En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Passiflore

Mis à jour : Mardi 07 Août 2012

La passiflore entre dans la composition de nombreux produits de phytothérapie destinés à soulager les troubles légers du sommeil, en particulier ceux liés à l’anxiété. Elle est également proposée dans d’autres manifestations de l’anxiété (troubles digestifs, palpitations, etc.). Comme toutes les plantes aux propriétés sédatives (calmantes), son usage requiert des précautions particulières.

Origine et usages de la passiflore

passiflore

La passiflore (Passiflora incarnata) est une plante originaire du Mexique et d’Amérique du Sud. Ses propriétés sédatives étaient connues des Aztèques. La passiflore est aujourd’hui cultivée en Amérique du Nord et en Europe. On utilise ses feuilles et parfois ses fleurs et ses fruits. La récolte s’effectue en fin d’été ; les feuilles sont séchées, pour être utilisées en infusion. On les trouve aussi sous forme d’extrait fluide ou en poudre.

Attention, la passiflore utilisée en phytothérapie n’est pas la même espèce que celle qui donne le fruit de la passion (Passiflora edulis).

La passiflore est traditionnellement utilisée comme sédatif dans les insomnies, les états anxieux, les palpitations et chaque fois que l’on soupçonne une manifestation physique de l’anxiété. Elle est souvent associée à l’aubépine, qui possède également des propriétés sédatives.

Les autres usages traditionnels de la passiflore
La passiflore est traditionnellement utilisée en bains en cas de nervosité et en applications locales dans le traitement des hémorroïdes.

Comment la passiflore agit-elle ?

Les principes actifs de la passiflore sont des flavonoïdes, des bêtacarbolines, ainsi que des composants très minoritaires comme le maltol et, peut-être, des alcaloïdes de la famille des harmalines.

Les mécanismes d'action de la passiflore sont mal connus. Le maltol, présent pourtant en très faible quantité, pourrait être à l'origine de son action sédative et analgésique (contre la douleur). Chez la souris, le maltol injecté par voie sous-cutanée à fortes doses (supérieures à celles trouvées dans l'extrait de passiflore) réduit l'activité physique et les déplacements. Son effet pourrait être augmenté par d'autres substances présentes dans la passiflore.

Quelques autres plantes utilisées pour traiter les troubles liés à l'anxiété
La phytothérapie traditionnelle utilise également les plantes suivantes pour soulager les troubles liés à l’anxiété :
  • Aubépine (Crataegus laevigata)
  • Camomille allemande (Matricaria recutita)
  • Coquelicot (Papaver rhoeas)
  • Houblon (Humulus lupulus)
  • Valériane (Valeriana officinalis)

Quelle efficacité pour la passiflore ?

L’utilisation de la passiflore repose essentiellement sur son usage traditionnel, et on dispose de peu d’études cliniques, dont certaines avec des résultats contradictoires. Chez l’animal, la passiflore abaisse la tension artérielle et stimule la respiration.

Administrée à 36 patients souffrant d’anxiété généralisée, la passiflore a montré une activité supérieure à un anxiolytique de la famille des benzodiazépines, mais cet effet a disparu au bout d’une semaine de traitement. Une étude sur le sevrage de 65 personnes toxicomanes (héroïne) a montré que l’association de la passiflore au traitement conventionnel était plus efficace que le traitement conventionnel seul sur les symptômes psychologiques - mais pas les symptômes physiques - du sevrage.

Ce qu’en pensent les autorités de santé

... l’EMA

L’Agence européenne du médicament considère comme « traditionnellement établi » l’usage de la passiflore pour « soulager les symptômes modérés de stress et les troubles du sommeil qui en découlent ». Elle recommande d’en réserver l’usage aux adultes et aux enfants de plus de douze ans.

... l’OMS

L’Organisation mondiale de la santé considère la passiflore comme « un sédatif léger efficace sur l’agitation nerveuse, les insomnies et l’anxiété ». Elle reconnaît également son efficacité sur les troubles gastro-intestinaux liés à l’anxiété. Elle mentionne également son usage dans le traitement des règles douloureuses, des névralgies et des palpitations d’origine nerveuse.

... la Commission E

La Commission E du ministère de la Santé allemand reconnaît l’usage de la passiflore dans les « cas d’agitation liés à la nervosité ».

... l’ESCOP

La Coopération scientifique européenne en phytothérapie reconnaît l’usage de la passiflore « dans les états d’agitation, de nervosité et d’irritabilité qui s’accompagnent de difficultés d’endormissement ».

... le NIH

Les Instituts nationaux de la santé américains considèrent comme « probable » les effets de la passiflore « dans les états d’anxiété, de nervosité et d’agitation ».

Comment la passiflore s’utilise-t-elle ?

Formes et dosage de la passiflore

En infusion, pour 150 ml d’eau bouillante, la dose est d’une cuillerée à café (soit 1 à 2 g) de poudre de passiflore, infusée pendant dix minutes. Une à quatre prises par jour sont recommandées, entre les repas, dont une de préférence 30 minutes avant le coucher en cas de troubles du sommeil.

Contre-indications de la passiflore

L’allergie à la passiflore en contre-indique, bien sûr, l’utilisation.

Effets indésirables et surdosage de la passiflore

Les effets indésirables de la passiflore sont rares : nausées, troubles digestifs, vomissements et réactions allergiques. Un cas de nausée avec accélération du rythme cardiaque a été rapporté ainsi qu’un cas de rhinite allergique (rhume des foins).

En raison de son effet sédatif, la passiflore peut être responsable d’une baisse de la vigilance et se révéler dangereuse pour les personnes qui conduisent des véhicules ou qui utilisent des machines-outils. La prudence s’impose.

Interactions de la passiflore avec d’autres substances

Du fait de son action sédative, la passiflore pourrait augmenter le risque de somnolence de nombreux médicaments : somnifères (benzodiazépines), tranquillisants, antidépresseurs, antiépileptiques, neuroleptiques antipsychotiques, antalgiques ou antitussifs dérivés de l’opium, etc. Toute personne qui prend un médicament du psychisme doit discuter avec son médecin de la prise éventuelle de passiflore. Pour les mêmes raisons, il est préférable d’éviter de consommer des boissons alcoolisées.

La passiflore pourrait augmenter l’effet des médicaments destinés à fluidifier le sang (anticoagulants) et aggraver le risque de saignement. Elle est également déconseillée aux personnes qui prennent des médicaments toxiques pour le foie ou qui souffrent de maladies du foie : le conseil du médecin est indispensable.

Enfin, la passiflore peut interagir avec d’autres plantes qui agissent sur le système nerveux ou la coagulation sanguine : angélique, ail, gingembre, ginkgo, trèfle rouge, valériane, millepertuis, kava, etc.

Passiflore, grossesse et allaitement

Chez certains animaux, la passiflore a provoqué des contractions utérines, ce qui en fait déconseiller son usage pendant la grossesse. Les femmes qui allaitent doivent également s’abstenir d’en prendre, les substances actives de la passiflore étant susceptibles de passer dans le lait.

La passiflore chez les enfants

L’usage de la passiflore est déconseillé chez les enfants de moins de douze ans.

L'avis du spécialiste sur la passiflore

L'usage de la passiflore pour faciliter l'endormissement et soulager les manifestations de l'anxiété semble intéressant. Attention, la durée du traitement ne devrait pas dépasser quatre semaines. En l'absence d'effet, une consultation médicale s'impose.

Sources et références

  • Guide des plantes qui soignent, Vidal, 2010
  • PDR for Herbal Medicines 4th edition, Thomson Healthcare, US 2007
  • European Scientific Cooperative On Phytotherapy Monographs - The Scientific Foundation for Herbal Medicinal Products 2nd edition, ESCOP, UK 2003
  • PDR for Nutritional Supplements, Thomson PDR, US 2001
  • The Complete German Commission E Monographs - Therapeutic Guide to Herbal Medicines, American Botanical Council, US 1998

Actualités

Selon la HAS, les données disponibles ne permettant pas de confirmer l'intérêt des dispositifs médicaux à base d'acide hyaluronique en solution injectable dans la stratégie thérapeutique de l'arthrose du genou (illustration).

Arthrose du genou : le déremboursement d'ARTHRUM (acide hyaluronique) est suspendu

Les solution viscoélastiques à base d'acide hyaluronique sont utilisées en 2e intention dans le traitement symptomatique de la gonarthrose douloureuse (illustration).

Arthrose du genou : OSTENIL (acide hyaluronique) restera remboursable après le 1er juin

Les données disponibles ne permettant pas de confirmer l'intérêt des dispositifs médicaux à base d'acide hyaluronique en solution injectable dans la stratégie thérapeutique de l'arthrose du genou (illustration).

Gonarthrose : déremboursement des solutions viscoélastiques d'acide hyaluronique pour injection intra-articulaire