En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Souci des jardins (calendula)

Mis à jour : Mardi 07 Août 2012

Le souci est une fleur familière des jardins et des bouquets. En phytothérapie et en cosmétologie, elle est généralement désignée par son nom latin, Calendula. Les pétales séchés et broyés entrent dans la composition de nombreuses crèmes et pommades destinées à soulager les coups de soleil et autres brûlures légères, les irritations de la peau et des muqueuses, ainsi que les piqûres d’insectes.

Origine et usages du souci des jardins (calendula)

souci des jardins

Le souci des jardins (Calendula officinalis) est principalement cultivé en Europe centrale, dans les Balkans, en Allemagne et aux États-Unis. Ses fleurs sont séchées puis réduites en poudre. Celle-ci est utilisée en tisane, en extrait liquide, en teinture et en pommade. Le souci est reconnu pour ses propriétés cicatrisantes, antiseptiques et anti-inflammatoires. Sur les plaies, les piqûres d’insectes, les coups de soleil, il vise à calmer la douleur et à favoriser la cicatrisation. En bain de bouche, il est utilisé pour apaiser les irritations de la bouche.

Les autres usages traditionnels du souci
Les médecines traditionnelles russe et ukrainienne utilisent le souci (fleurs, tige et feuilles) contre l’hypotension. Associé à d’autres plantes, comme la mélisse ou la morelle noire (Solanum nigrum), il est proposé pour soulager les règles douloureuses.

Comment le souci des jardins (calendula) agit-il ?

Les principes actifs du souci sont des saponines triterpéniques (avec notamment l’acide oléanolique et le faradiol) ainsi que des carotènes, des flavonoïdes et des polysaccharides. Ces derniers seraient responsables de l’effet cicatrisant sur les muqueuses irritées et la peau.

Le souci doit son action anti-inflammatoire à ses composés triterpéniques, qui semblent également posséder des propriétés antiseptiques, notamment sur le staphylocoque doré (un germe responsable de nombreuses infections de la peau).

Quelques autres plantes utilisées pour traiter les plaies
La phytothérapie traditionnelle utilise également les plantes suivantes pour soulager les affections de la peau :
  • Aloès (Aloe barbadensis, A capensis., A. vera) avec le gel transparent des feuilles
  • Bardane (Arctium lappa)
  • Niaouli (Melaleuca quinquenervia)
  • Solidage européen (Solidago virgaurea)
  • Thym (Thymus vulgaris)

Quelle efficacité pour le souci des jardins (calendula) ?

L’activité anti-inflammatoire du faradiol contenu dans les pétales de la plante a été démontrée chez l’animal. De même, l’activité antibactérienne du souci a également été étudiée : des plaies, même infectées par le staphylocoque doré, ont été significativement améliorées par l’application d’extrait de souci.

Chez l'homme, l'application de crème au souci sur des brûlures du premier et du second degré a montré une efficacité modeste, mais néanmoins supérieure à celle du placebo.

Dans une étude portant sur 254 femmes traitées par une radiothérapie anticancéreuse, l'application d'une pommade au souci a été nettement efficace dans la prévention et le traitement des irritations de la peau dues aux rayons.

Enfin, une étude sur un petit nombre de patients suggère que l'application de pommade au souci sur les ulcères veineux des jambes diminuerait significativement la taille des ulcères.

Ce qu’en pensent les autorités de santé

... l’EMA

L’Agence européenne du médicament considère comme « traditionnellement établi » l’usage local du souci pour « le traitement symptomatique des inflammations mineures de la peau (par exemple, un coup de soleil) et comme aide à la cicatrisation des petites plaies ». Elle recommande d’en réserver l’usage aux adultes et aux enfants de plus de six ans. Les bains de bouche et les gargarismes au souci sont également « traditionnellement établis pour le traitement des inflammations mineures de la bouche et de la gorge », chez les adultes et les enfants de plus de douze ans.

... l’OMS

L’Organisation mondiale de la santé reconnaît le souci comme « un traitement externe des plaies superficielles, des inflammations modérées de la peau et de la muqueuse orale, des blessures et des ulcères veineux ».

... la Commission E

La Commission E du ministère de la Santé allemand reconnaît l’usage du souci en gargarisme « dans les inflammations des muqueuses de la bouche et du pharynx », et en usage externe « pour le traitement des plaies cicatrisant mal et des ulcères veineux ».

... l’ESCOP

La Coopération scientifique européenne en phytothérapie considère que le souci est indiqué « dans le traitement symptomatique des inflammations modérées de la peau et des muqueuses, ainsi que comme une aide à la cicatrisation des petites blessures ».

... le NIH

Les Instituts nationaux de la santé américains considèrent le souci comme « un traitement à considérer » pour « réduire les irritations de la peau dues à la radiothérapie anticancéreuse dans le cadre du traitement du cancer du sein. » Ils restent plus circonspects quant à son usage dans les inflammations de la peau et pour réduire la douleur dues aux otites.

Comment utiliser le souci des jardins (calendula) ?

Formes et dosage du souci des jardins (calendula)

On peut utiliser la poudre de souci en infusion, à raison de 1 à 2 g de poudre pour 150 ml d’eau frémissante, le tout infusé dix minutes, puis laissé à refroidir. Pour les affections de la peau, l’infusion de souci est appliquée directement sur la lésion à l’aide d’une compresse imbibée, pendant 30 à 60 minutes. Pour les affections de la bouche, l’infusion de souci est utilisée sous forme de bains de bouche ou de gargarismes deux à trois fois par jour. En l’absence d’amélioration après quelques jours de traitement, une consultation médicale est nécessaire.

On trouve également des teintures ou des extraits liquides pour une utilisation locale.

Contre-indications du souci des jardins (calendula)

Toute hypersensibilité identifiée au souci ou à une plante de la famille des astéracées (anciennement composées) rend son usage contre-indiqué.

Effets indésirables et surdosage du souci des jardins (calendula)

Les effets indésirables du souci sont rares. Des allergies cutanées ont été observées sans que leur fréquence de survenue ne soit connue. Aucun cas de surdosage n’a été rapporté.

Interactions du souci des jardins (calendula) avec d’autres substances

Aucune interaction n’a été décrite à ce jour.

Souci des jardins (calendula), grossesse et allaitement

Les femmes enceintes ou qui allaitent peuvent utiliser des infusions de souci en application sur la peau ou en gargarismes.

Le souci des jardins (calendula) chez les enfants

L’utilisation du souci en application sur la peau est déconseillée chez les enfants de moins de six ans.

Les bains de bouche et les gargarismes sont à éviter chez les enfants de moins de douze ans.

L'avis du spécialiste sur le souci des jardins (calendula)

L'usage du souci comme cicatrisant des petites plaies et des brûlures semble bien établi et les pommades en contenant ont leur place dans la pharmacie familiale. L'utilisation en bains de bouche semble également intéressante lors de petites plaies douloureuses des gencives.

Sources et références

  • Guide des plantes qui soignent, Vidal, 2010
  • PDR for Herbal Medicines 4th edition, Thomson Healthcare, US 2007
  • European Scientific Cooperative On Phytotherapy Monographs - The Scientific Foundation for Herbal Medicinal Products 2nd edition, ESCOP, UK 2003
  • PDR for Nutritional Supplements, Thomson PDR, US 2001
  • The Complete German Commission E Monographs - Therapeutic Guide to Herbal Medicines, American Botanical Council, US 1998

Actualités

Salmonelle (illustration).

Préparations infantiles et risque de contamination par Salmonella agona : 700 références suspendues

L'arthrose traduit une dégénérescence du cartilage des articulations et conduit à une destruction plus ou moins rapide du cartilage qui enrobe l'extrémité des os (illustration).

Arthrose du genou : déremboursement effectif d'OSTENIL et d'ARTHRUM à partir du 1er décembre 2017

Capture d'écran d'une vidéo d'explication sur la mise en place d'ESSURE (dans les 2 trompes), empêchant les spermatozoïdes d'atteindre les ovules (illustration).

Stérilisation à visée contraceptive : arrêt de la commercialisation de l'implant ESSURE