les personnes en surpoids doivent préférer les graines entières afin de réduire la quantité de matières grasses absorbées par l’intestin. À l’inverse, les personnes qui souffrent de diverticulite ou de côlon irritable doivent préférer les graines moulues pour éviter d’aggraver l’irritation de l’intestin.

Effets indésirables et surdosage des graines de lin

En début de traitement, des flatulences peuvent apparaître ; elles disparaissent avec la poursuite du traitement. Si la quantité d’eau ingérée avec les graines de lin est insuffisante, des risques d’obstruction intestinale par une masse compacte de selles sont à craindre.

Quelques très rares cas de choc anaphylactique (réaction allergique violente et dangereuse) ont été décrits, dus à une allergie aux protéines du lin.

Interactions des graines de lin avec d’autres substances

La prise de graines de lin peut diminuer l’absorption de certaines substances (fer, zinc, calcium, magnésium, vitamine B12, médicaments pour le cœur, fluidifiants du sang, par exemple). Il convient de respecter un délai d’au moins deux heures entre la prise de graines de lin et les médicaments contenant ces substances. Il ne faut pas jamais associer graines de lin et médicaments ralentissant le transit intestinal (par exemple les dérivés de la morphine prescrits pour soulager la douleur).

En cas de diabète traité par l’insuline, la prise de graines de lin au cours du repas peut nécessiter une diminution de la dose d’insuline à injecter (les mucilages ralentissent l’absorption des sucres du repas).

Graines de lin, grossesse et allaitement

L’utilisation thérapeutique des huiles à base de graines de lin enrichies en lignanes n’est pas recommandée lors de la grossesse et de l’allaitement, en raison de l’activité estrogénique (hormonale) des lignanes.

Les graines de lin chez les enfants

L’usage des graines de lin est déconseillé chez les enfants de moins de douze ans.

L'avis du spécialiste sur les graines de lin

Il est préférable de prendre les graines de lin après les avoir laissées tremper une demi-heure et au cours d'un repas. Ainsi, les mucilages seront uniformément répartis dans les selles et joueront leur rôle de « piège à eau ». Les personnes diabétiques ou obèses doivent prendre l'avis de leur médecin avant d'utiliser des graines de lin.

Sources et références

  • Guide des plantes qui soignent, Vidal, 2010
  • PDR for Herbal Medicines 4th edition, Thomson Healthcare, US 2007
  • European Scientific Cooperative On Phytotherapy Monographs - The Scientific Foundation for Herbal Medicinal Products 2nd edition, ESCOP, UK 2003
  • PDR for Nutritional Supplements, Thomson PDR, US 2001
  • The Complete German Commission E Monographs - Therapeutic Guide to Herbal Medicines, American Botanical Council, US 1998

Actualités

Modélisation 3D de la molécule d'insuline (illustration).

Stylo injecteur d'insuline NOVOPEN ECHO : risque d'altération du porte-cartouche et consignes aux utilisateurs

Selon la HAS, les données disponibles ne permettant pas de confirmer l'intérêt des dispositifs médicaux à base d'acide hyaluronique en solution injectable dans la stratégie thérapeutique de l'arthrose du genou (illustration).

Arthrose du genou : le déremboursement d'ARTHRUM (acide hyaluronique) est suspendu

Les solution viscoélastiques à base d'acide hyaluronique sont utilisées en 2e intention dans le traitement symptomatique de la gonarthrose douloureuse (illustration).

Arthrose du genou : OSTENIL (acide hyaluronique) restera remboursable après le 1er juin