En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

En pratique : voyager lorsqu'on est dialysé

Mis à jour : Lundi 19 Mars 2012

Comment préparer ses séances de dialyse en voyage ?

Lorsqu'on souffre d'insuffisance rénale, mieux vaut préparer ses séances de dialyse avant de partir.

Réserver sa place dans un centre de dialyse à l’étranger

dialise en milieu hospitalier

Une fois que vous aurez choisi votre destination, votre néphrologue entrera en contact avec le centre de dialyse le plus proche de votre lieu de séjour. Il constituera un dossier qu’il enverra au centre qui aura répondu favorablement à sa demande de prise en charge. Votre néphrologue vous communiquera la liste de vos rendez-vous avec les coordonnées des centres correspondants. Attention, pendant la saison touristique, les centres de dialyse de certaines destinations très fréquentées peuvent être pris d’assaut et afficher complet plusieurs mois à l’avance. Pour cette raison, il est essentiel de s’y prendre quatre à six mois avant la date de départ.

Demandez à votre médecin de vous préciser la façon dont les coûts seront pris en charge. Aux États-Unis, par exemple, les séances de dialyse doivent souvent être réglées quatre à six semaines à l’avance. Les coûts doivent souvent être pris en charge par les patients : exigez des factures qui vous seront indispensables pour être remboursé à votre retour. Demandez également à votre néphrologue de vous signaler si les centres qu’il a contactés utilisent des techniques différentes de celles auxquelles vous êtes habitué.

Les règles de savoir-vivre du voyageur dialysé
Lorsque vous voyagez, respectez certaines règles pour ne pas perturber le fonctionnement du centre de dialyse qui vous accueille.
  • Appelez le centre deux ou trois jours avant le rendez-vous pour confirmer votre venue.
  • Donnez-leur un numéro de téléphone local où vous appeler en cas de problème.
  • Soyez ponctuel au rendez-vous. Si besoin, demandez-leur de vous conseiller sur la meilleure manière de vous y rendre, avec une idée du temps nécessaire au transport.
  • Respectez le règlement du centre.
  • Si vous avez des préférences quant aux techniques employées (ou des problèmes avec certains gestes techniques), signalez-le à l’avance.

Effectuer ses dialyses péritonéales à l'étranger

  • Si vous avez l’habitude de pratiquer des dialyses péritonéales vous-même, il vous suffira d’emporter votre machine (le « cycleur ») avec vous. Le liquide de dialyse et le matériel nécessaire seront livrés sur votre lieu de séjour sur simple demande à l’entreprise qui vous fournit habituellement ces produits.
  • En avion, emportez votre cycleur dans vos bagages à main. Au moment de la réservation, vérifiez avec la compagnie aérienne que ses dimensions sont compatibles avec celles des coffres à bagage. N’oubliez pas d’emporter, si nécessaire, un adaptateur électrique pour le brancher sur place (et assurez-vous que votre lieu de séjour est équipé de l’électricité !).
  • Une fois le liquide et le matériel commandés à l’entreprise qui vous fournit habituellement, prenez la précaution d’appeler votre lieu de résidence sur place pour les prévenir de l’arrivée de plusieurs cartons volumineux qui devront être entreposés dans un endroit propre, sec et à l’abri de la lumière. Appelez de nouveau deux ou trois jours avant de partir pour vous assurer que les cartons sont bien arrivés.
  • De nombreux aéroports, gares ou lieux touristiques disposent de salles médicalisées où vous pourrez pratiquer votre dialyse péritonéale si nécessaire.

Bon à savoir avant de partir lorsqu'on est dialysé

  • Il vous faudra conserver vos médicaments dans les conditions recommandées par le fabricant. Si le maintien au froid est indispensable, vous devrez emporter une glacière, un sac ou une bouteille isotherme pour vos déplacements.
  • Vous devrez respecter strictement les règles d’hygiène de base, tant alimentaires que générales, tout au long du voyage.
  • Si vous devez restreindre la quantité de liquides bus chaque jour, il vous faudra trouver des moyens de tromper la soif : sucer des glaçons (dans la mesure où ils sont confectionnés en respectant les règles d’hygiène concernant l’eau de boisson) ou des bonbons à la menthe ou au citron, et éviter les aliments salés. Certains centres de dialyse proposent des bâtonnets rafraîchissants.
  • Du fait de leur traitement immunosuppresseur, les personnes transplantées ont un risque trois plus élevé de développer un cancer de la peau. Il vous faudra respecter strictement les règles de protection solaire et prendre grand soin des plaies éventuelles.

Ce que vous devez emporter si vous êtes dialysé

  • Vos médicaments avec leur emballage répartis dans deux bagages, un lot dans votre valise et un autre dans votre bagage à main. Pensez à prendre suffisamment de traitement pour ne pas être à court en cas de prolongation inattendue de votre séjour. Emportez votre cycleur dans votre bagage à main.
  • Une protection solaire de FPS supérieur à 25.
  • Des antiseptiques et des cicatrisants.
  • Les coordonnées des centres de dialyse où vous irez et le calendrier de vos rendez-vous.
  • Les ordonnances de vos médicaments (comportant la DCI) et des certificats médicaux décrivant votre maladie et son traitement, ou encore justifiant le transport de votre matériel. Le cas échéant, demandez à votre médecin de rédiger ces papiers en double, avec une version en anglais.
  • Une copie de votre dossier personnel préparé par votre néphrologue.
  • Les coordonnées des services de néphrologie et des services d’urgence sur place ; demandez à votre médecin s’il dispose d’un correspondant local.
  • Les coordonnées de l’ambassade de France ou des services consulaires.
  • Le numéro téléphonique de l’assistance de l’assurance de rapatriement sanitaire que vous aurez pris soin de contracter avant de partir. Les assurances habituelles ne couvrent pas les personnes souffrant d’insuffisance rénale. Demandez à votre assurance complémentaire santé (mutuelle) ou à votre service de néphrologie de vous indiquer les compagnies qui assurent spécifiquement ces personnes.
  • Au besoin, votre carte européenne d’Assurance maladie.
  • Une glacière, un sac ou une bouteille isotherme pour conserver vos médicaments.

Actualités

La prescription d'une activité physique adaptée, aux patients en ALD, sera possible à partir du 1er mars 2017 (illustration).

Affections de longue durée : prescription d'une "activité physique adaptée" possible à partir de mars...

Lire les étiquettes des aliments en supermarché (© Danilin Vasily/Thinkstock)

Étiquetage des denrées alimentaires : les nouvelles règles européennes sont entrées en vigueur

Le régime méditerranéen enrichi en huile d'olive ou en noix est-il meilleur pour la santé ?

Régime méditerranéen en prévention cardiovasculaire : oui, mais avec de l'huile d'olive et des noix !