En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Conseil santé au voyageur : Asie du Sud-Est dont Thaïlande

Mis à jour : Lundi 17 Juillet 2017

Continent : Asie

Zones du continent : Asie du Sud-Est, Sous-continent indien, Proche-Orient et Moyen-Orient, Extrême-Orient.

Pays :

  • Brunei
  • Cambodge
  • Indonésie
  • Laos
  • Malaisie
  • Myanmar (ex-Birmanie )
  • Philippines
  • Singapour
  • Thaïlande
  • Timor oriental
  • Viêtnam

La chaleur et l’humidité ambiante affectent les conditions sanitaires des pays d’Asie du Sud-Est. Les risques alimentaires sont omniprésents. Le risque de dengue est élevé, de même que celui des infections sexuellement transmissibles. Adoptez les mesures de protection requises pour profiter de votre voyage.

Vaccins recommandés en Asie du Sud-Est

seringue
  • Vaccins usuels : tétanos, poliomyélite (DTP), coqueluche, rougeole.
  • Grippe saisonnière : en cas de voyage en groupe.
  • Hépatite B : en cas de séjours fréquents ou prolongés.
  • Hépatite A : quelles que soient les modalités de voyage si l'hygiène est précaire.
  • Fièvre typhoïde : en cas de séjour prolongé ou dans de mauvaises conditions.
  • Rage : en cas de séjour prolongé en zone rurale ou de séjour aventureux dans tous les pays de la zone, hormis Singapour.
  • Encéphalite japonaise : cas d’exposition importante en milieu extérieur, dans tous les pays de la zone.
  • Fièvre jaune : certains pays peuvent exiger la vaccination pour les voyageurs en provenance d’un pays à risque de transmission (zone tropicale ou intertropicale d’Afrique ou d’Amérique du Sud).

Problèmes liés au climat et à la géographie

  • Le climat du Sud-Est asiatique peut-être très chaud et très humide selon la saison. Protégez-vous du soleil et de la chaleur, parfois pénible à supporter. Si vous passez des heures à admirer les fonds marins avec un masque et un tuba, pensez à vous enduire le dos de protection solaire toutes les deux heures ou à nager avec un T-shirt. Buvez suffisamment.
  • Protégez-vous du froid en hiver dans les régions montagneuses (Thaïlande, Indonésie, Malaisie). Prenez garde au mal aigu des montagnes (nord du Myanmar).
  • Pendant la mousson, les pluies diluviennes sont souvent responsables de crues soudaines, d’inondations, de glissements de terrain et de coulées de boue.
  • La région est régulièrement frappée par des orages et des typhons pendant la mousson. Tenez-vous informé des prévisions météo.
  • L’Asie du Sud-Est connaît une forte activité sismique, avec un risque important de raz-de-marée. Certains volcans sont en activité, notamment en Indonésie (Mont Sinabung) et aux Philippines, avec un risque élevé d’éruption.

Problèmes liés aux transports

Transports routiers

La conduite peut être dangereuse dans toute la région : état des routes parfois médiocre, intempéries, densité de la circulation, véhicules vétustes, conducteurs parfois indisciplinés, banditisme routier, etc. Évitez de conduire la nuit et préférez les voitures avec chauffeur.
Au Myanmar, il est interdit aux touristes de conduire et les permis de conduire étrangers ne sont pas reconnus. Un permis de conduire international est nécessaire en Indonésie, au Timor Oriental, en Thaïlande et au Viêtnam.
Attention, on conduit à gauche au Brunei, en Indonésie, en Malaisie, à Singapour et en Thaïlande.

Transports maritimes

La navigation de plaisance est déconseillée dans toute la région en raison des risques de piraterie maritime. De même, il est déconseillé d’utiliser les bateaux fluviaux qui ne répondent pas aux normes de sécurité, notamment au Cambodge.

Transports aériens

Il n’est pas certain que les conditions de sécurité soient pleinement assurées pour les vols intérieurs en Indonésie, au Myanmar et aux Philippines. Des accidents ont déjà eu lieu. Dans toute la zone, assurez-vous que votre compagnie aérienne ne figure pas sur la liste noire des compagnies déconseillées par les autorités européennes.

Maladies transmises par l’eau ou les aliments

  • La diarrhée du voyageur, la typhoïde, les hépatites A et E, les intoxications alimentaires et les parasitoses intestinales sont fréquentes, en particulier pendant la saison des pluies. Respectez les règles d’hygiène alimentaire et corporelle. Il est déconseillé de boire l’eau du robinet, sauf dans certaines grandes villes.
  • La leptospirose est présente un peu partout, notamment au Laos. Évitez de vous baigner en eau douce sauf avis local autorisé.
  • Certains poissons et crustacés (limule) peuvent provoquer des intoxications alimentaires graves. Renseignez-vous auprès des autochtones.
  • Lorsqu’ils sont crus ou insuffisamment cuits, les poissons, les crustacés et les végétaux d’eau douce (lotus, châtaignes et hyacinthes d’eau, cresson, etc.) peuvent transmettre la douve du foie. De façon générale, il est recommandé de veiller à la qualité des aliments, à leur niveau de cuisson et d’éviter les aliments crus.
  • Des cas de larva migrans cutanée sont possibles, surtout sur les plages. Évitez de marcher pieds nus et de vous allonger directement sur le sable.
  • Une variante apparemment bénigne du virus Ebola a été identifiée aux Philippines chez des singes et porcs. Veillez à ce que la viande de porc ait été bien cuite.

Maladies transmises par des insectes (hors paludisme)

  • Des épidémies de dengue sont régulièrement signalées dans toute la zone. Le chikungunya  et le virus Zika sont également présents dans plusieurs pays de la zone. Appliquez les mesures de protection contre les piqûres de moustique.
  • L’encéphalite japonaise est également caractéristique de toute la région, sauf Singapour. Discutez d’une éventuelle vaccination avec votre médecin si vous effectuez un séjour dans des conditions à risque (camping, nuit à la belle étoile, randonnée) en zone rurale où l’irrigation par inondation est pratiquée.
  • Des rickettsioses peuvent être transmises par les tiques en Thaïlande. Un examen minutieux de la peau après des randonnées en forêt permet de limiter les risques.

Prévention du paludisme en Asie du Sud-Est

moustique

Le risque de paludisme est globalement faible, même si le niveau de résistance au traitement est parfois élevé.

Pour les séjours touristiques courts classiques, avec nuits passées en ville (où le risque est nul à très faible), il est raisonnable de s’abstenir de chimioprophylaxie sous réserve de bien se protéger contre les moustiques et, en cas de fièvre au retour, de signaler au médecin le séjour tropical. En effet, dans ces conditions de voyage, on estime que le risque d’effets indésirables liés aux antipaludiques est supérieur au risque de paludisme.

Dans les cas où le risque est plus élevé (séjour prolongé, nuits en zone rurale, zones d’exposition particulières, etc.), la chimioprophylaxie est la suivante (toujours en complément des mesures de prévention des piqûres) : Malarone et ses génériques (Atovaquone + Proguanil), Doxy/Doxypalu/Granudoxy (Doxycycline), Lariam (Méfloquine).

Les zones à risque nécessitant une chimioprophylaxie sont les suivantes :

  • Cambodge (sauf dans l’ouest du pays).
  • Indonésie : toutes les zones des cinq provinces orientales (Papouasie, Papouasie occidentale, Moluques, Moluques du nord et Nusa Tenggara oriental) et les zones rurales de : Kalimantan (partie indonésienne de l’île de Bornéo), Sulawesi, Sumatra, Lombok.
  • Laos (sauf Vientiane).
  • Malaisie : zones rurales de l’arrière-pays forestier, notamment au Sarawak et au Sabah à Bornéo et dans les parties centrales de la Malaisie péninsulaire.
  • Myanmar : zones rurales reculées des régions de collines boisées et les zones côtières de l’état de Rahkine.
  • Philippines : si soirées ou nuitées en zones rurales dans les régions au-dessous de 600 m des îles Basilu, Luzon, Mindanao, Mindoro, Palawan, Sulu (Jolo) et Tawi-Tawi.
  • Thaïlande : zones rurales à proximité des frontières du Myanmar, du Cambodge et du Laos.
  • Timor Leste.
  • Viêtnam : hauts plateaux au-dessous de 1500 m au sud du 18ème degré de latitude Nord, notamment dans les provinces de Dak Lak, Dak Nong, Gia Lai et Kon Tum, province de Binh Phuoc et parties occidentales des provinces côtières de Quang Tri, Quang Nam, Ninh Thuan et Khanh Hoa.
    Il n’est pas nécessaire de prendre de chimioprophylaxie dans les zones suivantes :
  • Brunei et Singapour.
  • Cambodge : à Phnom-Penh, aux alentours du lac Tonle Sap et dans la zone touristique d'Angkor Vat en journée.
  • Indonésie : à Jakarta et dans les autres grandes villes et principales stations touristiques (Bali).
  • Malaisie : dans les zones urbaines, subsurbaines ou côtières.
  • Myanmar : dans les villes et les zones urbaines.
  • aux Philippines : dans les zones urbaines, les plaines et les provinces d’Aklan, Albay, Benguet, Bilaran, Bohol, Camiguin, Capiz, Catanduanes, Cavite, Cebu, Guimaras, Iloilo, Leytenord, Leyte Sud, Marinduque, Masbate, Samar Est, Samar Nord, Samar Ouest, Siquijor, Sorsogon, Surigao del Norte et à Manille.
  • Thaïlande : dans les villes (en particulier Bangkok, Chiang Mai et Pattaya), centres urbains et sur les îles de Phuket et de Ko Samui.
  • Viêtnam : dans les villes, les deltas du fleuve Rouge et du Mékong et les plaines côtières du centre du pays.

Maladies transmises par d’autres animaux

  • La rage, transmise par des morsures d’animaux, (chien, singe), reste assez fréquente en Asie du Sud-Est. Un cas mortel a été recensé au Cambodge en 2015.
  • L’Asie du Sud-Est est touchée par la grippe aviaire (H5N1). L’infection a fait plusieurs victimes humaines. Évitez de vous rendre sur les marchés de volailles ou dans les élevages (ou restez à plus de deux mètres des animaux ou des carcasses). Ne manipulez pas les oiseaux morts.
  • La Malaisie connaît régulièrement des épidémies d’encéphalite dues au virus Nipah, proche du virus Hendra. Évitez tout contact avec les porcs, morts ou vivants.
  • Des cas de fièvre aphteuse sont régulièrement rapportés en Malaisie (Sabah et Sarawak).

Autres maladies infectieuses

  • La rougeole est encore présente dans certains pays. En 2014, un nombre élevé de cas de rougeole a été signalé au Vietnam et aux Philippines. Les adultes et les enfants non immunisés (vaccin ou maladie) doivent se faire vacciner.
  • La tuberculose est particulièrement répandue en Malaisie. En cas de séjours fréquents ou supérieurs à un mois, il est recommandé que les enfants soient vaccinés par le BCG.
  • Des syndromes pied-mains-bouche sont régulièrement signalés en Asie du Sud-Est. Ils touchent généralement les enfants. Le lavage des mains régulier permet de limiter les risques.
  • Un cas d’infection par le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) a été observé en Thaïlande.
  • Le risque d’infection par le VIH/Sida et les IST est important. Utilisez systématiquement des préservatifs lors de rapports sexuels. La fiabilité des préservatifs n’est pas forcément garantie : mieux vaut en emporter avec soi. L’hépatite B est très fréquente dans les pays de la zone. Si vous n’êtes pas immunisé (vaccin ou contact avec le virus), pensez à vous faire vacciner.
  • Le matériel médical à usage unique n’est pas toujours correctement utilisé dans de nombreux pays, sauf dans les grands centres de soins. Préférez si possible les traitements par voie orale ou assurez-vous que les emballages stériles sont ouverts devant vous.

Piqûres et morsures

  • Les animaux venimeux sont nombreux parmi la faune de la région : serpents (crotales, cobras, vipères, en particulier au Myanmar), scorpions, araignées, scolopendres, etc.
  • Prenez garde également en mer : poissons corail, poissons-pierre, serpents de mer, méduses, oursins, coraux, etc. Les requins sont peu nombreux, mais des attaques ont été recensées au Vietnam.
  • Lors de randonnées en forêts humides, vous pourrez attraper des sangsues (notamment dans la réserve du Taman Negara en Malaisie, ou à Bali). En dehors du caractère désagréable de la chose, il n’y a pas de danger particulier. Mieux vaut inspecter régulièrement ses chevilles pour les retirer avant qu’elles soient gorgées de sang.

Restez vigilant

  • Des mines antipersonnel et antichar sont présentes au Cambodge et au Laos (surtout dans les zones frontalières avec le Viêtnam). Restez sur les routes et les chemins balisés. Adressez-vous à une agence de tourisme pour visiter les sites touristiques.
  • Au Brunei, en Indonésie, en Malaisie, à Singapour et dans les pays limitrophes, les incendies de forêts sont récurrents. Les fumées polluantes ou « haze » peuvent gêner les personnes souffrant de troubles respiratoires (asthme, bronchite chronique, etc.).
  • Soyez extrêmement prudent si vous vous baignez sur les côtes du Myanmar à cause de la force des courants. Les secours et la surveillance sont inexistants sur les plages.
  • Aux Philippines, ne vous laissez pas tenter par le « shabu », une drogue chimique locale très toxique.

Problèmes liés aux situations politiques et sociales

  • Les infrastructures médicales sont souvent médiocres au Laos, au Myanmar et aux Philippines. Contractez une assurance voyage avant de partir, avec rapatriement sanitaire et couverture de vos frais médicaux sur place.
  • Avant de partir en Thaïlande ou au Vietnam avec un traitement médical, renseignez-vous auprès des ambassades sur les médicaments que vous pouvez emporter et munissez-vous systématiquement de votre ordonnance (rédigée en anglais).
  • Des actes de violence à l’encontre des touristes se produisent régulièrement au Laos, au Cambodge, en Indonésie (Papouasie), en Malaisie et aux Philippines. Il est recommandé d’éviter les lieux très fréquentés (cinémas, centres commerciaux, marchés, gares, etc.) et de faire preuve d’une grande prudence. La délinquance est élevée en Thaïlande.
  • Le risque terroriste est important en Asie du Sud-Est : les voyages sont formellement déconseillés dans plusieurs régions d’Indonésie, de la Malaisie, du Myanmar, des Philippines et de Thaïlande, en raison de l’instabilité politique voire communautaire dans ces régions ou de la criminalité qui y règne (banditisme, prise d’otages, etc.). Des attaques terroristes ont eu lieu à Jakarta début 2016. Tenez-vous informé de l’actualité de ces pays avant de partir. Consultez le ministère des Affaires étrangères.
  • L’ambassade de France a des moyens limités d’intervention à Brunei en cas de crise.
  • L’Indonésie, Brunei et la Malaisie sont des pays majoritairement musulmans. Respectez les règles de l’islam : portez des vêtements décents (en particulier les femmes), évitez de manger, de boire ou de fumer en public pendant la journée en période de ramadan, abstenez-vous de manifestations publiques d’affection, etc.
  • Il est interdit de photographier les installations liées à la sécurité dans la plupart des pays de la zone (bases militaires, ponts, bâtiments officiels, etc.).
À garder à l’esprit
note
  • Évitez de conduire, en particulier la nuit. Évitez également la navigation de plaisance.
  • Évitez la région pendant la mousson. Consultez les conditions météorologiques avant et pendant votre séjour.
  • Respectez les règles d’hygiène alimentaire et corporelle. Dans les zones rurales, ne buvez pas l’eau du robinet si elle n’a pas été traitée au préalable.
  • Protégez-vous des piqûres de moustiques, notamment en zone rurale et pendant la saison des pluies. Prenez scrupuleusement le traitement antipaludique préventif qui vous a été prescrit.
  • Évitez les contacts avec les porcs, les volailles et les animaux sauvages, morts ou vivants.
  • Utilisez systématiquement des préservatifs lors de vos rapports sexuels.

Les informations médicales sont en constante évolution. Ces informations ne prétendent pas se substituer à un avis médical. Suivez toujours les recommandations de votre médecin traitant ou de votre pharmacien.

Sources et références

Actualités

La prescription d'une activité physique adaptée, aux patients en ALD, sera possible à partir du 1er mars 2017 (illustration).

Affections de longue durée : prescription d'une "activité physique adaptée" possible à partir de mars...

Lire les étiquettes des aliments en supermarché (© Danilin Vasily/Thinkstock)

Étiquetage des denrées alimentaires : les nouvelles règles européennes sont entrées en vigueur

Le régime méditerranéen enrichi en huile d'olive ou en noix est-il meilleur pour la santé ?

Régime méditerranéen en prévention cardiovasculaire : oui, mais avec de l'huile d'olive et des noix !