Vaccins et prévention du paludisme pendant la grossesse

Mis à jour : Jeudi 04 Juin 2020

Quels vaccins pour les femmes enceintes ?

Chez la femme enceinte, les vaccinations nécessaires au voyage doivent être sérieusement discutées avec le médecin. Les vaccins inactivés sont en principe sans danger pour le fœtus, mais en raison du manque de données cliniques, le médecin devra évaluer le rapport entre le bénéfice escompté et le risque encouru avant de décider d’une vaccination. Seuls les vaccins contre le tétanos et la poliomyélite sont autorisés sans restriction chez les femmes enceintes.

D’une manière générale, les vaccins utilisant des bactéries ou des virus vivants atténués (fièvre jaune, BCG, varicelle, rougeole, oreillons, rubéole) sont contre-indiqués chez les femmes enceintes. Néanmoins, en raison de la gravité de la maladie, une exception peut être faite pour le vaccin contre la fièvre jaune si vous ne pouvez pas différer un voyage dans un pays où existe un risque significatif de contracter cette maladie.

Prévenir le paludisme pendant la grossesse

moustique

Les femmes enceintes doivent, si possible, éviter tout séjour dans une zone à forte transmission de la maladie, en particulier dans les pays où Plasmodium est résistant aux traitements antipaludiques. En effet, le paludisme peut entraîner des complications graves.

Néanmoins, si nécessaire, le médecin pourra prescrire une chimioprophylaxie adaptée à la grossesse. La chloroquine (Nivaquine), le proguanil (Paludrine) et leur association (Savarine) ne doivent pas être prescrites aux femmes enceintes ou allaitantes. La méfloquine (Lariam) et l’association atovaquone + proguanil (Malarone) peuvent être prescrites aux femmes enceintes en cas de séjour inévitable dans les zones où cette association est recommandée. Le suivi des grossesses exposées à l'association atovaquone + proguanil (Malarone) est insuffisant pour exclure formellement tout risque de malformation ou de toxicité pour le fœtus. La doxycycline (Doxypalu, Granudoxy) est contre-indiquée car elle expose l’enfant à naître à un risque de coloration jaune des dents.

Attention, chez la femme qui allaite et qui prend une chimioprophylaxie contre le paludisme, les concentrations de médicaments dans le lait sont insuffisantes pour protéger l'enfant.

Les mesures de protection contre les piqûres de moustiques doivent être impérativement respectées. Attention, certains répulsifs (et surtout certaines concentrations en répulsifs) sont déconseillés aux femmes enceintes. Demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien et lisez attentivement les précautions d’emploi des produits destinés à lutter contre les insectes. Consultez également notre article sur les répulsifs.

Cette protection est également essentielle dans les pays où sévit l'infection à virus Zika, elle aussi transmise par les moustiques (et par voie sexuelle). L'infection par ce virus pendant la grossesse, souvent sans symptômes, peut entraîner des troubles neurologiques graves et permanents chez le nouveau-né dans 12 à 15 % de cas.

Sur place, en cas de fièvre, consultez immédiatement un médecin qui, le cas échéant, pourra vous prescrire un traitement adapté à votre grossesse.

Actualités

VIDAL vous souhaite un très bel été !

Très bel été à tous !

La prescription d'une activité physique adaptée, aux patients en ALD, sera possible à partir du 1er mars 2017 (illustration).

Affections de longue durée : prescription d'une "activité physique adaptée" possible à partir de mars...

Lire les étiquettes des aliments en supermarché (© Danilin Vasily/Thinkstock)

Étiquetage des denrées alimentaires : les nouvelles règles européennes sont entrées en vigueur