En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Valériane

Mis à jour : Mardi 07 Août 2012

En Europe, l’usage de la valériane pour favoriser un sommeil de qualité remonte à l’Antiquité. Jusqu’à la découverte des médicaments somnifères, elle était extrêmement populaire. Aujourd’hui, elle est contenue dans des produits de phytothérapie destinés à soulager les troubles légers du sommeil, en particulier ceux liés à l’anxiété. Comme toutes les plantes aux propriétés sédatives (calmantes), son usage demande des précautions particulières.

Origine et usages de la valériane

valériane

La valériane (Valeriana officinalis) est originaire de l’Europe et des régions tempérées d’Asie. Elle fait partie des plantes médicinales depuis l’Antiquité : plusieurs médecins grecs (Hippocrate, Dioscoride, Galien) mentionnent déjà son intérêt contre les troubles du sommeil. Les médecines traditionnelles ayurvédique (Inde) et chinoise utilisent des plantes de la même famille pour un usage similaire.

La poudre de valériane est obtenue par séchage du rhizome (tige souterraine) et des racines suivi d’un broyage. On utilise cette poudre telle quelle, en gélules, en tisanes, dans un bain, ou pour obtenir un extrait liquide. Parce que son odeur est très appréciée des chats, elle est souvent appelée « herbe à chat ».

La valériane est traditionnellement utilisée en cas de nervosité, notamment lorsqu’elle s’accompagne de troubles du sommeil. Elle est également proposée en cas de palpitations, chez les adultes, en association à d’autres plantes sédatives. Son usage dans les troubles du sommeil lui a également valu le surnom de « Valium végétal ».

Les autres usages traditionnels de la valériane
Associée à d’autres plantes, la valériane est traditionnellement utilisée pour soulager les maux de ventre dus à des spasmes du gros intestin (douleurs coliques). Elle est parfois utilisée en bains pour soulager certains problèmes de peau (acné, plaies, etc.).

Comment la valériane agit-elle ?

Les principes actifs et le mode d’action de la valériane restent assez mystérieux. De nombreuses substances ont été isolées : acide valérénique, valépotriates, glutamine, etc. Administrées séparément, ces substances ne semblent avoir aucun effet. Aujourd’hui, les chercheurs penchent pour un effet global des substances présentes dans la valériane, ainsi qu’en faveur du rôle de certains composés chimiques fabriqués par l’organisme à partir de ces substances (en particulier, les baldrinals produits à partir des valépotriates).

Les autres plantes utilisées contre les troubles du sommeil
La phytothérapie traditionnelle utilise également les plantes suivantes pour soulager la nervosité et favoriser le sommeil :
  • Aubépine (Crataegus laevigata)
  • Camomille allemande (Matricaria recutita)
  • Houblon (Humulus lupulus)
  • Lavande (Lavandula sp.)
  • Mélisse (Melissa officinalis)
  • Passiflore (Passiflora incarnata)

Quelle efficacité pour la valériane ?

De nombreuses études cliniques ont exploré l’efficacité de la valériane dans les troubles du sommeil et l’anxiété. Ces études cliniques n’ont pas toutes utilisé des extraits de valériane standardisés (c’est-à-dire présentant une concentration en principes actifs garantie et constante). De ce fait, leur analyse et leur comparaison sont difficiles.

Une analyse croisée de plusieurs études (méta-analyse portant sur 16 études et plus de 1 000 patients) portant sur les troubles du sommeil liés à l’anxiété semble indiquer une efficacité sur la qualité globale du sommeil. Le nombre de réveils nocturnes ne semble pas diminué, mais la qualité des phases de sommeil dit « léger » est améliorée, ce qui n’est pas le cas des phases de sommeil dit « paradoxal ». La valériane semble faciliter l’endormissement, mais ses effets ne sont pas immédiats : une dose unique de valériane reste sans effet et ce n’est qu’après deux à quatre semaines d’utilisation que les effets bénéfiques se font sentir.

Une analyse croisée réalisée par la Cochrane Collaboration sur les études portant sur les troubles anxieux n’a montré aucune efficacité de la valériane dans cette indication.

Ce qu’en pensent les autorités de santé

... l’EMA

L’Agence européenne du médicament considère comme « scientifiquement bien établi » l’usage de la valériane pour « soulager la tension nerveuse légère et les troubles du sommeil qui en découlent ». Elle recommande d’en réserver l’usage aux adultes et aux enfants de plus de douze ans.

... l’OMS

L’Organisation mondiale de la santé considère la valériane comme « un sédatif léger capable de favoriser le sommeil » surtout lorsque les insomnies sont liées à l’anxiété. Elle reconnaît son efficacité sur la qualité du sommeil, en particulier sur les phases de sommeil dit léger.

... la Commission E

La Commission E du ministère de la Santé allemand reconnaît l’usage de la valériane dans les cas « d’agitation et de problèmes d’endormissement liés à la nervosité ».

... l’ESCOP

La Coordination scientifique européenne en phytothérapie reconnaît l’usage de la valériane pour « soulager les tensions nerveuses modérées et temporaires et/ou les problèmes d’endormissement ».

... le NIH

Les Instituts nationaux de la santé américains considèrent que l’usage de la valériane contre les troubles du sommeil est confirmé par « de bonnes évidences scientifiques », mais que son usage pour soulager l’anxiété repose sur « des évidences scientifiques peu claires ». Le NIH affirme également que « de bonnes évidences scientifiques s’opposent à son usage comme sédatif », en particulier dans le cadre de l’épilepsie.

Comment utiliser la valériane ?

Formes et dosage de la valériane

Les dosages varient fortement selon les préparations de valériane. Lorsqu’elle est prise en tisane, la valériane est utilisée à raison de 2 à 3 g de poudre (une cuillerée à café) par tasse d’eau bouillante et il est recommandé d’en prendre deux à trois tasses par jour, dont une dans l’heure qui précède le coucher quand on veut favoriser le sommeil. La durée du traitement doit être d’au moins deux semaines. Néanmoins, si les troubles persistent après deux semaines, il est nécessaire de prendre un avis médical.

Contre-indications de la valériane

Par mesure de précaution, il est contre-indiqué de prendre de la valériane lorsque l’on souffre de troubles du foie ou si l’on prend des médicaments ou des plantes pouvant être toxiques pour le foie.

Effets indésirables et surdosage de la valériane

Les effets indésirables de la valériane sont rares : maux de tête, nausées, douleurs abdominales, vertiges. En cas d’usage prolongé (plus de six semaines d’affilée), la valériane provoque généralement... des insomnies ! L’arrêt brutal du traitement peut alors provoquer un syndrome de manque : palpitations, agitation, délire. Un surdosage ponctuel de valériane est généralement sans conséquence.

En raison de son effet sédatif, la valériane peut être responsable d’une baisse de la vigilance et se révéler dangereuse pour les personnes qui conduisent des véhicules ou qui utilisent des machines-outils. La prudence s’impose.

Interactions de la valériane avec d’autres substances

Du fait de son action sédative (calmante), la valériane pourrait augmenter le risque de somnolence de nombreux médicaments : par exemple somnifères, tranquillisants, antidépresseurs, antiépileptiques, neuroleptiques antipsychotiques, antalgiques ou antitussifs dérivés de l’opium, antihistaminiques H1 (contre les allergies), etc. Un avis médical est recommandé. Pour les mêmes raisons, il est préférable d’éviter de consommer des boissons alcoolisées.

La valériane pourrait également interagir avec les médicaments destinés à fluidifier le sang (anticoagulants) et augmenter le risque de saignement. Elle est également déconseillée aux personnes qui prennent des médicaments qui sollicitent fortement le foie : demandez conseil à votre médecin.

Un cas d'intoxication a été observé chez un patient qui avait pris simultanément de la valériane et un antidiarrhéique contenant du lopéramide. Par prudence, il est préférable d'éviter cette association.

Du fait de sa teneur en tanins, la valériane ne doit pas être prise avec les médicaments ou compléments alimentaires destinés à apporter du fer : elle est susceptible de diminuer l’absorption du fer par la paroi intestinale.

Enfin, la valériane peut augmenter les effets des autres plantes sédatives ou les effets toxiques sur le foie de certaines plantes (millepertuis, menthe pouliot, scutellaire, consoude officinale, kava, germandrée petit chêne, etc.).

Valériane, grossesse et allaitement

Même si les études n’ont pas montré de toxicité pour le fœtus, il est préférable de ne pas prendre de valériane pendant la grossesse. Les femmes qui allaitent devraient également s’abstenir d’en prendre, les substances actives de la valériane étant susceptibles de passer dans le lait.

La valériane chez les enfants

Une étude a évalué l’effet de la valériane pour améliorer le sommeil chez des enfants handicapés mentaux (QI < 70), avec des résultats positifs. Néanmoins, son usage chez les enfants de moins de douze ans est déconseillé.

L'avis du spécialiste sur la valériane

L'usage de cures de valériane pour faciliter l'endormissement et améliorer la qualité du sommeil semble reposer sur des bases scientifiques solides. Attention, néanmoins : la durée du traitement ne devrait pas dépasser six semaines. En l'absence d'effet après quatre semaines de traitement, une consultation médicale s'impose.

Sources et références

  • Guide des plantes qui soignent, Vidal, 2010
  • PDR for Herbal Medicines 4th edition, Thomson Healthcare, US 2007
  • European Scientific Cooperative On Phytotherapy Monographs - The Scientific Foundation for Herbal Medicinal Products 2nd edition, ESCOP, UK 2003
  • PDR for Nutritional Supplements, Thomson PDR, US 2001
  • The Complete German Commission E Monographs - Therapeutic Guide to Herbal Medicines, American Botanical Council, US 1998

Actualités

Selon la HAS, les données disponibles ne permettant pas de confirmer l'intérêt des dispositifs médicaux à base d'acide hyaluronique en solution injectable dans la stratégie thérapeutique de l'arthrose du genou (illustration).

Arthrose du genou : le déremboursement d'ARTHRUM (acide hyaluronique) est suspendu

Les solution viscoélastiques à base d'acide hyaluronique sont utilisées en 2e intention dans le traitement symptomatique de la gonarthrose douloureuse (illustration).

Arthrose du genou : OSTENIL (acide hyaluronique) restera remboursable après le 1er juin

Les données disponibles ne permettant pas de confirmer l'intérêt des dispositifs médicaux à base d'acide hyaluronique en solution injectable dans la stratégie thérapeutique de l'arthrose du genou (illustration).

Gonarthrose : déremboursement des solutions viscoélastiques d'acide hyaluronique pour injection intra-articulaire