Pourquoi pratiquer le basket-ball lorsqu'on est malade ?

Mis à jour : Lundi 18 Septembre 2017

Les personnes qui souffrent d’une maladie chronique, ou d’une maladie grave en rémission, peuvent trouver des bénéfices à pratiquer régulièrement une activité sportive, pour peu que celle-ci soit adaptée à leur condition physique.
Pour celles et ceux qui sont intéressés par ce sport, le basket-ball peut devenir une excellente forme d’activité physique adaptée (APA). En effet, la Fédération française de basket-ball a développé des activités « Basket Santé » destinées aux personnes souffrant de diverses maladies chroniques.

Quels sont les bénéfices du basket-ball pour la santé ?

ordonnance

Chez les personnes en bonne santé, la pratique du basket-ball est un moyen efficace de lutter contre les effets négatifs de la sédentarité et du vieillissement, par exemple contre la diminution de la masse osseuse (ostéoporose).

La pratique régulière du basket-ball santé développe l’endurance cardiorespiratoire, l’équilibre statique et dynamique, la force et la masse musculaire, la coordination motrice, la souplesse, l’adresse et la précision, ainsi que l’orientation dans le temps et l’espace.

Les personnes qui souffrent d’une maladie chronique peuvent tirer parti de ces bénéfices généraux, mais peuvent également en connaître d’autres, selon leur état de santé.

Quels sont les patients qui peuvent bénéficier du basket-ball santé ?

Les personnes qui souffrent de diabète de type 2, de surpoids ou d’obésité peuvent pratiquer le basket-ball dans sa forme adaptée pour équilibrer leur glycémie et contrôler leur poids, ainsi que pour diminuer leurs facteurs de risque cardiovasculaire.

Les personnes qui souffrent de maladies cardiovasculaires stabilisées peuvent diminuer leur risque de complication ou de récidive grâce au basket-ball adapté. Cette pratique peut également contribuer à contrôler la pression artérielle de celles qui souffrent d’hypertension artérielle modérée et améliorer le périmètre de marche de celles qui souffrent d’artérite oblitérante des membres inférieurs (AOMI).

Les personnes qui sont en traitement ou rémission d’un cancer (sein, côlon, prostate, par exemple) peuvent bénéficier du basket-ball adapté pour mieux supporter les traitements, soulager la fatigue et la dépression, améliorer le transit intestinal (côlon), voire diminuer le risque de récidive (cancers du sein et du côlon, en particulier).

Les personnes qui souffrent de troubles ostéo-articulaires (lombalgie, ostéoporose, arthrose) peuvent améliorer leur souplesse ou réduire leur risque de chute (ostéoporose). Celles qui souffrent d’asthme peuvent voir leur tolérance à l’exercice améliorée par la pratique du basket-ball adapté.

Enfin, la Fédération française de basket-ball a développé des protocoles adaptés pour l’accueil de personnes souffrant de maladie d’Alzheimer, de schizophrénie, d’autisme ou de dépression, visant à une amélioration de la connaissance et de la perception du corps, de la communication et du sentiment d’efficacité personnelle.

Dans tous les cas, seules les personnes souffrant d’une maladie chronique modérée ou peu sévère, et contrôlée par des traitements équilibrés, peuvent pratiquer ces activités adaptées.

Comment le basket-ball s'adapte-t-il à l'état de santé des pratiquants ?

L’adaptation de la pratique du basket-ball est réalisée à travers trois niveaux de pratique, en fonction du degré d’autonomie et de mobilité. Des ballons de divers poids et tailles sont utilisés, dont des ballons souples ou en mousse. Les buts, larges, ont une hauteur qui varie de 1,2 à 2,4 mètres. Le terrain est de la taille d’un demi-terrain habituel.

Le jeu se fait souvent avec deux équipes de trois personnes. Il n’y a pas de saut ni de contact, ce qui limite le risque de traumatismes des mains ou du visage. Il est possible de mélanger sur le terrain des personnes en fauteuil roulant et des personnes debout.

La Fédération française de basket-ball a prévu une dizaine de protocoles d’entraînement selon les maladies dont souffrent les participants : diabète de type 2, obésité, AOMI, hypertension artérielle, cancers, maladies ostéo-articulaires, asthme et maladies psychiatriques ou neurologiques. Ces protocoles sont mis en place par des éducateurs sportifs spécifiquement formés.

Existe-t-il des contre-indications à la pratique du basket-ball adapté ?

Dans sa pratique traditionnelle, les risques du basket-ball sont liés essentiellement aux sauts (chevilles, genoux) et aux contacts (coups par le ballon ou les coudes - et traumatismes des doigts). Ils sont réduits pour le Basket Santé par l’adaptation des règles (éviter les sauts et le contact) et du matériel (ballons souples).

La seule contre-indication vraie du Basket Santé est l’existence d’une maladie aiguë ou chronique non stabilisée par les traitements. La pratique du Basket Santé étant très adaptée, il n’y a pas de contre-indication spécifique et aucune maladie n’est exclue à priori.

Quelques maladies pour lesquelles le basket-ball adapté peut apporter un bénéfice

Actualités

La prescription d'une activité physique adaptée, aux patients en ALD, sera possible à partir du 1er mars 2017 (illustration).

Affections de longue durée : prescription d'une "activité physique adaptée" possible à partir de mars...

Lire les étiquettes des aliments en supermarché (© Danilin Vasily/Thinkstock)

Étiquetage des denrées alimentaires : les nouvelles règles européennes sont entrées en vigueur

Le régime méditerranéen enrichi en huile d'olive ou en noix est-il meilleur pour la santé ?

Régime méditerranéen en prévention cardiovasculaire : oui, mais avec de l'huile d'olive et des noix !