En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Prévenir les accidents de karaté, kung-fu et taekwondo

Mis à jour : Lundi 18 Septembre 2017

Le karaté, le kung-fu et le taekwondo peuvent être pratiqués de deux manières. La première en effectuant, seul, les mouvements de combat (les katas du karaté, par exemple). La deuxième par des combats proprement dits. C'est essentiellement lors des combats que les accidents se produisent, notamment au niveau du visage.

Les points vulnérables au karaté, kung-fu et taekwondo

karaté

La peau et les muscles : des coups accidentels peuvent provoquer des hématomes des muscles et des plaies au niveau des lèvres, du nez et parfois des yeux ou des oreilles.

Les os et les articulations des doigts sont les plus touchés par les fractures ou les entorses. Dans le cas du karaté, une pratique assidue pendant de nombreuses années peut provoquer des problèmes d’arthrose de la hanche liés au travail sur une seule jambe. Au taekwondo, les sportifs peuvent souffrir de contusions au niveau des pieds.

Les conseils de prévention au karaté, kung-fu et taekwondo

  • La pratique des arts martiaux passe obligatoirement par un enseignement. Le maître permet à l’élève d’acquérir les gestes adéquats pour respecter son adversaire. C’est aussi lui qui lui enseigne la maîtrise de soi nécessaire pour se concentrer.
  • Les protections sont vivement recommandées pendant l’entraînement et, pour certaines, obligatoires en compétition : protège-dents, gants, coquille, protège-tibias. Au taekwondo, on porte également un casque, un plastron et des protège-avant-bras. Les enfants karatéka doivent porter un casque en compétition.
  • Le karaté et les arts martiaux nécessitent des gestes rapides, violents. Un échauffement et des étirements sont indispensables pour permettre aux muscles et aux articulations de se préparer à l’effort. Pour éviter les problèmes musculaires, ne les négligez pas.
  • Si la compétition s’étale sur de longues heures, prévoyez de vous réhydrater souvent et de vous nourrir suffisamment pour que votre corps ne soit pas en manque d’énergie.
  • Les arts martiaux doivent être pris comme des sports ou des activités de détente, même en compétition. Les dérives violentes doivent être évitées. Le choix de votre club doit aussi être fondé sur ce critère.

Certificat médical pour la pratique de disciplines sportives de combat

Le certificat médical nécessaire à l'obtention d'une licence dans la pratique de disciplines sportives de combat, pratiquées en compétition, pour lesquelles le combat peut prendre fin, notamment ou exclusivement lorsqu'à la suite d'un coup porté, l'un des adversaires se trouve dans un état le rendant incapable de se défendre et pouvant aller jusqu'à l'inconscience, sera délivré après un examen plus complet (actualité du 05/09/2017)

A savoir :

  • une attention particulière doit être portée sur l'examen neurologique et de la santé mentale ;
  • une attention particulière doit également être portée sur l'examen ophtalmologique : acuité visuelle, champ visuel, tonus oculaire et fond d'œil (la mesure du tonus oculaire et le fond d'œil ne sont pas exigés pour le sambo combat, le grappling fight et le karaté contact).

Actualités

La prescription d'une activité physique adaptée, aux patients en ALD, sera possible à partir du 1er mars 2017 (illustration).

Affections de longue durée : prescription d'une "activité physique adaptée" possible à partir de mars...

Lire les étiquettes des aliments en supermarché (© Danilin Vasily/Thinkstock)

Étiquetage des denrées alimentaires : les nouvelles règles européennes sont entrées en vigueur

Le régime méditerranéen enrichi en huile d'olive ou en noix est-il meilleur pour la santé ?

Régime méditerranéen en prévention cardiovasculaire : oui, mais avec de l'huile d'olive et des noix !