Déshydratation et coup de chaleur

Mis à jour : Vendredi 20 Juillet 2018

L’exercice physique intense, comme les climats chauds qui associent l’humidité à la chaleur, peuvent se révéler dangereux pour la santé. Ils imposent de savoir se protéger du coup de chaleur et de boire suffisamment pour compenser les pertes en eau liées à la transpiration.

Qu’est-ce que le coup de chaleur ?

coup de chaleur

Notre organisme lutte contre la chaleur en transpirant. L’évaporation de la sueur consomme des calories et refroidit la peau. Lorsque le climat est chaud et humide, et en particulier si la personne fait des efforts physiques et boit trop peu, ce mécanisme de thermorégulation se révèle insuffisant et la température interne du corps augmente dangereusement : c’est le coup de chaleur ou hyperthermie. Ces premiers signes sont : maux de tête, vertiges, sensation de chaleur intense, modifications de la peau (rougeur, sécheresse, moiteur, chaleur), troubles du comportement pouvant aller de la somnolence à l’agressivité, démarche titubante, fatigue et soif intenses, crampes musculaires, nausées ou vomissements, fièvre supérieure ou égale à 40°C, pouls et respiration accélérés, chute de la pression artérielle, voire coma mortel.

Si le risque d’hyperthermie est important pour les enfants et toutes les personnes âgées ou fragiles (en particulier celles qui ont perdu leur autonomie), il concerne également les adolescents et les adultes qui pratiquent des activités physiques intenses et prolongées, en particulier en plein air par temps chaud(sport, travail, jardinage, etc.). Les personnes souffrant de maladies aiguës ou chroniques sont également davantage à risque. Lors d’une canicule, la prise de certains médicaments, ou de drogues illicites, peut également aggraver les symptômes du coup de chaleur.

Chez des personnes traitées par des neuroleptiques, l’apparition d’une fièvre inexpliquée (température supérieure à 38 °C) nécessite une consultation médicale d’urgence. Ces substances peuvent en effet provoquer un effet indésirable très grave qui apparaît progressivement, le syndrome malin. Ce syndrome se traduit par une fièvre élevée, des sueurs, des troubles de la conscience, une salivation excessive, etc.

Qu’est-ce que la déshydratation ?

La déshydratation se manifeste lorsque les pertes en eau du corps sont plus importantes que les apports par les boissons et les aliments. Apprenez à reconnaître les premiers signes de déshydratation : la sensation de soif et de bouche sèche, une diminution du volume des urines qui prennent une couleur foncée, une fatigue et des maux de tête. A un stade plus avancé, elle se traduit par de la fièvre et, parfois, un enfoncement des globes oculaires, des troubles du comportement ou une perte de conscience. Dans les cas sévères, la déshydratation peut se révéler mortelle. Les risques sont plus élevés en cas de forte fièvre, de diarrhée ou de vomissements répétitifs .

Les personnes âgées sont particulièrement exposées au risque de déshydratation, car elles éprouvent moins la sensation de soif. De plus, elles suivent parfois des traitements qui augmentent les pertes en eau (diurétiques). La prise de certains médicaments peut également aggraver la déshydratation lors d’une vague de chaleur.

Les sportifs et les personnes travaillant en plein air en été sont également plus exposées à la déshydratation.

Les enfants sont également très vulnérables, en particulier les nourrissons qui peuvent se déshydrater en quelques heures. Chez eux, la déshydratation se traduit par une baisse de tonus, un teint grisâtre, des yeux cernés, une peau et une langue sèches, de la fièvre, une perte de poids et, parfois, des convulsions. Ne laissez jamais un nourrisson seul dans une voiture.

L’épuisement, lors de perte excessive de sels minéraux
L’épuisement lié à la chaleur est causé par une perte excessive de sels minéraux. Ses symptômes sont une sensation de faiblesse, des vertiges, parfois une fièvre peu élevée (moins de 40°C, parfois absente), des nausées, une transpiration abondante, parfois des troubles de la vue ou des difficultés à dormir. Il est plus fréquemment observé chez les personnes âgées et les nourrissons. Des mesures doivent être prises pour compenser les pertes d’eau et de sels minéraux, par exemple à l’aide de solutés de réhydratation disponibles en pharmacies.

Comment prévenir l’hyperthermie et la déshydratation ?

  • Choisissez des vêtements amples, légers, de couleur claire et en fibres naturelles. Portez un chapeau et n’hésitez pas à utiliser un parasol.
  • Evitez les atmosphères mal ventilées et ne restez pas dans une voiture ou un lieu clos en plein soleil.
  • Lorsque vous prévoyez un séjour dans un pays chaud, assurez-vous que votre chambre sera climatisée ou équipée de ventilateurs.
  • Durant les 48 heures qui suivent votre arrivée, ménagez vos efforts et reposez-vous, surtout en cas de décalage horaire.
  • Mieux vaut ne pas vous exposer au soleil pendant les heures chaudes de la journée (entre 11 heures et 16 heures). N’exposez jamais un nourrisson au soleil.
  • Evitez les activités physiques en cas de fortes chaleurs.
  • Rafraîchissez-vous le visage et le corps avec un brumisateur d’eau ou des linges humides. Vous pouvez également prendre une douche fraîche plusieurs fois par jour.
  • Buvez régulièrement même si vous n’avez pas soif. Mieux vaut boire au moins deux litres par jour, en ajoutant un litre par dizaine de degrés au-dessus de 20 °C : trois litres à 30 °C, quatre litres à 40 °C. Buvez de préférence par petites quantités et fréquemment.
  • En cas de forte chaleur ou de transpiration abondante, il est possible d’augmenter sa ration de sel pour retenir l’eau à l’intérieur de l’organisme. Si vous prévoyez un voyage dans un désert, demandez conseil sur ce sujet à un médecin spécialisé dans les centres de vaccination et les services hospitaliers de médecine tropicale.
  • Faites boire souvent les personnes âgées et les enfants ; vous pouvez emporter des solutés de réhydratation qui seront également utiles en cas de diarrhée. Proposez de l’eau ou des jus de fruits dilués à votre bébé.
  • Evitez l’alcool ainsi que les boissons excitantes et diurétiques (thé, café, etc.). 
Prévenir l’insolation
Avec ou sans coup de soleil, bronzé ou non, chacun peut être touché par une insolation en exposant sa tête au soleil, de manière trop prolongée ou trop intense. Néanmoins, ce sont les enfants et les personnes âgées qui sont les plus vulnérables. Les symptômes apparaissent généralement en fin de journée ou au cours d’un effort prolongé : malaise général, sensation de froid intense, maux de tête et parfois vomissements. La prévention de l’insolation repose bien sûr sur le port d’un chapeau, mais aussi sur le bon sens : évitez de vous promener sous le soleil aux heures les plus chaudes de la journée et n’oubliez pas de vous hydrater régulièrement.

Que faire en cas d’hyperthermie ?

Lors d'une hyperthermie, la personne doit être placée à l'ombre et au calme. Elle est déshabillée et rafraîchie : aspersions d'eau froide, serviettes humides, courants d'air, éventail, ventilateur, etc. On peut également appliquer des poches de glace à la base des membres et sur le cou. Les secours médicaux doivent être alertés au plus vite. L'hyperthermie peut provoquer un arrêt cardiocirculatoire justifiant une ventilation artificielle (bouche-à-bouche) et un massage cardiaque. C'est une urgence grave à hospitaliser immédiatement.

Attention, en cas de fièvre ou de maux de tête liés à un coup de chaleur, mieux vaut ne pas administrer de paracétamol (inefficace dans ce cas) ou d'aspirine (qui peut diminuer les capacités d'adaptation à la chaleur).

Que faire en cas de déshydratation ?

Lorsqu’une personne est déshydratée, l’idéal est de disposer de solutés de réhydratation (sachets vendus en pharmacie). A défaut, on peut préparer soi-même une boisson réhydratante en mélangeant un litre d’eau ou de thé, deux cuillerées à soupe de sucre ou de miel, un quart de cuillerée à café de sel et le jus d’une orange.

Conduite à tenir en cas de déshydratation et coup de chaleur
  alt Si la personne présente une fièvre supérieure ou égale à 40°C.
  alt Si la personne délire ou présente des troubles de la conscience.
  alt Si la personne souffre de convulsions.
  alt Si la personne est agitée ou anormalement apathique.
  alt Si la personne refuse ou est incapable de boire.
  alt Si sa peau présente une coloration anormale.
  alt Si la personne présente une température comprise entre 38 et 40 °C.
  alt Si la personne présente une sensation de faiblesse ou des vertiges.
  alt Si la personne présente des crampes musculaires.
  alt Si la personne respire plus rapidement que de coutume.
  alt Si la personne présente des troubles de la vue.
  alt Si la personne vomit.
  alt Si la personne touchée souffre d’autres problèmes de santé potentiellement graves (maladies cardiovasculaires, par exemple).
  alt Si la personne présente des troubles durables après un épisode d’hyperthermie ou de déshydratation.
  alt Si la personne ne souffre pas des symptômes évoqués ci-dessus.
Légende
alt Si 15 ou 112 est indiqué, appelez immédiatement le service d’aide médicale d’urgence (SAMU) en composant le 15 ou le 112.
Si 15 ou 112 n'est pas indiqué, appelez votre médecin traitant immédiatement, ou rendez-vous au service d’urgence le plus proche.
Dans le doute, n’hésitez JAMAIS à appeler le 15 ou le 112.
alt Consultez un médecin dans la journée.
alt Consultez un médecin dans les jours qui viennent.
alt Il est possible de s’automédiquer.

Sources et références de l'article "Déshydratation et coup de chaleur"