CAUTERETS

STATION THERMALE 65110 Hautes-Pyrénées – Altitude 930 m

Mis à jour : Mardi 18 Février 2020

Caractéristiques des eaux

Eaux sulfurées sodiques, hyperthermales (53 à 60°).

Indications

Rhumatologie :

Arthrose, rhumatismes, lombalgies, sciatalgies, tendinites, syndromes polyalgiques, séquelles de traumatismes ostéoarticulaires.

Voies respiratoires/ORL adultes et enfants :

Rhinites, sinusites, pharyngites et rhinopharyngites, dysphonies, otites, bronchites chroniques, dilatation des bronches, asthme allergique avec signes ORL associés, asthme aggravé par un foyer infectieux ORL.

Techniques de cure

Rhumatologie :

Bains, douches, applications de boue, douche sous immersion en piscine, mobilisation en piscine, massages sous l'eau.

Voies respiratoires et ORL :

Bain nasal, gargarisme, aérosol sonique et manosonique, humage, irrigation nasale, pulvérisation du pharynx, douche pharyngienne, insufflation tubotympanique, lavage de sinus par la méthode de Proëtz, rééducation respiratoire individuelle.

Cures spécifiques :

Fibromyalgie, BPCO, Récréa'Cure (ORL enfants).

Contre-indications

Tuberculose évolutive, cancer, insuffisance respiratoire sévère, hypertension artérielle mal contrôlée, infarctus du myocarde récent.

Renseignements pratiques

Ouverture du 17 février au 07 novembre 2020.

Pavillon de soins ORL spécialisé pour les enfants.

Documentation

Thermes de Cauterets

Av du Dr Domer
.
65110
Cauterets

Tél : 05 62 92 51 60. Fax : 05 62 92 59 03

Actualités

L’allergie aux protéines de lait de vache est une forme d’allergie alimentaire qui touche surtout les nourrissons et les enfants de moins de trois ans (illustration).

Allergie aux protéines du lait de vache : PEPTICATE SYNEO remplace PEPTICATE

L’allergie aux protéines du lait de vache débute le plus souvent chez le nourrisson âgé de moins d’un an (illustration).

Allergie aux protéines de lait de vache : NEOCATE JUNIOR remplace NEOCATE ACTIVE

Représentation en 3D de bactériophages à l'assaut d'une bactérie (illustration).

La phagothérapie : la renaissance d’un vieux traitement ?