Le cœur et les vaisseaux pendant le sport

Mis à jour : Mercredi 22 Juin 2011

Le cœur est une pompe qui, grâce à ses contractions, assure la circulation du sang. Transporté dans les vaisseaux sanguins, le sang approvisionne les organes en oxygène et en nutriments. Il évacue le dioxyde de carbone (gaz carbonique) vers les poumons et les déchets vers les reins. Le sang véhicule également certains messagers chimiques, comme les hormones, qui participent à la régulation du fonctionnement du corps. Le volume du sang est d'environ cinq litres chez l'homme et quatre litres chez la femme.

Le système cardiovasculaire

Au repos, le cœur pompe 7000 litres de sang par jour dont une bonne partie est consacrée à l’irrigation du cœur lui-même : les artères coronaires apportent au muscle du cœur (myocarde) le sang riche en oxygène et en nutriments. Au repos, ce muscle utilise jusqu’à 70 % de l’oxygène transporté par le sang. Lors d’un effort, les besoins du cœur en oxygène augmentent, mais proportionnellement beaucoup moins que ceux des muscles en charge des mouvements.

Les vaisseaux sanguins sont divisés en artères et artérioles (qui amènent le sang aux organes) et en veines et veinules (qui le ramènent vers le cœur). Au sein des organes, les vaisseaux se ramifient en capillaires, tous petits vaisseaux du diamètre d’un cheveu.

illustration du coeur

Le cœur
Le cœur est la pompe qui fait circuler le sang dans le corps.

Comment fonctionnent le cœur et les vaisseaux ?

illustration des poumons La circulation sanguine
Les artères (en rouge) amènent le sang vers les organes ; les veines (en bleu) le ramènent vers le cœur.

Le cœur a la faculté de pouvoir se contracter tout seul, sans intervention du cerveau, car il contient un centre nerveux autonome, le nœud sinusal, qui lui impose un rythme (la fréquence cardiaque). Il subit néanmoins l’influence de facteurs extérieurs qui vont moduler son activité. Le système nerveux peut l’accélérer ou le ralentir en fonction des besoins, par exemple lors d’un effort. Il est également sensible à certaines substances chimiques produites par le corps (adrénaline par exemple) ou ingérées (caféine par exemple).

La fréquence cardiaque au repos se situe habituellement entre 60 et 80 battements par minute. Cette valeur est déterminée par le patrimoine génétique (l’hérédité) et la condition physique : l’entraînement sportif bien mené tend à diminuer la fréquence cardiaque au repos.

Le diamètre des artères, artérioles et capillaires se modifie en fonction des besoins du corps. Par exemple, lorsque les besoins en oxygène d’un organe augmentent, les vaisseaux se dilatent pour permettre une meilleure irrigation sanguine. De même, cette adaptation du diamètre des vaisseaux sanguins permet de limiter l’augmentation de la température du corps : pendant l’effort, les vaisseaux de la peau se dilatent, permettant à la chaleur produite par les muscles de s’évacuer. À l’inverse, par temps froid, ces vaisseaux se contractent pour limiter les pertes de chaleur au niveau de la peau.


Lorsqu'une personne commence un exercice, son système cardiovasculaire s'adapte à court terme (l'effort se traduit par des réactions immédiates) et à long terme (des modifications durables apparaissent progressivement).

L'adaptation du cœur pendant le sport

Chez le sportif, le cœur s'adapte à l'effort et, sur le long terme, à la pratique du sport choisi.

L’adaptation à court terme du cœur pendant l'effort

Avant même le début de l’exercice physique, la fréquence cardiaque peut augmenter légèrement. Cette accélération anticipée est due à la tension nerveuse du sportif. Après le début de l’exercice, la fréquence cardiaque augmente rapidement puis se stabilise au niveau requis par l’exercice. Cette accélération du cœur est provoquée par une stimulation nerveuse et par des hormones comme l’adrénaline, sécrétée par des glandes situées au-dessus des reins (les surrénales).

L’augmentation de la fréquence cardiaque augmente le débit sanguin vers les muscles et, ainsi, permet un approvisionnement suffisant en oxygène et en nutriments. Ce phénomène s’accompagne d’une augmentation de la puissance de chaque contraction cardiaque. Le débit cardiaque peut ainsi être multiplié par un facteur allant de quatre à six, passant de 5 à 22 litres par minute chez une personne peu entraînée.

À la fin de l'exercice, la fréquence cardiaque diminue en deux temps : rapidement (en quelques secondes ou minutes) puis plus lentement (en une ou deux heures) pour revenir à la valeur de repos.

L’adaptation à long terme du cœur avec le sport

Cette adaptation concerne essentiellement les sportifs de bon niveau. Avec la pratique régulière, le muscle cardiaque se développe (la taille du cœur augmente), ses contractions sont plus puissantes et il utilise l’énergie plus efficacement. Ces adaptations ont deux conséquences.

Au repos, la fréquence cardiaque diminue : elle est de 50 à 60 battements par minute, voire même en dessous de 40 battements par minute pour quelques cyclistes ou marathoniens de très haut niveau.

À l'effort, le débit sanguin maximal augmente beaucoup plus que chez une personne de moins bon niveau, permettant des performances très supérieures. À fréquences cardiaques maximales proches, le cœur d'un sportif de haut niveau va pomper beaucoup plus de sang : jusqu'à 36 litres par minute contre 22 litres par minute pour une personne peu entraînée. Ce débit élevé permet un travail musculaire plus intense.

L'adaptation des vaisseaux sanguins pendant le sport

Comme le cœur, les vaisseaux sanguins s'adaptent pour améliorer les performances sportives.

L’adaptation à court terme des vaisseaux sanguins pendant le sport

Dès l’échauffement, les besoins accrus des muscles en oxygène et en nutriments provoquent une dilatation des artérioles et des capillaires qui les irriguent. Pour assurer la redistribution du sang vers les muscles, les vaisseaux des organes au repos (intestin, reins, etc.) se contractent et le débit sanguin dans ces organes peut diminuer de moitié ou plus.

Après quelques minutes, des adaptations se produisent : la peau, qui régule la température du corps par la sudation, voit ses artérioles se dilater. Les artérioles des muscles qui ne participent pas, ou peu, à l’effort se contractent. Tout concourt à optimiser l’oxygénation des parties du corps qui en ont le plus besoin. Le débit sanguin dans le muscle cardiaque est multiplié par quatre, celui des muscles des bras et des jambes par 32.

Le sang a également la capacité de s’adapter à l’effort. Au repos, l’hémoglobine (le pigment rouge du sang) libère seulement un tiers de l’oxygène qu’elle transporte. Lors de l’effort, cette libération d’oxygène est fortement augmentée.

Grâce à l’adaptation du cœur, des vaisseaux et du sang, la quantité d’oxygène disponible pour les muscles pendant l’effort peut atteindre 60 fois sa valeur au repos.

L’adaptation à long terme des vaisseaux sanguins pendant le sport

Avec une activité physique régulière, les muscles s’enrichissent en capillaire s, à la fois parce que les muscles se développent mais aussi parce que de nombreux capillaires jusque-là inutilisés sont mobilisés pour améliorer les capacités d’irrigation sanguine. Les artérioles peuvent également se développer et se ramifier. Le développement du réseau sanguin s’observe également dans les poumons, le cœur et la peau.

Ces nouveaux vaisseaux augmentent le volume total de l’appareil circulatoire. En conséquence, le corps doit compenser ce plus grand volume par une augmentation du volume du sang qui les remplit. Chez le sportif de haut niveau, le volume sanguin peut augmenter d’un à deux litres !

Les bénéfices du sport sur l’appareil cardiovasculaire

Les bénéfices du sport sur le cœur et les vaisseaux ne sont pas réservés aux athlètes. Chez les personnes qui ont une activité physique régulière (au moins 30 minutes par jour, avec une intensité soutenue), le muscle du cœur est plus efficace. L’activité physique régulière favorise également la diminution de la pression artérielle et prévient l’apparition de dépôts de graisses dans les vaisseaux sanguins. Elle permet ainsi de diminuer les risques de mortalité liée aux maladies cardiovasculaires. Ces effets bénéfiques durent tant que l’activité physique est maintenue mais ne persistent pas après son arrêt.

Chez les personnes souffrant d’une maladie coronarienne ou ayant déjà été victimes d’un infarctus du myocarde, l’activité physique, sous contrôle médical strict, fait partie de la convalescence. Une activité d’endurance menée d’une manière douce permet au cœur de se remettre plus rapidement et de compenser en partie la perte d’efficacité due à l’accident cardiaque.


Entraîner son cœur et ses vaisseaux

L’activité physique peut, lorsqu’elle est excessive, entraîner des problèmes cardiovasculaires : fatigue cardiaque, hypertension artérielle, infarctus, etc. Pour éviter ces problèmes de santé, il est important d’effectuer un examen préalable à la pratique du sport et de savoir entraîner son cœur de manière raisonnable.

Dans de nombreux ouvrages et magazines sur le sport, les recommandations en termes d’entraînement du cœur font référence à la notion de fréquence cardiaque maximale (FCmax). Par exemple, il est souvent écrit que la fréquence cardiaque pendant un exercice devrait se situer à 75 % de la FCmax, celle-ci étant égale à la valeur de 220 diminuée de l’âge (soit 180 battements par minute pour une personne de 40 ans).

Calculée ainsi, cette valeur est beaucoup trop théorique. En effet, la FCmax varie considérablement d’un individu à l’autre, selon son âge (elle diminue en vieillissant) mais aussi selon son héritage génétique et sa condition physique du moment. Il est donc incorrect de se fonder sur une valeur calculée pour déterminer l’intensité à laquelle s’entraîner. Seules les personnes ayant récemment subi une épreuve d’effort connaissent leur véritable FCmax.

Ceux qui ne connaissent pas leur FCmax doivent se fonder sur d’autres critères pour déterminer leur intensité optimale d’entraînement. Un bon moyen est de se fier à l’essoufflement : quand l’essoufflement apparaît, c’est le signe que le sportif a atteint son intensité d’effort optimale. Attention, commencer à se sentir essoufflé ne veut pas dire commencer à se sentir mal ! Ce sont les tout premiers signes de manque d’air qui indiquent l’intensité optimale. La fréquence cardiaque est alors bien inférieure à la FCmax.

Lorsque cette intensité est atteinte, il peut être alors intéressant de mesurer sa fréquence cardiaque (par exemple en se prenant le pouls avec le pouce et l’index au niveau des artères carotides, de chaque côté de la pomme d’Adam) et de suivre son évolution après quelques semaines d’entraînement.

L’échauffement du système cardiovasculaire avant le sport

echauffement avant le sport

L’échauffement permet au système cardiovasculaire (et à l’ensemble des organes sollicités par l’activité physique) de monter en rythme tranquillement. Cette mise en route progressive évite d’exercer une sollicitation trop soudaine des organes. Au cours de l’échauffement, la température du corps s’élève, les artérioles et les capillaires se dilatent dans les muscles, la fréquence cardiaque augmente, tout le corps se prépare à l’effort qui va lui être demandé.

Après l’effort, la récupération active (voir ci-dessous) permet au cœur et aux vaisseaux de revenir lentement à leur état de repos et d’éliminer les substances produites pendant l’exercice (l’acide lactique et l’urée, par exemple).

La récupération active après le sport

À la fin de l’entraînement ou de l’épreuve, il est préférable de s’arrêter progressivement.

Pour une meilleure récupération des fonctions vitales sollicitées par l'activité physique (circulation, respiration, locomotion, etc.), il est nécessaire d'effectuer des exercices physiques de faible intensité : c'est la récupération dite active. Elle consiste à faire, après l'entraînement ou l'épreuve, une série d'exercices de type footing, natation, vélo, etc. à un rythme modéré. Par exemple, pour un nageur de 1 500 m qui vient de finir sa course, cette récupération peut consister à parcourir 500 m de plus à une allure tranquille. L'élimination de l'acide lactique se fait ainsi plus rapidement. Idéalement, la récupération active doit être suivie d'exercices d'étirements. Sa durée doit être suffisante pour détendre les muscles et les laver des substances toxiques produites par l'exercice, mais sans excès pour ne pas retarder la reconstitution des réserves en énergie.

Après l’effort, il est nécessaire de reconstituer ses réserves énergétiques et hydriques, et de réparer les fibres musculaires lésées. Prendre des boissons hypo- ou isotoniques contenant des sucres et des minéraux, voire un peu de protéines, dans les deux heures qui suivent est un moyen efficace d’y parvenir. Ensuite, des aliments solides riches en glucides (fruits secs, biscuits, barres de céréales, etc.) peuvent être consommés toutes les demi-heures pendant deux à six heures, tout en continuant à s’hydrater.

Le sommeil est également un facteur fondamental pour récupérer sur le plan physique et psychique. Il ne doit jamais être négligé.