En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Conseil santé au voyageur : Afrique de l'Est et îles dont la Réunion

Mis à jour : Mercredi 10 Juillet 2019

Continent : Afrique

Zones du continent : Afrique australe, Afrique équatoriale, Afrique de l’Est et îles de l’océan Indien, Afrique du Nord, Afrique de l’Ouest.

Pays :

  • Comores
  • Djibouti
  • Érythrée
  • Éthiopie
  • Kenya
  • Madagascar
  • Ile Maurice
  • Mayotte
  • Mozambique
  • Réunion
  • Seychelles
  • Somalie
  • Soudan
  • Sud Soudan
  • Tanzanie

Les pays d’Afrique de l’Est connaissent un climat souvent très chaud. Les risques sanitaires sont plus importants sur le continent et à Madagascar que dans les autres îles de l’océan Indien.

Problèmes liés au climat et à la géographie

  • Dans le sud de la région, le climat est principalement tropical, chaud et humide, avec une saison des pluies. Dans le nord de la région, le climat peut être torride et sec, voire désertique. Protégez-vous du soleil et de la chaleur qui peut monter à des températures record à Djibouti et en Érythrée. Veillez à ne pas vous déshydrater et surveillez l’hydratation de vos enfants.
  • Dans le nord de la zone, pendant la saison sèche, des vents de sable soufflent parfois intensément. Ces vents sont chargés de poussière et de sable ; protégez vos yeux et ayez toujours sur vous des dosettes de collyre apaisant pour limiter les conjonctivites d’irritation. Ils peuvent également provoquer des conjonctivites infectieuses. Ne vous frottez pas les yeux sans vous être au préalable lavé les mains. En cas de vent de sable, évitez de porter des lentilles.
  • Si vous passez des heures à admirer les fonds marins avec un masque et un tuba, pensez à vous enduire le dos de protection solaire toutes les deux heures ou nagez avec un T-shirt.
  • Dans les zones montagneuses, le climat est plus tempéré et plus frais, mais prenez garde au mal aigu des montagnes. Addis-Abeba est située à plus de 2 300 m d’altitude.
  • De novembre à avril, des cyclones dévastateurs et meurtriers frappent régulièrement les îles et les côtes du sud de la région.
  • Les fortes précipitations entraînent souvent des crues soudaines, des inondations et des coulées de boues.
  • En Grande Comore, le massif volcanique du Karthala est toujours en activité.
  • L’Érythrée, l’ Éthiopie, la Tanzanie et Djibouti sont situées dans une zone sujette aux séismes.

Problèmes liés aux transports

Transports routiers

La conduite peut être dangereuse : routes en mauvais état, véhicules vétustes, conducteurs parfois indisciplinés, mauvaise signalisation, banditisme armé, etc. Évitez de rouler la nuit. D'après l’OMS, l’Éthiopie serait le pays le plus touché au monde par les accidents mortels de la circulation. Les routes de l’île de la Réunion sont plus sûres, mais souvent embouteillées et la conduite en état d’ivresse n’y est pas rare. En période de pluies (saison des cyclones), la route du littoral est dangereuse (chutes de pierres et éboulements).
Attention, on conduit à gauche sur l’île Maurice, au Kenya, au Mozambique, aux Seychelles, dans l’état indépendant du Somaliland (nord de la Somalie) et en Tanzanie. Préférez une voiture avec chauffeur.

Transports maritimes

Des pirates sont présents dans les eaux des Comores, de Djibouti (sud de la mer Rouge, golfe d’Aden, au large de la Corne d’Afrique) et de la Somalie et des Seychelles. La sécurité des moyens de transport maritime n’est pas toujours assurée. A Madagascar, la navigation de plaisance est fortement déconseillée la nuit.

Transports aériens

Au Soudan et en Tanzanie, les compagnies privées ne sont pas sûres ; plusieurs accidents ont eu lieu. Dans toute la zone, assurez-vous que votre compagnie aérienne ne figure pas sur la liste noire des compagnies aériennes déconseillées par les autorités européennes.

Maladies transmises par l’eau ou les aliments

Diarrhée du voyageur

La diarrhée du voyageur est fréquente dans la région, surtout sur le continent et à Madagascar. Respectez les règles d’hygiène alimentaire. L’eau du robinet est parfois potable dans les grandes villes et les hôtels de luxe. Elle ne l’est quasiment jamais dans les petites villes et les zones rurales. Elle peut néanmoins être utilisée pour se brosser les dents. Préférez l’eau en bouteille capsulée.
Les parasitoses intestinales sont également répandues dans toute la zone, sauf à la Réunion et aux Seychelles.

Hépatite A et fièvre typhoïde

Le risque d’hépatite A et de fièvre typhoïde existe partout. Pensez à vous faire vacciner quelles que soient les conditions de voyage (pour l’hépatite A et en cas de séjour prolongé ou dans de mauvaises conditions (pour la typhoïde).

Leptospirose et bilharziose

La leptospirose est présente sur l’île Maurice, aux Seychelles et à la Réunion. Des foyers de bilharziose sont signalés sur le continent et à Madagascar. Évitez de vous baigner en eau douce sauf avis favorable recueilli sur place.

Larva migrans

Des cas de larva migrans cutanée sont régulièrement signalés sur les plages. Évitez de marcher pieds nus et de vous allonger à même le sable.

Choléra

Le choléra est présent quasiment partout (l’île Maurice, la Réunion et les Seychelles sont épargnées), mais le risque reste très faible pour un voyageur à condition de prendre les précautions d’hygiène indispensables.

Brucellose

La brucellose est fréquente dans les régions d’élevage en Érythrée, en Éthiopie, à Djibouti et au Soudan. Évitez de consommer des produits laitiers non pasteurisés.

Ciguatera

Il existe un risque de ciguatera dans l’océan Indien. Certains poissons ne doivent pas être consommés, en particulier ceux de grande taille (requins, barracudas, etc.), sans l’avis d’un pêcheur local.

Prévention du paludisme en Afrique de l’Est et îles de l’océan Indien

moustique

Dans ces pays, Plasmodium falciparum est présent dans plusieurs pays de la zone, parfois de manière saisonnière. Il est résistant aux médicaments contre le paludisme les plus anciens. Le risque est faible à Mayotte. Il n’y a pas de paludisme dans les îles Seychelles, Maurice et de la Réunion.

La décision de prescrire, ou non, un traitement préventif du paludisme sera prise par votre médecin traitant en fonction de divers paramètres : la zone visitée et son altitude, la saison du voyage, la durée du séjour, l’hébergement (urbain ou rural), votre état de santé (votre risque de développer un paludisme grave, par exemple si vous êtes enceinte, si vous avez subi une ablation de la rate, si vous séropositif pour le VIH, si vous êtes âgé, par exemple), etc.

En complément des mesures de prévention contre les insectes, les antipaludiques recommandés sont Malarone et ses génériques (Atovaquone + Proguanil) ou Doxy/Doxypalu/Granudoxy (Doxycycline) ou Lariam (Méfloquine) dans les pays suivants :

  • Comores (excepté Mayotte) : toute l’année ;
  • Djibouti : toute l’année ;
  • Érythrée : toute l’année, hormis séjour au-dessus de 2200 m et à Asmara ;
  • Éthiopie : toute l’année, hormis séjour au-dessus de 2000 m et à Addis-Abeba ;
  • Kenya : toute l’année dans tout le pays. Risque faible à Nairobi et sur les hauts plateaux au-dessus de 2500 m des provinces suivantes : Centrale, Nyanza, Occidentale, Orientale et Vallée du Rift ;
  • Madagascar : toute l’année, risque plus élevé dans les zones côtières ;
  • Mozambique : toute l’année ;
  • Somalie : toute l’année dans tout le pays. Risque élevé dans le centre et le sud (vallées des rivières Shebelli et Juba) surtout pendant la saison des pluies de juin à décembre, risque faible pendant la saison des pluies dans le nord ;
  • Soudan : toute l’année dans tous le pays. Risque élevé dans le centre et le sud, risque faible sur la côte de la Mer rouge et pendant la saison des pluies dans le nord ;
  • Sud Soudan : toute l’année dans tout le pays ;
  • Tanzanie : toute l’année dans tout le pays, y compris Zanzibar, sauf séjour au-dessus de 1800 m.

Maladies transmises par des insectes (hors paludisme)

Fièvre jaune

Plusieurs pays de la zone sont des foyers de fièvre jaune : Soudan, Éthiopie, Somalie, Kenya, Mozambique, etc. Le fait que le vaccin ne soit pas obligatoire dans un pays n’indique pas que ce pays soit indemne de fièvre jaune. Si la vaccination contre la fièvre jaune n'est obligatoire qu'au Sud Soudan, elle est recommandée pour toute la partie continentale de la zone, et fortement recommandée au Kenya, au Soudan et en Tanzanie.
Si vous faites un circuit dans plusieurs pays de la zone, la vaccination contre la fièvre jaune sera exigée si vous venez d'un pays à risque de transmission. En conséquence, dans ce cas, il est préférable de se faire vacciner (hormis les Seychelles). Munissez-vous de votre certificat de vaccination antiamarile.

Dengue et chikungunya

La dengue est présente partout, et les cas se multiplient dans de nombreux pays. Les îles de l’océan Indien connaissent une forte épidémie de chikungunya.

Autres maladies transmises par les moustiques

Localement, les moustiques peuvent transmettre d’autres maladies comme les filarioses lymphatiques (Tanzanie principalement). Le risque est très faible pour les voyageurs de passage. Adoptez les mesures générales pour vous protéger des piqûres de moustique.

Autres maladies transmises par des insectes

D’autres infections, plus rares, peuvent être transmises par les insectes :

Le risque est globalement faible pour le voyageur de passage.

Maladies transmises par d’autres animaux

Rage

La rage existe sur le continent et à Madagascar. Évitez tout contact avec les animaux errants. La vaccination contre la rage est recommandée pour tous les pays de la zone, en cas de séjour prolongé en zone rurale ou de séjour aventureux (hormis l'île Maurice et les Seychelles).

Fièvres hémorragiques virales

Quelques cas de fièvre hémorragique virale ont été rapportés au Kenya.

Grippe aviaire

Des cas de grippe aviaire ont été signalés dans plusieurs pays de la zone. Évitez de vous rendre sur les marchés de volailles et dans les élevages (ou restez à plus de deux mètres des animaux et des carcasses). Ne manipulez pas les oiseaux morts.

Peste

Des cas isolés de peste ont été signalés dans les régions de hautes terres à Madagascar. Évitez les contacts avec les rongeurs.

Autres maladies infectieuses

Rappel important : pour voyager en bonne santé, mieux vaut être à jour de toutes ses vaccinations usuelles : diphtérie, tétanos, poliomyélite (DTP), coqueluche, rougeole, hépatite B et, si vous êtes à risque de complications, grippe saisonnière.
La vaccination contre la rougeole est devenue particulièrement importante ces dernières années avec la recrudescence de cette maladie à travers la planète.

Tuberculose

La tuberculose est présente dans tout le continent africain, parfois sous forme de tuberculose très résistante aux traitements. En cas de séjours fréquents ou supérieurs à un mois, il est recommandé que les enfants soient vaccinés par le BCG.

IST

Toute la région est très touchée par le VIH/Sida. Utilisez systématiquement des préservatifs lors de rapports sexuels. L’hépatite B est très répandue. Si vous n’êtes pas immunisé (vaccin ou contact avec le virus), pensez à vous faire vacciner.

Méningites à méningocoques

Des épidémies de méningite à méningocoques sévissent régulièrement dans la zone soudano-sahélienne (nord de la zone), surtout pendant la saison sèche. Lors de séjours prolongés en contact avec la population locale (hormis l'île Maurice et les Seychelles), notamment avec les enfants, il est préférable de se faire vacciner. Les vaccins contenant la souche W135 sont recommandés dans certains pays de la région. Renseignez-vous auprès des centres de vaccinations internationales.

Piqûres et morsures

  • La région abrite de nombreux animaux venimeux terrestres : serpents, scorpions, araignées, scolopendres. Il y a des sangsues dans les forêts humides de Madagascar, mais elles ne présentent pas de risque au-delà du côté déplaisant de la chose.
  • Méfiez-vous des animaux sauvages dans les parcs nationaux. On déplore des accidents chaque année.
  • Les côtes de l’océan Indien hébergent requins, poissons-pierre, raies, coraux, murènes, etc. Renseignez-vous auprès des autochtones avant de vous baigner ou de pratiquer un sport nautique. Dans les lagons, mieux vaut se baigner avec des sandalettes en plastique pour prévenir la piqûre d’un poisson-pierre.

Problèmes liés aux situations politiques et sociales

Avant de partir, n’oubliez pas de consulter les recommandations aux voyageurs du Ministère des Affaires étrangères. Ce site liste les risques propres à chaque pays, selon les régions et la situation politique et sociale du moment. Une carte détaillée indique les zones formellement déconseillées, celles déconseillées sauf raison impérative et celles où la vigilance doit être renforcée. Il contient aussi des informations essentielles sur les risques sanitaires locaux. Respectez leurs mises en garde.

Restez vigilant

  • Soyez très prudent lors de vos baignades, la mer est souvent dangereuse (vagues hautes et puissantes, courants forts).
  • Des champs minés existent dans de nombreuses régions, en particulier dans le nord de la zone. Ne vous écartez jamais des routes et des pistes.
À garder à l’esprit
note
  • Protégez-vous de la chaleur et du soleil, souvent très intenses. Pensez à boire suffisamment.
  • Des risques alimentaires existent, sauf à la Réunion et aux Seychelles. Respectez les règles élémentaires d’hygiène.
  • Faites-vous vacciner contre la fièvre jaune pour les séjours dans les pays du continent, même si cela n’est pas obligatoire. Le traitement préventif contre le paludisme ne dispense pas de se protéger des piqûres d’insectes.
  • Soyez très prudent lors de vos baignades en mer. Évitez de vous baigner seul.
  • Plusieurs pays de la zone sont déconseillés aux voyageurs du fait des conflits qui s’y déroulent.
  • Utilisez systématiquement des préservatifs pour vos relations sexuelles.
  • Restez vigilant vis-à-vis de la délinquance et de la criminalité.

Les informations médicales sont en constante évolution. Ces informations ne prétendent pas se substituer à un avis médical. Suivez toujours les recommandations de votre médecin traitant ou de votre pharmacien.

Sources et références

Actualités

La prescription d'une activité physique adaptée, aux patients en ALD, sera possible à partir du 1er mars 2017 (illustration).

Affections de longue durée : prescription d'une "activité physique adaptée" possible à partir de mars...

Lire les étiquettes des aliments en supermarché (© Danilin Vasily/Thinkstock)

Étiquetage des denrées alimentaires : les nouvelles règles européennes sont entrées en vigueur

Le régime méditerranéen enrichi en huile d'olive ou en noix est-il meilleur pour la santé ?

Régime méditerranéen en prévention cardiovasculaire : oui, mais avec de l'huile d'olive et des noix !