ERGYNATAL

Mis à jour : Mardi 18 Février 2020

Formes, Présentations

Gélule :

Pot de 60 (ACL 3401599956742).

Composition

Pour 1 gélule : Vitamines : B1 (0,55 mg - 50 % VNR*), B2 (0,7 mg - 50 % VNR*), B3 (8 mg - 50 % VNR*), B5 (3 mg - 50 VNR*), B6 (0,7 mg - 50 % VNR*), B9 (200 μg - 100 % VNR*), B12 (1,25 μg - 50 % VNR*), C (20 mg - 25 % VNR*), D3 (2,5 μg - 50 % VNR*), E (3 mg - 25 % VNR*) ; fer (3,5 mg - 25 % VNR*), iode (37,5 μg - 25 % VNR*), magnésium (56 mg - 15 % VNR*), zinc (3 mg - 30 % VNR*), chrome (5 μg - 12,5 % VNR*), sélénium (5,5 μg - 10 % VNR*).

Excipients : cellulose ; antiagglomérant : acide stéarique. Gélule : gélatine de poisson.

*
Valeurs nutritionnelles de référence.

Propriétés, Allégations

Complément alimentaire riche en zinc qui soutient la fertilité, en vitamine B9 contribuant à la croissance des tissus maternels durant la grossesse, en iode et en vitamine D3. Les vitamines B, C, le fer et le magnésium participent à la réduction de la fatigue.

Sans colorant, sans conservateur.

Conseils d'utilisation

2 gélules par jour au cours du repas avant et pendant la grossesse, et durant l'allaitement.

Précautions d'emploi

Ne se substitue pas à un régime alimentaire varié et équilibré ni à un mode de vie sain.

Ne pas dépasser la dose journalière conseillée.

Renseignements administratifs

Prix conseillé :
16,50 € (60 gélules).

Documents utiles Nutergia

BP 52. 12700 Capdenac

Tél : 05 65 64 71 51. Fax : 05 65 80 80 93

Site web : www.nutergia.fr

Documents utiles Nutergia

Actualités

L’allergie aux protéines de lait de vache est une forme d’allergie alimentaire qui touche surtout les nourrissons et les enfants de moins de trois ans (illustration).

Allergie aux protéines du lait de vache : PEPTICATE SYNEO remplace PEPTICATE

L’allergie aux protéines du lait de vache débute le plus souvent chez le nourrisson âgé de moins d’un an (illustration).

Allergie aux protéines de lait de vache : NEOCATE JUNIOR remplace NEOCATE ACTIVE

Représentation en 3D de bactériophages à l'assaut d'une bactérie (illustration).

La phagothérapie : la renaissance d’un vieux traitement ?