En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Substances et procédés interdits dans la pratique sportive

Mis à jour : Mercredi 06 Décembre 2017

Parmi les substances et procédés interdits dans la pratique sportive, on distingue ceux qui sont interdits en compétition (essentiellement des substances dont les effets sur les capacités physiques sont de courte durée) de ceux qui sont interdits pendant et en dehors des compétitions (les substances qui possèdent des effets à long terme comme par exemple l'acquisition d'une musculature plus développée).

Quelle est la réglementation qui définit les produits dopants ?

produits et substances dopantes

En France, la loi du 23 mars 1999 inscrite au Code de la santé publique définit le dopage comme « l’utilisation de substances ou de procédés de nature à modifier artificiellement les capacités d’un sportif. Font également partie du dopage les utilisations de produits ou de procédés destinés à masquer l’emploi de produits dopants. La liste des procédés et des substances dopantes mise à jour chaque année fait l’objet d’un arrêté conjoint des ministres chargés des sports et de la santé. »

La liste des substances dopantes et des procédés de dopage interdits répond au besoin de protection de la santé des sportifs, ainsi qu’au maintien de l’esprit et de l’éthique du sport. La liste des substances et des procédés interdits est maintenant élaborée et proposée par l’Agence mondiale antidopage (AMA), et adoptée par le Comité international olympique (CIO) et par les fédérations sportives internationales. En France, elle est fixée par arrêtés ministériels, publiés au Journal officiel de la République française (JORF).

L’arrêté en vigueur au moment de la rédaction de cet article est celui du 21 février 2017 (JORF du 22 mars 2017).

Il existe également une liste des substances et méthodes dopantes interdites dans le sport publiée par le décret n° 2016-1923 du 19 décembre 2016.

Enfin, l’Agence mondiale antidopage a récemment publié la liste des substances et méthodes dopantes interdites pour 2018 (valide à partir du 1er janvier 2018). Cette liste contient également les substances interdites dans certaines disciplines seulement.

La réglementation évoluant tous les ans, il est important de consulter régulièrement les mises à jour, par exemple sur le site www.santesport.gouv.fr, www.afld.fr ou sur www.wada-ama.org.

Qu'appelle-t-on « procédés de dopage » ?

Les procédés de dopage désignent des techniques (et éventuellement des substances) visant à augmenter artificiellement les performances (amélioration du transfert d’oxygène vers les muscles, dopage génétique) ou à rendre impossible la détection de substances interdites lors de contrôles antidopage (manipulations physiques, chimiques ou pharmacologiques).

L'amélioration du transfert d'oxygène

L’utilisation de sang, de produits dérivés du sang ou de globules rouges (dopage sanguin) est interdite pendant et en dehors des compétitions, sauf dans le cas d’un traitement autorisé.

De même, l’usage de substances pouvant augmenter le transport, la libération ou la consommation d’oxygène, est interdit pendant et en dehors des compétitions.

Les manipulations physiques, chimiques et pharmacologiques

C’est l’usage de substances et de procédés, incluant les agents masquants, qui visent à rendre impossible la recherche de substances interdites lors des contrôles antidopage. Il peut s’agir de substitution ou de modification d’échantillons d’urine ou d’action sur la production d’urine par les reins en utilisant des diurétiques. Ces pratiques sont interdites pendant et en dehors des compétitions.

Le dopage génétique

Le dopage génétique ou cellulaire est défini comme l’usage – à des fins non thérapeutiques – de gènes, d’éléments génétiques ou de cellules qui ont la capacité d’améliorer la performance sportive.

Cette pratique peut sembler relever de la science-fiction. Pourtant, plusieurs laboratoires de recherche sont parvenus, par manipulation génétique visant à augmenter la production de facteurs de croissance musculaire par le corps, à obtenir des rats dont les capacités d’endurance et le développement de la masse musculaire sont très supérieurs à ceux de leurs congénères. Aux États-Unis, plusieurs laboratoires de biogénétique privés ont fait part de leur intention d’appliquer ces techniques à l’espèce humaine. Le dopage génétique est d’ores et déjà interdit pendant et en dehors des compétitions.

Voir la liste des procédés dopants interdits...

Actualités

La prescription d'une activité physique adaptée, aux patients en ALD, sera possible à partir du 1er mars 2017 (illustration).

Affections de longue durée : prescription d'une "activité physique adaptée" possible à partir de mars...

Lire les étiquettes des aliments en supermarché (© Danilin Vasily/Thinkstock)

Étiquetage des denrées alimentaires : les nouvelles règles européennes sont entrées en vigueur

Le régime méditerranéen enrichi en huile d'olive ou en noix est-il meilleur pour la santé ?

Régime méditerranéen en prévention cardiovasculaire : oui, mais avec de l'huile d'olive et des noix !