En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

La compétition chez l'enfant

Mis à jour : Lundi 06 Septembre 2010

La compétition, oui ou non ?

Si l’enfant en exprime le désir, la compétition peut apporter des bénéfices :

  • elle a un pouvoir motivant, les enfants se rendant avec plus de plaisir à leurs entraînements pour préparer la compétition ;
  • elle initie au défi et fait prendre conscience de ses limites. Se mesurer à plus fort que soi permet de réaliser que des progrès sont encore possibles. Les tournois permettent de savourer le goût de la victoire et de connaître celui de la défaite.

La compétition dérive parfois vers des aspects plus négatifs : le surentraînement, la surmotivation ou les accidents. Ces derniers sont plus fréquents à l’adolescence lorsque les enfants d’une même tranche d’âge ne sont pas tous au même niveau de développement physique. Les plus petits sont alors plus exposés aux accidents en essayant de se mesurer aux autres.

Le surclassement, qui fait passer un jeune dans une catégorie supérieure (un minime chez les cadets, par exemple), est potentiellement dangereux si l’enfant n’a pas le développement suffisant. Un surclassement ne peut être envisagé que lorsque l’âge physiologique de l’enfant dépasse nettement son âge chronologique et correspond à celui de la classe d’âge qu’il souhaite intégrer.

Le surentraînement lié à la compétition est parfois induit par les parents qui voudraient voir briller leur enfant pour leur propre gratification. Ils se substituent alors à l’entraîneur et font travailler leur enfant au-delà du raisonnable. Le médecin du sport peut aider les parents à se rendre compte des aptitudes réelles de leur enfant pour une discipline donnée.

Le programme de compétition d'un enfant

Si les tournois peuvent représenter une bonne motivation pour les enfants, il faut éviter de trop en faire dans une saison. Pour un jeune enfant, une à deux compétitions exigeantes par saison sont largement suffisantes. Celles-ci doivent être programmées à l’avance au début de l’année. Les entraînements doivent préparer l’enfant à être au mieux de sa forme au moment des compétitions. L’entraînement est alors organisé en intégrant des plages de repos régulières où les exercices sont moins intenses et permettent à l’enfant de récupérer. Il est important pour les parents et les entraîneurs de ne pas dramatiser un échec à une compétition, et de se réjouir avec l’enfant d’un bon résultat.

La compétition de haut niveau chez l'enfant

La compétition de haut niveau est réservée aux vrais passionnés qui ont des aptitudes naturelles pour une discipline. Pour certains sports, le haut niveau arrive assez vite : en gymnastique féminine et en patinage artistique, les championnes ont à peine 15 ans. Il n’y a pas forcément de mal à cela si la jeune gymnaste est motivée et prend du plaisir dans son sport. Dans la majorité des autres disciplines, 6 à 8 ans supplémentaires sont souvent nécessaires avant que le sportif atteigne le niveau physique qui lui permettra de devenir un champion. Il est parfois intéressant de ne pas inscrire un enfant trop tôt pour éviter qu’il ne se lasse avant d’atteindre un bon niveau.

Les sections sports études et autres filières de haut niveau offrent aux jeunes un des meilleurs moyens pour pratiquer un sport de haut niveau en toute sécurité, tout en préservant l’acquisition d’un bagage scolaire. Les sportifs y sont suivis par un encadrement technique et médical. Les futurs athlètes sont repérés par les clubs et les fédérations lors de stages. De bons résultats scolaires sont également nécessaires pour prétendre entrer dans cette filière.

Actualités

La prescription d'une activité physique adaptée, aux patients en ALD, sera possible à partir du 1er mars 2017 (illustration).

Affections de longue durée : prescription d'une "activité physique adaptée" possible à partir de mars...

Lire les étiquettes des aliments en supermarché (© Danilin Vasily/Thinkstock)

Étiquetage des denrées alimentaires : les nouvelles règles européennes sont entrées en vigueur

Le régime méditerranéen enrichi en huile d'olive ou en noix est-il meilleur pour la santé ?

Régime méditerranéen en prévention cardiovasculaire : oui, mais avec de l'huile d'olive et des noix !