En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Menthe poivrée

Mis à jour : Mardi 07 Août 2012

La menthe poivrée est une plante médicinale relativement récente, cultivée et utilisée surtout depuis le XVIIe siècle. Ses propriétés antispasmodiques et décongestionnantes sont mises à profit lors de nausées ou d’affections respiratoires. En frictions sur la peau, l’huile essentielle de menthe est utilisée contre les maux de tête et les douleurs musculaires.

Origine et usages de la menthe poivrée

menthe

Si l’on trouve trace de la menthe dès l’Égypte ancienne, son utilisation médicale est récente. Au XVIIe siècle, elle a fait l’objet d’une hybridation entre les trois menthes connues jusque-là (M. aquatica, M. longifolia et M. rotundifolia), donnant ainsi naissance à une espèce plus aromatique, Mentha piperita. La menthe poivrée appartient à la famille des labiées.

On utilise ses feuilles séchées ou l'huile essentielle obtenue à partir des fleurs. Son huile essentielle a été très vite utilisée en friction sur les tempes pour soulager les maux de tête, ou en inhalation lors de rhume ou de toux. Aujourd'hui, ce sont surtout ses propriétés antispasmodiques (contre les spasmes) qui sont recherchées en cas de nausées, de ballonnements ou d'inflammation de l'intestin.

Les autres usages traditionnels de la menthe poivrée
La menthe poivrée, à faible dose, serait sédative (calmante). De plus, elle augmenterait la montée de lait et favoriserait des règles régulières. Elle est également proposée dans les bronchites, les infections urinaires et les diarrhées. Appliquée en friction, elle soulagerait les douleurs musculaires.

Comment la menthe poivrée agit-elle ?

Le menthol et le menthone sont les deux principes actifs majoritaires de la menthe poivrée. Chez l’animal, ils ont une action antispasmodique sur les fibres musculaires de l’appareil digestif et respiratoire. Lorsque l’huile essentielle de menthe poivrée est appliquée sur la peau, elle provoque une sensation de froid qui semble diminuer la sensibilité des récepteurs de la douleur.

Quelques autres plantes antispasmodiques intestinales
La phytothérapie traditionnelle utilise également les plantes suivantes pour soulager les maux de ventre :
  • Carvi (Carum carvi)
  • Coriandre (Coriandrum sativum)
  • Cumin (Cuminum cyminum)
  • Fenouil (Fœniculum vulgare)
  • Mélisse (Melissa officinalis)

Quelle efficacité pour la menthe poivrée ?

L’analyse croisée de seize études portant sur plus de 600 patients souffrant de syndrome de l’intestin irritable (une inflammation chronique de l’intestin) a montré que la prise de gélules d’huile essentielle de menthe poivrée dosées à 180-200 mg réduisait les douleurs abdominales et les autres symptômes, avec une efficacité modeste, mais significative.

Au cours d’une petite étude clinique avec placebo, des gélules contenant une association d’huiles essentielles de menthe poivrée et de carvi (Carum carvi) a montré une certaine efficacité pour soulager les symptômes de digestion difficile. Quelques études ont également indiqué une certaine efficacité des extraits de menthe poivrée dans le traitement des nausées.

Enfin, une étude portant sur l’utilisation de l’huile essentielle de menthe poivrée lors d’examens radiologiques de l’appareil digestif a montré une réduction des spasmes de l’œsophage et du duodénum et a permis d’obtenir de meilleures images qu’avec les antispasmodiques habituellement utilisés.

Les effets de l’huile essentielle de menthe poivrée sur la douleur n’ont pas fait l’objet d’études cliniques de bonne qualité ; de même pour ses autres usages traditionnels.

Ce qu’en pensent les autorités de santé

... l’EMA

L’Agence européenne du médicament considère comme « bien établi l’usage de l’huile essentielle de menthe poivrée dans le soulagement des flatulences et des douleurs abdominales notamment lors d’intestin irritable ». Elle recommande d’en réserver l’usage aux adultes et aux enfants de plus de huit ans.

Elle considère également « bien établie l’utilisation par application cutanée de l’huile essentielle pour soulager les maux de tête » chez les adultes. Est « traditionnellement établi l’usage de l’huile essentielle de menthe poivrée en inhalation contre les toux et les rhumes, et par voie cutanée contre les douleurs musculaires et les petites démangeaisons cutanées ». L’utilisation locale est contre-indiquée chez les enfants de moins de deux ans et déconseillée jusqu’à l’âge de quatre ans.

... l’OMS

L’Organisation mondiale de la santé reconnaît que l’utilisation de l’huile essentielle de menthe poivrée est « scientifiquement établie dans le traitement du syndrome du côlon irritable, et dans les affections digestives comme les flatulences et les gastrites ; par voie externe, l’huile essentielle est efficace contre les douleurs musculaires et les maux de tête ». Les feuilles de menthe poivrée sont « traditionnellement utilisées dans le traitement symptomatique des troubles digestifs, des flatulences et des coliques intestinales ».

... la Commission E

La Commission E du ministère de la Santé allemand reconnaît l’usage des feuilles et de la teinture de menthe poivrée dans « les crampes gastro-intestinales y compris celles de la vésicule et des voies biliaires ».

... l’ESCOP

La Coopération scientifique européenne en phytothérapie reconnaît l’usage de la menthe poivrée dans « le traitement des symptômes de troubles digestifs tels que les flatulences, le syndrome de l’intestin irritable, ainsi que dans celui de la toux et du rhume ». Il reconnaît également son application locale pour soulager « les rhumes, les douleurs articulaires, les céphalées de tension et les symptômes d’irritation de la peau ».

... le NIH

Les Instituts nationaux de la santé américains considèrent que la menthe poivrée « pourrait être utile pour réduire les spasmes intestinaux pendant et après les endoscopies (examen du tube digestif à l’aide d’une sonde équipée d’une caméra) et pour réduire les symptômes du syndrome de l’intestin irritable », en insistant sur la nécessite d’études additionnelles avant de recommander formellement son usage.

Comment utiliser la menthe poivrée ?

Formes et dosage de la menthe poivrée

L’huile essentielle de menthe poivrée doit être conditionnée en comprimés ou en gélules gastro-résistantes (qui résistent à l’acidité de l’estomac) afin d’éviter des spasmes du larynx ainsi qu’une irritation de l’œsophage et de l’estomac. Dans les études cliniques, la dose varie en fonction de l’âge :

  • 0,2 à 0,4 ml jusqu'à trois fois par jour, pour les adolescents de plus de 12 ans et les adultes ;
  • 0,2 ml jusqu'à trois fois par jour pour les enfants de 8 à 12 ans.

Les gélules sont prises avant les repas et le traitement est poursuivi sans dépasser une durée de trois mois. En France, il n'existe pas de médicaments à avaler contenant de l'huile essentielle de menthe.

Pour décongestionner les voies respiratoires en cas de rhume, l’huile essentielle de menthe peut être utilisée en inhalation, à raison de trois à quatre gouttes dans un bol d’eau chaude.

En infusion, on utilise de 3 à 6 g de feuilles par jour (soit une cuillerée à soupe pour 150 ml d’eau, en laissant infuser dix minutes).

En application sur la peau, l’huile essentielle doit toujours être diluée dans une autre huile végétale, pour éviter tout risque de brûlure.

Contre-indications de la menthe poivrée

Parce que la menthe poivrée semble stimuler la sécrétion de bile, l’existence de calcul de la vésicule biliaire doit faire contre-indiquer l’utilisation par voie orale de la menthe poivrée, afin d’éviter une crise de colique biliaire.

Effets indésirables et surdosage de la menthe poivrée

Les effets indésirables de l’huile essentielle de menthe poivrée apparaissent lors de contact direct avec l’œsophage ou l’estomac, provoquant un reflux gastro-œsophagien et des brûlures.

Un surdosage accidentel d’huile essentielle de menthe poivrée peut être à l’origine d’une éruption cutanée, de maux de tête, d’un ralentissement du rythme cardiaque et de vertiges nécessitant une prise en charge médicale rapide. Chez les jeunes enfants, on a relevé des effets indésirables graves de type convulsions en cas d’utilisation d’huile essentielle de menthe. Des effets indésirables de type agitation ont été observés chez les personnes âgées.

Interactions de la menthe poivrée avec d’autres substances

La menthe poivrée peut interagir avec de très nombreux médicaments, car elle semble inhiber certaines des molécules responsables de leur élimination par l’organisme. La prudence est donc de mise. De plus, l’huile essentielle de menthe poivrée diminue l’efficacité de certains médicaments pour le cœur (inhibiteurs calciques). Les personnes qui prennent des traitements de longue durée doivent consulter leur médecin avant de prendre de fortes quantités de menthe poivrée.

Menthe poivrée, grossesse et allaitement

L’usage thérapeutique de la menthe poivrée est contre-indiqué pendant le premier trimestre de la grossesse, du fait d’une possibilité d’effet stimulant sur l’utérus. Les femmes qui allaitent devraient également s’abstenir d’en prendre, les substances actives de la menthe poivrée étant susceptibles de passer dans le lait.

La menthe poivrée chez les enfants

En raison de la sensibilité particulière du larynx des enfants à la menthe poivrée (apnée réflexe par spasme du larynx), l’utilisation de toutes les formes de menthe est contre-indiquée chez les enfants de moins de deux ans ; elle est déconseillée entre deux et quatre ans et chez tous les enfants sujets aux convulsions.

L’usage de l’huile essentielle de menthe poivrée chez les enfants de moins de huit ans est fortement déconseillé. Mieux vaut la réserver aux adultes.

En 2008, l’Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) a émis des recommandations concernant l’usage de cosmétiques contenant du menthol chez les enfants de moins de six ans. Leur teneur en menthol doit être réduite (moins de 4,5 % de menthol). De trop fortes doses exposent en effet à des effets indésirables graves (notamment des convulsions).

L'avis du spécialiste sur la menthe poivrée

L'usage des feuilles de menthe poivrée en tisane ne nécessite guère de précautions particulières (sauf chez l'enfant de moins de quatre ans). En revanche, l'utilisation de l'huile essentielle doit se faire dans le respect des conseils du médecin, en particulier si elle est ingérée.

Sources et références

  • Guide des plantes qui soignent, Vidal, 2010
  • PDR for Herbal Medicines 4th edition, Thomson Healthcare, US 2007
  • European Scientific Cooperative On Phytotherapy Monographs - The Scientific Foundation for Herbal Medicinal Products 2nd edition, ESCOP, UK 2003
  • PDR for Nutritional Supplements, Thomson PDR, US 2001
  • The Complete German Commission E Monographs - Therapeutic Guide to Herbal Medicines, American Botanical Council, US 1998

Actualités

Selon la HAS, les données disponibles ne permettant pas de confirmer l'intérêt des dispositifs médicaux à base d'acide hyaluronique en solution injectable dans la stratégie thérapeutique de l'arthrose du genou (illustration).

Arthrose du genou : le déremboursement d'ARTHRUM (acide hyaluronique) est suspendu

Les solution viscoélastiques à base d'acide hyaluronique sont utilisées en 2e intention dans le traitement symptomatique de la gonarthrose douloureuse (illustration).

Arthrose du genou : OSTENIL (acide hyaluronique) restera remboursable après le 1er juin

Les données disponibles ne permettant pas de confirmer l'intérêt des dispositifs médicaux à base d'acide hyaluronique en solution injectable dans la stratégie thérapeutique de l'arthrose du genou (illustration).

Gonarthrose : déremboursement des solutions viscoélastiques d'acide hyaluronique pour injection intra-articulaire