En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les traitements médicaux chez les sportifs

Mis à jour : Jeudi 26 Août 2010

Que se passe-t-il lorsqu'un sportif doit suivre un traitement contre une maladie aiguë ou chronique et que ce traitement utilise des médicaments interdits ? Selon le nouveau code mondial antidopage, ces personnes peuvent poursuivre leur traitement à condition qu'une autorité médicale indépendante le valide.

Les règles d'usage des médicaments interdits chez les sportifs

médicaments

Pour qu’un traitement avec des substances interdites soit autorisé, certaines conditions doivent être réunies :

  • en l’absence de traitement par cette substance, le sportif subirait un préjudice dommageable pour sa santé et sa carrière sportive ;
  • le traitement ne doit pas provoquer d’amélioration des performances autres de celles obtenues par un retour à un état de santé normal ;
  • il n’existe pas d’alternative autorisée à ce traitement.

Dans ces conditions, un sportif souffrant de diabète insulino-dépendant peut recevoir de l’insuline, une personne asthmatique peut utiliser un bronchodilatateur et des glucocorticoïdes inhalés, un athlète souffrant d’eczéma peut utiliser une crème à base de cortisone, etc.

Pour pouvoir prendre une substance interdite qui lui est prescrite sans enfreindre les règlements antidopage, le sportif doit solliciter une Autorisation d’usage à des fins thérapeutiques (AUT) auprès du Comité d’usage à des fins thérapeutiques de sa Fédération internationale ou du Conseil de prévention et de lutte contre le dopage (CPLD). Cette demande doit être faite au moins 21 jours avant les épreuves susceptibles de comporter des contrôles antidopage.

L'autorisation d'usage à des fins thérapeutiques chez le sportif

Pour solliciter cette autorisation, le sportif et son médecin traitant doivent remplir un formulaire officiel qui existe sous deux formes, l’une abrégée et l’autre standard.

La demande d'autorisation abrégée (AUT abrégée)

Ce formulaire est destiné aux personnes qui souffrent d’asthme ou de problèmes de santé justifiant l’usage de glucocorticoïdes. Il est rempli lors de la prescription de bronchodilatateurs de la famille des bêta-2 agonistes pour traiter ou prévenir l’asthme, ou de glucocorticoïdes à usage local (sous forme de crèmes, de collyres, de pulvérisations nasales, de préparations pour injections articulaires ou locales, ou de préparations destinées à être inhalées).

Dans ce cas, l’absence de réponse de la Fédération ou du CPLD vaut acceptation. L’autorisation est accordée pour un an après la date de prescription par le médecin traitant et doit être renouvelée, le cas échéant, par le sportif.

La demande d'autorisation standard (AUT standard)

Ce formulaire est rempli dans tous les autres cas où une substance interdite est prescrite pour traiter une maladie : diabète, douleurs chroniques, troubles cardiaques, etc. Le formulaire est accompagné d’un dossier médical contenant les antécédents médicaux de l’athlète et les résultats des examens complémentaires qui ont été pratiqués. Au niveau de la Fédération internationale ou du CPLD, ce dossier est soumis à une commission de trois experts indépendants qui évaluent le bien-fondé de la demande.

En cas de réponse positive, le sportif est informé des conditions sous lesquelles sa demande a été acceptée et de la durée de cette autorisation. Il devra la présenter lors de tout contrôle antidopage.

Actualités

La prescription d'une activité physique adaptée, aux patients en ALD, sera possible à partir du 1er mars 2017 (illustration).

Affections de longue durée : prescription d'une "activité physique adaptée" possible à partir de mars...

Lire les étiquettes des aliments en supermarché (© Danilin Vasily/Thinkstock)

Étiquetage des denrées alimentaires : les nouvelles règles européennes sont entrées en vigueur

Le régime méditerranéen enrichi en huile d'olive ou en noix est-il meilleur pour la santé ?

Régime méditerranéen en prévention cardiovasculaire : oui, mais avec de l'huile d'olive et des noix !