En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Conseil santé au voyageur : Australie et Nouvelle-Zélande

Mis à jour : Lundi 17 Juillet 2017

Continent : Océanie

Zones du continent : Australie et Nouvelle-Zélande, Mélanésie, Micronésie, Polynésie.

Pays :

  • Australie
  • Nouvelle-Zélande

En Australie et en Nouvelle-Zélande, les risques infectieux sont similaires à ceux de l’Europe de l’Ouest. La région n’a pas connu d’épidémies tropicales mortelles depuis plusieurs décennies. Les dangers sont surtout liés à la baignade, à la plongée, à l’ensoleillement et à la chaleur.

Vaccins recommandés en Australie et Nouvelle-Zélande

seringue

Problèmes liés au climat et à la géographie

  • En Australie, le climat est aride et semi-aride dans les déserts, tempéré dans le Sud et l’Est, et tropical dans le Nord (avec une saison des pluies de novembre à mars).
  • Le climat est tempéré en Nouvelle-Zélande avec une multitude de paysages : des volcans et des forêts subtropicales sur l’île du nord (« Ile fumante »), des cimes enneigées (Alpes néo-zélandaises) sur l’Ile du sud (« Ile de Jade »). Le pays rencontre des variations climatiques rapides et imprévisibles : chute des températures, pluies violentes...
  • Les saisons sont inversées : l’été austral dure de décembre à mars. Les incendies de forêt sont fréquents en cette saison, surtout dans la région de Sydney ou de Brisbane.
  • Protégez-vous de la chaleur et du soleil particulièrement intenses en été. L’Australie est le pays comptant le nombre le plus élevé de cas de cancers de la peau. Une protection totale est recommandée pour tous.
  • Au printemps (de novembre à avril), les cyclones peuvent frapper le nord de la Nouvelle-Zélande, ainsi que le nord et le nord-ouest de l’Australie.
  • Certaines régions de Nouvelle-Zélande (île du nord) connaissent une forte activité sismique et volcanique.
  • Prenez garde au mal aigu des montagnes dans les Alpes néo-zélandaises.

Problèmes liés aux transports

Transports routiers

En Australie et en Nouvelle-Zélande, on conduit à gauche et la priorité est à droite, même sur les ronds-points. Vous devrez vous munir d’un permis de conduire international.
L’état des routes est globalement bon. Néanmoins, il vous faudra un véhicule 4x4 si vous souhaitez faire une excursion dans le bush australien. Ce type de véhicule est plutôt réservé aux conducteurs entraînés. Soyez prévoyant : le carburant n’est pas toujours facile à trouver en rase campagne.
Des camions à plusieurs remorques (« road trains ») circulent à grande vitesse dans le nord de l’Australie (route Adelaïde-Darwin en particulier). Il est dangereux d’essayer de les dépasser.
Respectez les limitations de vitesse et restez attentif : des animaux sauvages (kangourous, émeus, rongeurs, etc.) peuvent traverser la route, surtout à l’aube et au crépuscule.

Maladies transmises par l’eau ou les aliments

  • Les maladies transmises par l’eau et les aliments ne sont pas plus fréquentes qu’en Europe occidentale. L’eau du robinet est tout à fait potable, sauf parfois en zone rurale australienne.
  • Le risque de typhoïde et d’hépatite A existe surtout dans les petites îles d’Océanie.

Maladies transmises par des insectes (hors paludisme)

  • Des cas de dengue ont été signalés en Australie dans le nord-est du Queensland. Le risque est très faible pour le voyageur. Les moustiques de la région peuvent également transmettre la fièvre Ross ou l’encéphalite de Murrey Valley, proche de l’encéphalite japonaise. Les mesures de protection contre les moustiques permettent de s’en protéger.
  • L’encéphalite japonaise est parfois présente dans l'extrême nord de l’Australie. La vaccination peut être envisagée lors de séjours prolongés, mais le risque est très faible pour les voyageurs de passage.
  • Les tiques et les poux d’Australie peuvent transmettre des rickettsioses. Des mesures de protection s’imposent au cours de vos balades en zone rurale ou forestière, même si le risque est limité.

Prévention du paludisme en Australie et Nouvelle-Zélande

moustique

Le paludisme est absent de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande. Si vous décidez d’aller visiter les îles d’Océanie situées à proximité (notamment la Papouasie-Nouvelle-Guinée), vous devrez prévoir une chimioprophylaxie en complément des mesures de prévention des piqûres de moustiques.

Maladies transmises par d’autres animaux

  • L’Australie reste indemne de rage. Néanmoins, certaines chauves-souris seraient porteuses d’un virus proche.
  • La côte est de l’Australie a connu depuis 2008 des cas d’infection au virus Hendra (proche du virus Nipah). Il est transmis par des chevaux atteints par cette maladie lors de contact rapproché pendant des soins.

Autres maladies infectieuses

  • Le VIH/Sida, l’hépatite B et les IST sont aussi fréquents qu’en Europe de l’Ouest. Si vous n’êtes pas immunisé contre l’hépatite B (vaccin ou contact avec le virus), pensez à vous faire vacciner.

Piqûres et morsures

  • En Australie, la baignade en mer et la plongée présentent des risques à cause des requins, des coraux et des méduses (parfois mortelles au large des plages de la Grande Barrière de corail). Préférez les plages surveillées avec indications des risques locaux et celles qui sont équipées de filets de protection contre les requins.
  • Certaines rivières et certaines plages du nord de l’Australie sont interdites à la baignade à cause des crocodiles. Respectez les panneaux d’interdiction, les accidents de ce type ne sont pas exceptionnels.
  • Il existe de nombreux serpents venimeux en Australie, ainsi que des araignées dangereuses dans l’est du pays. Renseignez-vous si vous envisagez une randonnée et portez des chaussures fermées.

Restez vigilant

  • Pour se rendre dans cette région du monde, le voyage en avion est très long (en moyenne une journée entière). Le risque de thrombophlébite est accru, en particulier chez les personnes sensibles (personnes âgées ou obèses, femmes enceintes, etc.). Le décalage horaire est important.
  • Avant de partir en voiture dans le bush, veillez à avoir des réserves d’eau, de nourriture et de carburant, ainsi qu’un téléphone à communication cellulaire.
  • La baignade en mer peut se révéler dangereuse à cause des courants particulièrement forts, des vagues puissantes et des lames de fond fréquentes. Les noyades en mer sont une cause majeure de décès des touristes en Australie. Restez extrêmement vigilant. Ne fréquentez que les plages surveillées par les maîtres nageurs sauveteurs (zones délimitées par des drapeaux) et respectez leurs consignes.
  • Si vous pratiquez la plongée, respectez les consignes générales de sécurité pour cette activité.
  • Certaines zones du bush sont interdites aux visiteurs du fait de leur caractère sacré pour les populations aborigènes. Dans ce pays, il est toujours préférable d’être accompagné d’un guide pour visiter le bush.

Problèmes liés aux situations politiques et sociales

  • Les infrastructures médicales sont excellentes mais extrêmement coûteuses. Les frais médicaux seront à votre charge. Il est indispensable de contracter avant de partir une assurance voyage avec couverture de vos frais médicaux sur place et de vous assurer que le plafond de prise en charge est suffisant.
  • La délinquance est en relative augmentation dans les grandes villes. Soyez vigilant également sur les plages et dans les endroits touristiques.
À garder à l’esprit
note
  • Restez prudent sur les routes, en particulier si vous n’êtes pas habitué à conduire à gauche.
  • Protégez-vous du soleil et de la chaleur intense.
  • Appliquez les mesures de protection contre les insectes qui peuvent transmettre certaines infections virales ou parasitaires.
  • Attention aux serpents et aux araignées.
  • Baignez-vous uniquement sur les plages surveillées et sécurisées. Attention aux crocodiles dans les rivières salées du nord de l’Australie.
  • Ces destinations sont littéralement à l’autre bout du monde : anticipez les problèmes de thrombophlébite et de décalage horaire.

Les informations médicales sont en constante évolution. Ces informations ne prétendent pas se substituer à un avis médical. Suivez toujours les recommandations de votre médecin traitant ou de votre pharmacien.

Sources et références

Actualités

La prescription d'une activité physique adaptée, aux patients en ALD, sera possible à partir du 1er mars 2017 (illustration).

Affections de longue durée : prescription d'une "activité physique adaptée" possible à partir de mars...

Lire les étiquettes des aliments en supermarché (© Danilin Vasily/Thinkstock)

Étiquetage des denrées alimentaires : les nouvelles règles européennes sont entrées en vigueur

Le régime méditerranéen enrichi en huile d'olive ou en noix est-il meilleur pour la santé ?

Régime méditerranéen en prévention cardiovasculaire : oui, mais avec de l'huile d'olive et des noix !